456 connectés

Koko-di Koko-da : La critique

Date : 08 / 11 / 2019 à 10h15
Sources :

Unification


Koko-di Koko-da est un bon film de genre suédois qui parle étonnamment du deuil.

Le scénario de Johannes Nyholm, qui le réalise aussi, se focalise sur une famille frappée par un drame. Des années plus tard, c’est en allant camper que celle-ci va se retrouver confrontée à une certaine horreur par le biais de personnages dont la rencontre va se révéler être problématique.

Le film est très intéressant, mais, de par son principe même, souffre d’une redondance qui s’avère, au bout d’un certain temps, un peu lassante. Ainsi, lorsqu’on a compris le mécanisme du récit et que l’on devine où ce dernier se dirige, on est un peu moins réceptif aux événements qui se passent.

L’interprétation est très bonne. Les quelques comédiens que l’on retrouve régulièrement sont tous impeccables dans leurs rôles et certains apportent un véritable décalage dans les échanges entre les uns et des autres. Leif Edlund et Ylva Gallon sont superbes en jeunes parents, alors que Peter Belli, Morad Baloo Khatchadorian et Brandy Litmanen sont formidables en étrange troupe bigarrée.

L’intrigue se déroule en très grande partie au cœur d’une belle forêt où le joli travail sur la photographie de Tobias Höiem-Flyckt et de Johan Lundborg permet de rendre les lieux tantôt accueillants, tantôt bien inquiétants.

Koko-di Koko-da est le refrain d’une chanson enfantine qui revient de temps en temps dans la bande originale d’Olof Cornéer et Simon Ohlsson et qui constitue le générique final. Elle sert aussi à agrémenter de petites histoires animées qui ponctuent le long métrage. Ces passages sont absolument merveilleux, bien que pétris d’une certaine cruauté, et constituent un moment clairement envoûtant et d’une grande poésie.

Koko-di Koko-da est un film d’horreur particulier et intéressant qui revisite avec originalité une rencontre néfaste dans les bois. Avec une idée bien exploitée, une mise en scène intéressante, des séquences animées de toute beauté et un casting d’acteurs bien trouvé, l’œuvre est vraiment différente de ce que l’on a l’habitude de voir et mérite une vraie attention de la part des amateurs, notamment de genre.

Curieux et sympathique.

Vous pouvez découvrir dans la partie vidéo ci-dessous la présentation du film par son réalisateur, et scénariste, Johannes Nyholm lors de la diffusion de son film en compétition à L’Etrange Festival 2019.

SYNOPSIS

Pour surmonter les problèmes que traverse leur couple, Elin et Tobias partent camper au coeur de la forêt suédoise. Mais des fantômes de leur passé resurgissent et, plus que jamais, les mettent à l’épreuve.

VIDÉOS

Bande annonce :


Présentation du film par son réalisateur, et scénariste, Johannes Nyholm à L’Etrange Festival 2019 :


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 26
- Titre original : Koko-di Koko-da
- Date de sortie : 13/11/2019
- Réalisateur : Johannes Nyholm
- Scénariste : Johannes Nyholm
- Interprètes : Peter Belli, Leif Edlund, Ylva Gallon, Katarina Jakobson, Morad Baloo Khatchadorian, Brandy Litmanen
- Photographie : Tobias Höiem-Flyckt, Johan Lundborg
- Montage : Johannes Nyholm
- Musique : Olof Cornéer, Simon Ohlsson
- Costumes : Gabriella Lundberg
- Décors : Pia Aleborg
- Producteur : Johannes Nyholm pour Beofilm
- Distributeur : Stray Dogs Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Lighthouse : La critique
Vic le Viking : La critique
Paroles de bandits : La critique
Le Cristal Magique : La critique
One Mind - Une vie zen : La critique
Star Wars - The Mandalorian : Review 1.06 - Chapter 6 - The (...)
E.T. : Les coulisses de la réunion de l’Extraterrestre avec (...)
Stargirl : La première bande annonce de la série DC
American Gods : Coup de tonnerre pour la série de Starz
V-Wars : Ian Somerhalder explique pourquoi il est de retour parmi (...)
The Lighthouse : La critique
Star Wars - Rise of the Resistance : De nouvelles images de (...)
Lovecraft : David Benioff & D.B. Weiss pour un thriller (...)
Code 8 : Les cousins Amell à l’assaut de Quibi
Marvel Champions : La critique du jeu de cartes évolutif