Abigail : La critique

Date : 25 / 05 / 2024 à 14h00
Sources :

Unification


ABIGAIL

- Date de sortie : 29/05/2024
- Titre original : Abigail
- Durée du film : 1 h 49
- Réalisateurs : Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett
- Scénaristes : Stephen Shields, Guy Busick
- Interprètes : Melissa Barrera, Dan Stevens, Alisha Weir, William Catlett, Kathryb Newton, Kevin Durand, Angus Cloud, Giancardo Esposito

LA CRITIQUE

Abigail est un film librement inspiré de la Fille de Dracula. Une bande de gangsters amateurs va se retrouver enfermée avec cette enfant vampire dans un manoir au péril de leurs vies.

Le lieu principal de l’action est un élément clé du film. L’action se déroule dans un manoir isolé. Dès que l’on aperçoit le bâtiment et son entrée, il est évident que tout ne va pas bien se passer. Les décors et la manière de filmer laissent paraître un endroit immense composé d’un dédale de pièces bizarres. L’atmosphère qui s’en dégage n’est pas rassurante. L’impression de regarder un slasher arrive vite. Chaque personnage est minutieusement présenté. Un peu caricaturaux, parfois, les hors-la-loi se comportent de façons bien différentes. Leurs relations avec la jeune vampire seront déterminantes.

Le personnage d’Abigail, interprété par Alisha Weir, est bien construit. Ce ne sera pas un spoiler de révéler qu’elle est la principale ennemie au vu des affiches et de la bande-annonce. C’est lentement que le personnage prend son envol. Son amour pour la danse et le thème récurrent du lac des cygnes sont utilisés dans la mise en scène.

Le long-métrage passe d’un rythme relativement lent à une pléthore d’action et d’effets visuels. Les scènes sanglantes se succèdent alors, surprenantes et originales pour certaines. Les rebondissements se font malheureusement un peu trop nombreux sur la fin, n’ayant pas le temps d’être correctement développés.

L’humour est présent tout au long film. Il fait partie intégrante de la dynamique insufflée par Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett. Il s’insère même dans les moments les plus critiques que ce soit dans les dialogues ou dans l’attitude des personnages.
Abigail est un film d’horreur qui ne se prend pas au sérieux et laisse présager un bon moment de divertissement.

G

LA CRITIQUE

Abigail est un bon film d’horreur qui ne fait pas vraiment peur, mais offre des scènes particulièrement sanglantes et violentes.

Le scénario de Stephen Shields et de Guy Busick se focalise sur une jeune ballerine qui va se faire enlever. Elle va alors être gardée captive dans un manoir très isolé, alors que, progressivement, il s’y déroule des événements dramatiques.

Le film de Matt Bettinelli-Olpin et de Tyler Gillett prend le temps de s’installer. En effet, après une ouverture particulièrement spectaculaire, l’œuvre se focalise sur des personnages pas très intéressants, tout en apprenant au spectateur à les connaître un peu mieux. C’est vraiment la deuxième partie qui fait une proposition horrifique de plus en plus jubilatoire.

Alisha Weir est remarquable en jeune fille adorant la danse. Elle crève littéralement l’écran et offre un personnage vraiment intéressant. Melissa Barrera est formidable en kidnappeuse ayant des remords. Dan Stevens est excellent en chef des criminels se trouvant dans une situation de plus en plus délicate.

Les autres comédiens campent des personnages parfois caricaturaux, auxquels on s’attache peu, mais qui proposent des protagonistes dont on se demande régulièrement si l’un d’entre eux va survivre.

Le grand manoir où se déroule le récit a aussi une personnalité propre et est en soit un personnage silencieux qui a un grand impact sur le déroulé de l’intrigue. Entre ses différentes pièces, ses nombreux étages et ses zones surprenantes, cela permet de renouveler régulièrement ce qui se déroule et d’offrir des rebondissements très bien trouvés.

La photographie d’Aaronn Morton est aussi fort bonne, renforçant l’atmosphère de plus en plus délétère qui plane sur un long métrage tournant progressivement au rouge sang. Les amateurs d’atmosphère seront donc ravis de voir la manière dont cette dernière prend de plus en plus d’ampleur jusqu’à offrir un final particulièrement jubilatoire.

Les effets spéciaux sont aussi très bien faits et les nombreux effets sanguinolents fonctionnent parfaitement. Lorsqu’on aime ce type de film, on ne peut donc qu’apprécier les nombreuses morts diversifiées que celui-ci offre. Une imagination morbide qui laisse espérer qu’une suite puisse exister un jour, afin de continuer à se plonger dans ce monde bien ténébreux.

Abigail est un bon film d’horreur qui offre des passages particulièrement mémorables. Avec une histoire réservant des surprises, une mise en scène intelligente, des effets visuels très réussis et un casting bien trouvé, on se fait plaisir à voir une œuvre qui ne fait pas de cadeau à ses protagonistes.

Mordant et saignant.

IA

SYNOPSIS

Suite au kidnapping de la fille d’un puissant magnat de la pègre, un groupe de criminels amateurs pensaient simplement devoir enfermer et surveiller cette jeune ballerine afin de pouvoir réclamer une rançon de 50 millions de dollars. Retirés dans un manoir isolé, les ravisseurs commencent mystérieusement à disparaître, les uns après les autres, au fil de la nuit. C’est alors qu’ils découvrent avec horreur, que la fillette avec lesquels ils sont enfermés n’a rien d’ordinaire.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Aaronn Morton
- Montage : Michael P. Shawver
- Musique : Brian Tyler
- Costumes : Gwen Jeffares Hourie
- Décors : Susie Cullen
- Producteurs : Paul Neinstein, William Sherak, James Vanderbilt, Chad Villella, Tripp Vinson pour Universal Pictures, Project X Productions
- Distributeur : Universal Pictures International France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Abigail



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


In Water : La critique
Un meurtre pour rien : La critique
Que la bête meure : La critique
Le Vampire noir : La critique
Survivre : La critique
Brèves : Les informations du 22 juin
Rose Bertin, la couturière fatale : La critique du tome (...)
Arcane XV : La critique du JdR à la recherche de votre (...)
Jeux Vidéos - Bandes Annonces : 22 juin 2024
Star Wars : La galaxie lointaine de Lucasfilm peut-elle verser (...)
Star Trek - Prodigy : La bande annonce de la saison 2
Daredevil - Born Again : Une série Disney+ techniquement proche (...)
Stranger Things : Une saison 5 complètement dingue selon Jamie (...)
The Penguin : La nouvelle bande annonce
Ultraman Rising : La critique du film Netflix