545 connectés

Sing Me a Song : La critique

Date : 21 / 09 / 2020 à 10h00
Sources :

Unification


Sing me a song semble être la supplique amoureuse d’un jeune moine aux prises avec le fantasme que lui procure son téléphone portable.

Confronté à la dure réalité, il va expérimenter une part de l’existence à laquelle il n’était pas vraiment préparé. Et nous avec.

Nous voici plongés dans un univers à part.

La vie monastique de cette partie du monde échappe à notre regard, et même à notre compréhension, tant qu’elle n’est pas rattrapée par nos us et coutumes.

Dont on peut s’interroger sur le bien-fondé, à la vision de ce documentaire, à la limite de la fiction, qui met en lumière le côté pervers et addictif des nouvelles technologies, sur les jeunes esprits.
Pourtant ici relativement protégés, aurait-on voulu croire.
Dans un pays si lointain et inaccessible.

Dans Sing me a song, Thomas Balmès retrouve Peyangki, protagoniste d’un précédent film Happiness qui déjà nous emmenait à la découverte du Bouthan et d’un monastère. Une belle rencontre avec un enfant, qui voulait devenir moine. Film à la fin duquel la télévision faisait irruption dans la communauté.

Quelques années après, le téléphone portable et les jeux vidéo ont pris eux aussi leur place dans cet univers hors du temps. Tout à coup rattrapé par de "mauvaises habitudes" bien connues de notre société.

Sans jamais juger, le propos présente cette intrusion technologique, dans un mode de vie qui s’en passait très bien jusque-là.
Et ses conséquences... À méditer.

Filmé comme une fiction, ce documentaire suit le périple du jeune moine, "échappé de son monastère" dans la ville. À la poursuite de son fantasme. Une belle chanteuse, qui cache une part de vie qu’il va découvrir à ses dépens.
Et montre comment il va remettre les pieds sur terre.

C’est assez prenant. Le récit est bien construit. Les images rares et la technique irréprochable. Les décors naturels sont sublimes. La vision est à peine pessimiste. Je dirais plutôt fataliste et donne à réfléchir. Un beau film. À regarder avec un peu de recul. Pour en tirer la leçon qu’il convient. Et découvrir le dernier pays à accueillir, pour le meilleur comme pour le pire, la technologie en son sein.

À voir.


SYNOPSIS


Le jeune Peyangki vit et étudie dans un monastère traditionnel au Bhoutan. Au pays du bonheur, l’arrivée récente d’internet entraîne d’importants bouleversements. Les rituels quotidiens des moines entrent en concurrence frontale avec la nouvelle addiction aux smartphones. Peyangki se passionne pour les chansons d’amour et tombe amoureux sur WeChat d’une jeune chanteuse.
Succombera-t-il à la romance et aux tentations de la ville ou restera-t-il au monastère ?

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film Documentaire : 1 h 35
- Titre original : Sing me a song
- Date de sortie : 23 septembre 2020
- Réalisateur : Thomas Balmès
- Avec : Peyangki, Ugyen
- Montage : Alex Cardon, Ronan Sinquin
- Musique : Nicolas Rabaeus
- Producteur : Thomas Balmès/TBC Productions
- Distributeur : Nour Films

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Sing me a song



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


100% loup : La critique
ADN : La critique
Le bon grain et l’ivraie : La critique
Michel-Ange : La critique
Poly : La critique
Justice League : Deathstroke lui aussi de retour pour le cut de (...)
Mindhunter : La fin probable de la série Netflix
Helstrom : Les leçons apprises de Lost appliquées à la série (...)
100% loup : La critique
Kipo et l’âge des Animonstres : Review de la saison (...)
Servant : Bande annonce et date pour la saison 2 de la série (...)
Guillermo Vilas - Un classement contesté : La review du film (...)
Day Shift : Jamie Foxx chassera des vampires sur Netflix
Zonakron - Valliance : La critique du jeu de rôle et de (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 26 octobre 2020