La Chronique des Bridgerton : La critique de la saison 3A de la série Netflix

Date : 21 / 05 / 2024 à 14h00
Sources :

Unification


LA CHRONIQUE DES BRIDGERTON

- Date de diffusion : 16/05/2024
- Plate-forme de diffusion : Netflix
- Épisodes : 3.01, Hors de l’ombre - 3.02, Au clair de lune - 3.03, Forces de la nature - 3.04, Vieux amis
- Réalisateurs : Tricia Brock, Andrew Ahn
- Scénaristes : Chris Van Dusen, Jesse Brownell, Sarah L. Thompson, Eli Wilson Pelton, Lauren Gamble
- Interprètes : Nicola Coughlan, Luke Newton, Claudia Jessie, Luke Thompson, Florence Hunt, Hannah Dodd, Ruth Gemmell, Golda Rosheuvel, Adjoa Andoh, Daniel Francis, Sam Phillips, Jessica Madsen, Hannah New, Julie Andrews, Jonathan Bailey, Simone Ashley

LA CRITIQUE

À nos très chers lecteurs, la première partie de la troisième saison de La Chronique des Bridgerton, c’est : "on reprend les mêmes ingrédients et on refait la même pâtisserie". Mais ne vous méprenez pas, la série Netflix de Shonda Rhimes reste cette série si savoureuse d’épisodes en épisodes, touchante même parfois, mélangeant innocence de jeunes gens vierges effarouchés, premiers émois amoureux et scènes de sexe parfois torrides.

Après une première saison - qui nous a rendu accro - dédiée à Daphne (Phoebe Dynevor), la fille la plus âgée de la portée Bridgerton, après Anthony (Jonathan Bailey), l’aîné de la famille, dans la saison 2, voilà maintenant que le créateur Chris Van Dusen et ses acolytes scénaristes s’attaquent au jeune Colin Bridgerton (Luke Newton), et son histoire d’amour qui ne dit pas son nom avec Penelope Featherington (Nicola Coughlan). Mais il faut dire que les choses commencent plutôt mal pour les deux personnages, étant donné ce que la "fierté" de Colin lui a fait dire lors de la saison précédente. Néanmoins, les scénaristes mettent les personnages dans des situations qui leur permettent de passer au-dessus de tout ça - certes un peu facilement, mais ce n’est pas bien grave.

Ce qui frappe cette année, ce sont les changements que connait le jeune Colin. Bien jeune lors des deux précédentes saisons, on retrouve cette fois-ci un jeune homme dans la force de l’âge, bien loin du garçon joufflu des premières saisons, bronzé à souhait, et que quatre mois d’aventures intrépides à travers l’Europe continentale a transformé en véritable sex symbol. Plus beau que jamais, il arbore la plus part du temps la tenue du plus grand aventurier du monde, ce qui lui donne une classe unique. Ajoutée à cela, une chevelure laquée à souhait, une barbe rasée au millimètre et un grain de peau à faire pâlir les plus beaux mannequins du monde, et Colin devient LE célibataire qui fait sursauter les coeurs des jeunes pucelles - mais pas seulement - de la bonne société londonienne en quête d’un bon parti.

De son côté, Penelope n’a pas changé d’un pouce. Jugée par ses pairs, la jeune femme a passé les deux dernières saisons à attendre qu’un gentleman lui fasse une proposition de mariage, mais n’en n’a obtenu aucune, et cette année, hors de question de finir "vieille fille", celle-ci doit absolument être la bonne. Il est vrai que son lourd secret va lui mettre quelques bâtons dans les roues, mais c’est son manque d’aisance face à la gente masculine qui va lui poser le plus de difficultés, et qui va finalement la mettre sur la bonne voie.

Et voilà que par un ensemble de circonstances bienvenues, nos deux tourtereaux - qui refusent de croire qu’ils le sont - qui entrent dans un petit jeu de séduction qui ne dit pas son nom - et le désespoir fait également bien les choses. Les téléspectateurs qui suivent la série depuis ses débuts savent que les deux personnages se tournent autour depuis un certain temps et qu’ils finiront par sauter le pas, mais ce qui intéresse le plus, c’est comment cela va arriver, et on peut au moins attribuer cela aux scénaristes de la série : ils le font de la meilleure des manières, plaçant minutieusement chaque pièce du puzzle jusqu’à obtenir le plus beau des tableaux.

Mais la saison 3 de La Chronique des Bridgerton n’est pas simplement dédiée à Penelope et Colin. La "petite" Francesca Bridgerton fait à son tour son entrée dans le monde, et fait là encore jaser les réseaux sociaux de la Régence anglaise de ce début de 19e siècle réimaginé. Mais vous trouvez que quelque chose cloche ? Oui, car dans les deux premières saisons de la série, Francesca était jouée par la bien jeune Ruby Stokes, et la voilà qui nous revient cette année avec une maturité étonnante sous les traits de Hannah Dodd. Bref, le changement est un peu brutal, mais une fois passé le choc, on suit les épisodes avec toujours autant de plaisir. Benedict (Luke Thompson), qui devrait faire l’objet de la saison 4 de la série, a également droit à une part des intrigues sentimentales de la saison, et même maman Bridgerton (Ruth Gemmell) semble faire l’objet de convoitise cette année, alors que les préoccupations de Eloïse (Claudia Jessie) semblent bien loin de toutes ces mondaineries.

La série continue également à jouer avec les conventions, mettant en scène des personnages qui sont très loin de correspondre à une quelconque réalité historique, la reine Charlotte (Golda Rosheuvel) entre autres. C’était une marque de fabrique de la série, et elle ne serait plus la même si cela devait ne plus être le cas.

La série nous rappelle également que la notion de "réseau social" existe depuis bien plus longtemps que certains ne semblent le croire. Avant Mark Zuckerberg, les sociétés humaines, quelles qu’elles soient, ont donné vie à de véritables relations entre les êtres humains en société, générant rencontres, amitiés, et amours, mais aussi haine, rumeurs, harcèlements, etc. La série démontre encore une fois qu’il n’est absolument pas utile d’avoir un smartphone pour se créer des liens avec d’autres personnes ou pour en détruire une autre. Messes basses, sous-entendus et autres sourires moqueurs font très bien l’affaire.

La Chronique des Bridgerton fait encore une fois le travail cette année. Tout comme les deux premières saisons, la série nous émerveille, nous passionne et on s’immerge immédiatement. Première fois néanmoins pour l’œuvre, la saison 3 est partagée en deux parties - sans doute pour faire durer le plaisir, à moins que certains ne préfèrent passer aux choses sérieuses au plus vite - les arcs narratifs ne vont donc pas jusqu’à leur conclusion dans cette première partie de quatre épisodes, et il faudra attendre le mois prochain pour savoir comment toute cette bagatelle va se terminer.

NOTE SAISON 3A

BANDE ANNONCE



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Ultraman Rising : La critique du film Netflix
La Chronique des Bridgerton : La critique de la saison 3B de la (...)
Sous la Seine : La critique du film Netflix
Sweet Tooth : Critique de la saison 3 Netflix
Monster : La critique du film Netflix
Rose Bertin, la couturière fatale : La critique du tome (...)
Arcane XV : La critique du JdR à la recherche de votre (...)
Jeux Vidéos - Bandes Annonces : 22 juin 2024
Star Wars : La galaxie lointaine de Lucasfilm peut-elle verser (...)
Star Trek - Prodigy : La bande annonce de la saison 2
Daredevil - Born Again : Une série Disney+ techniquement proche (...)
Stranger Things : Une saison 5 complètement dingue selon Jamie (...)
The Penguin : La nouvelle bande annonce
Ultraman Rising : La critique du film Netflix
R.I.P. : Donald Sutherland est mort