Roqya : La critique

Date : 15 / 05 / 2024 à 11h00
Sources :

Unification


ROQYA

- Date de sortie : 15/05/2024
- Titre original : Roqya
- Durée du film : 1 h 37
- Réalisateur : Saïd Belktibia
- Scénaristes : Saïd Belktibia, Louis Pénicaut
- Interprètes : Golshifteh Farahani, Amine Zariouhi, Jeremy Ferrari, Denis Lavant, Isma Kébé

LA CRITIQUE

Roqya est un bon film français mélangeant à la fois le thriller et le fantastique pour offrir une proposition sortant de l’ordinaire.

Le scénario de Saïd Belktibia et de Louis Pénicaut se focalise sur une femme faisant du trafic d’animaux rares. Suite à une application qu’elle lance, elle va être considérée comme une sorcière et elle va tout faire pour sauver son fils.

Les co-scénaristes ont cherché un sujet original rarement traité. C’est le formidable livre Sorcière, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet, qui leur a confirmé qu’il était intéressant de traiter de la sorcellerie à l’ère moderne. En sachant que les femmes régulièrement accusées au cours des siècles de ces actes étaient généralement libres et autonomes, voire possédaient un peu de pouvoir, ce qui entraînait peur et jalousie de la part des hommes et du pouvoir en place.

Car il s’agit aussi d’une histoire de femme forte et d’émancipation qui est contée. De plus, il est très intéressant de traiter le sujet des guérisseurs, des marabouts et de la sorcellerie vers lequel des personnes se tournent parfois, ne sachant à qui s’adresser pour résoudre leurs problèmes. D’ailleurs, si le sujet est bien montré, faisant découvrir le type de centre apparaissant dans la partie finale que l’on trouve en France, il est agréable de voir qu’il n’y a jamais aucun jugement négatif porté sur ceux qui font appel à ce genre de professionnels pour trouver une solution à leurs maux.

Le film de Saïd Belktibia est très agréable à regarder. Il offre quelques séquences particulièrement anxiogènes et de longs passages de courses-poursuites tout à fait haletantes.

C’est Golshifteh Farahani qui porte formidablement le long métrage sur ses épaules. À l’image de son rôle de mère courageuse ne lâchant jamais rien, comme dans la très bonne série Invasion, elle incarne une femme que rien ne peut arrêter pour protéger son enfant. Elle est donc particulièrement crédible dans ses actions et cette dernière trouve toujours des ressources pour se tirer de biens mauvais pas.

Amine Zariouhi est formidable dans le rôle de son fils aimant. Jeremy Ferrari est impeccable en ancien mari toxique. Et Denis Lavant est intéressant en voisin ayant un fils handicapé.

L’œuvre se passe en grande partie en milieu urbain, ce qui contribue à obtenir des séquences impressionnantes. La belle photographie de Benoit Soler capte d’ailleurs très bien l’ambiance délétère qui règne sur la seconde partie du récit et qui prend parfois viscéralement aux tripes.

Le film interroge aussi sur la notion de sorcière. Après des images d’archives offrant des témoignages sur la sorcellerie et sur les guérisseurs, on se plonge rapidement dans la thématique.

En effet, il est parfaitement montré à quel point ce sont les individus et le bouche-à-oreille qui fait d’une personne une sorcière. De plus, l’usage des réseaux sociaux est très bien mis en avant pour illustrer cette chasse aux sorcières moderne qui ne s’appuie rapidement plus sur des faits réels, mais part en roue libre.

Roqya est un bon film gardant un rythme de plus en plus anxiogène qui entraîne facilement le spectateur au cœur de cette traque d’une femme, parfois d’une grande violence. Avec une histoire originale, de l’action bien maîtrisée par une très belle réalisation et une actrice crevant l’écran, ce premier long métrage de Saïd Belktibia est vraiment digne d’attention.

Haletant et viscéral.

SYNOPSIS

Nour vit de contrebande d’animaux exotiques pour des guérisseurs. Lorsqu’une consultation dérape, elle est accusée de sorcellerie. Pourchassée par les habitants du quartier et séparée de son fils, elle se lance alors dans une course effrénée pour le sauver. La traque commence…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Benoit Soler
- Montage : Benjamin Weill, Nicolas Larrouquere
- Musique : Flemming Nordkrog
- Décors : Arnaud Roth
- Producteur : Ladj Ly pour Iconoclast Films, Lyly Films
- Distributeur : The Jokers / Les Bookmakers

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Roqya


©ICONOCLAST LYLYFILMS FRANCE2CINÉMA 2024


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Un meurtre pour rien : La critique
Que la bête meure : La critique
Le Vampire noir : La critique
Survivre : La critique
Vice-Versa 2 : La critique
Star Trek - Strange New Worlds : Encore plus de genres explorés (...)
L’Imaginaire : La bande annonce et la date de diffusion sur (...)
Enemy : Un remake par un showrunner de Star Trek
Sunny : La bande annonce de la série Apple TV+
Blue Beetle : Une série animée en préparation chez DC (...)
The Ark : La bande annonce de la saison 2
Un meurtre pour rien : La critique
Moi, Ben : La bande annonce de la série SF d’Apple (...)
Brèves : Les informations du 18 juin
Annecy Festival 2024 : Johan, Pirlouit et la Peyo Compagny