Musique : John Williams parle de la retraite mais pas de lâcher la baguette

Date : 13 / 06 / 2024 à 14h30
Sources :

MovieWeb.


Les fans ont peut-être pensé assister à la fin de la carrière de John Williams, mais le compositeur renommé n’a pas fini de faire de la musique. Certes, à 91 ans, Williams était censé prendre sa retraite après avoir composé la musique d’Indiana Jones et le Cadran de la destinée, mais il avait déclaré en janvier : "Un jour sans musique est une erreur." Et maintenant, dans une interview avec le journal The Times, Williams réaffirme que Indy 5 et The Fabelmans pourraient ne pas être ses deux dernières œuvres d’art. Williams a déclaré :

Je n’apprécie guère les grandes déclarations, fermes et définitives, entourées de portes closes. Si j’en ai fait une sans la replacer dans son contexte, alors je la retire [...] Si un film intéressant venait à se présenter, avec un emploi du temps que je pourrais gérer, je ne voudrais exclure aucune possibilité. Tout est possible. Tout est devant nous. Seules nos limites nous retiennent. Ou, pour le dire plus simplement : j’aime garder l’esprit ouvert.

Lorsque l’opportunité s’est présentée à Williams de travailler à nouveau avec Spielberg sur The Fabelmans, pour lequel le compositeur légendaire a de nouveau été nominé aux Oscars, Williams n’a pas pu refuser son collègue. Williams a déclaré : "Steven n’est pas un homme à qui on peut dire non." Regardez un extrait de The Fabelmans ci-dessous, qui évoque la collaboration unique de 50 ans entre Spielberg et Williams à Hollywood :


La partition émouvante de John Williams dans Superman : Le Film (1978) a aidé le réalisateur Richard Donner à convaincre toute une génération de fans de super-héros qu’un homme peut voler. Et Williams s’est assuré que les amateurs d’horreur se méfient de l’eau à chaque fois que sa partition musicale pour Les Dents de la Mer (1975) de Steven Spielberg commençait à monter en puissance sur grand écran. Mais même avec Williams composant certaines des plus grandes superproductions du cinéma au cours d’une carrière de 65 ans, il réalise toujours la valeur de la musique tant sur le plan commercial qu’artistique. Williams a déclaré dans la même interview avec le journal :

Il y a trente ou quarante ans, lorsque je présentais un programme de musique de film à l’un de nos grands orchestres, il pouvait y avoir de la condescendance. Je le comprenais ; je comprends la valeur des choses faites dans le monde commercial et leur place dans le monde de l’art. Mais maintenant les choses sont différentes. J’aimerais revenir dans 50 ans et voir ce que le cinéma apporte au développement de la nouvelle musique, car je pense que les jeunes compositeurs voudront travailler dans les deux domaines.

Les compositions éclectiques de Williams ont servi de partitions musicales pour des projets et des moments mémorables aussi variés que la série télévisée L’Île aux naufragés, le remake de Dracula par Universal Pictures en 1979 et le plus grand retournement jamais capturé dans un film : la révélation "Je suis ton père" de Star Wars : Episode V - L’Empire contre-attaque. Et Williams a discuté de sa diversité en tant que compositeur dans la même interview :

Le cinéma exige que vous adaptiez votre style à chaque projet qui se présente : Maman, j’ai raté l’avion ne peut pas être dans le même idiome que Il faut sauver le soldat Ryan ou Jurassic Park, mais peut-être que nous avons tous de multiples facettes à notre personnalité. Quelque part dans toutes mes partitions de film, il doit y avoir une sorte de ’moi.’ Mais je laisse aux autres le soin de l’identifier.

Au cours de sa carrière illustre, Williams a été nominé pour plus de 50 Oscars et a remporté un total de cinq statuettes pour sa maîtrise musicale dans Un violon sur le toit (1971), Les Dents de la Mer (1975), Star Wars (1977), E.T. l’extra-terrestre (1982) et La Liste de Schindler (1993).


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Musique : John Williams parle de la retraite mais pas de lâcher (...)
NASA+ : L’agence spatiale américaine lance sa plate-forme (...)
Super Bowl 2023 : Les publicités de l’évènement (...)
Super Bowl 2022 : Les publicités de l’évènement (...)
Austin Powers : Quand le Docteur Denfer passe à l’électrique
House of the Dragon : Critique 2.05 Régent
Deadpool & Wolverine : La bande annonce finale et (...)
La Voix du Lac : La critique des deux premiers épisodes
Ranma 1/2 : La bande annonce de la nouvelle série non censurée de (...)
Il était une fois les séries : Ranma 1/2
Alien : La série trouve enfin son titre... intrigant
Dune - Prophecy : La nouvelle bande annonce
Star Trek - Strange New Worlds : Un personnage de TOS à la (...)
The Ark : Critique 2.01 Failed Experiment
Alien - Romulus : Une nouvelle bande annonce, visuellement (...)