460 connectés

Vers la lumière : La critique

Date : 08 / 01 / 2018 à 09h30
Sources :

Unification


Plus qu’un film, Vers la lumière est une expérience sensorielle à part entière.

"Lors des séances d’audio-description de mon précédent film Les délices de Tokyo, j’ai eu la sensation de redécouvrir mon film, la description de certaines scènes induisait une connaissance plus ample et plus profonde de la séquence en elle-même." explique Naomi Kawase.

Fascinée par l’exercice elle a construit le personnage de Misako, comme elle passionnée par le cinéma et ivre de transmettre cet engouement.

"Misako est convaincue que le cinéma a le pouvoir de transformer une vie sombre en une vie lumineuse, qu’il permet d’échapper au réel et de s’extraire des carcans dans lesquels nous sommes tous enfermés. Eveiller l’imaginaire et susciter une émotion sont un peu le quotidien de Misako." continue-t-elle.
En nous invitant à la suivre dans cette aventure intérieure, à partager.

La lumière essentielle au propos est fabuleuse et si le film, qui se contemple comme une véritable oeuvre d’art, ne souffrait de quelques lenteurs, le voyage serait parfait. Quelques scènes qui traînent en longueur, sans doute pour donner le temps d’apprécier les images, aurait gagné à moins de bavardage. Mais l’ensemble, rempli d’émotion interpelle le spectateur.

Sensible et généreux le film donne à voir l’invisible en démontrant qu’on est pas forcément aveugle en ayant perdu la vue. Et que tous les sens, appuyés par les mots, sont capables de s’ouvrir à des horizons méconnus. Où l’interprétation est essentielle.

La symbolique du photographe qui perd la vue est forte. Le fait qu’il soit encore capable d’influencer le regard d’une spécialiste de la description, est si j’ose dire, plutôt bien vu.

A la fois recherche philosophique et ode à la lumière, qui habite un être autant qu’elle l’éclaire, l’histoire qu’elle raconte offre à la protagoniste comme au spectateur l’opportunité de s’interroger sur la signification des images. Et donne tout son poids à l’éclairage sous lequel on les regarde.

Cinéphiles et amateurs de beauté seront comblés.

Intéressant et inhabituel.
A voir. Et à écouter.


SYNOPSIS


Misako aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescriptrice de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1 h 43
- Titre original : Hikari
- Date de sortie : 10 janvier 2018
- Réalisateur, Scénariste : Naomi Kawase
- Interprètes : Masatoshi Nagase, Ayame Misaki, Tatsuya Fuji
- Photographie : Arata Dodo
- Montage : Tina Baz
- Musique : Ibrahim Maalouf
- Décors : Setsuko Shirakawa
- Producteurs : Masa Sawada, Naoya Kinoshita, Yumiko Takebe, Comme des Cinémas, KINO Films
- Distributeur : Haut et court

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Vers la lumière



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Comme des garçons : La critique
Mika & Sebastian : l’aventure de la Poire Géante : La (...)
Une femme heureuse : La critique
Marion : La critique
Game Night : La critique
Deadpool 2 : Une nouvelle affiche rend hommage à Rob (...)
Jurassic World 3 : Colin Trevorrow promet un film diffèrent
Stranger Things : Cary Elwes et Jake Busey pour la saison (...)
Hotel Artemis : La bande annonce
Comme des garçons : La critique
Halloween : La première affiche
[Théâtre] Dépendances : La critique
Exoglyphes : La traduction des inédits de la S.F. et de (...)
Killing Time : Le jeu de la mauvaise foi
Bandes Annonces & Co : 23 avril 2018