His Dark Materials : Critique 3.01 - 3.02 La dormeuse envoûtée - La lame brisée

Date : 06 / 12 / 2022 à 14h30
Sources :

Unification


HIS DARK MATERIALS

- Date de diffusion : 06/12/2022
- Plateforme de diffusion : OCS
- Épisode : 3.01-3.02
- Réalisateur : Amit Gupta
- Scénaristes : Amelia Spencer, Jack Thorne
- Interprètes : Dafne Keen, Amir Wilson, James McAvoy, Ruth Wilson, Will Keen

LA CRITIQUE

Après deux ans d’attente, His Dark Materials est enfin de retour pour sa saison finale. Une dernière fournée d’épisodes qui aura la lourde de tâche d’arriver à représenter au mieux la magnificience du dernier livre de la trilogie écrite par Philip Pullman. Avec son intrigue palpitante, ses révélations bouleversantes, ses moments grandioses et sa fin inoubliable, Le Miroir d’Ambre est devenu un monument littéraire tellement enthousiasmant qu’en faire une adaptation cinématographique ou télévisuelle était une évidence.

Malgré une direction artistique jusqu’ici, impeccable, cette saison va, d’un point de vue visuel, devoir relever deux principaux défis :

  • donner une représentation respectueuse des lieux et de nombreuses créatures fantastiques allant dans le sens de ce qu’auront imaginer les lecteurs.
  • arriver à rendre compte de tous les aspects monumentaux de la Guerre entre les alliés de Lord Asriel et le Magisterium.

Ces deux premiers épisodes permettent en fait de voir en partie si ces défis ont été relevés et il faut avouer que pour l’instant notre constat est un peu mitigé. Alors que les anges avaient été révélés de manière très succincte en apparaissant à Lord Asriel lors du final de la deuxième saison, quelques-uns d’entre eux apparaissent plus longuement lors de ces deux premiers épisodes. En tant que lecteur, il est difficile de ne pas repenser à toutes les descriptions qu’en fait d’eux Philip Pullman où il les décrit comme des formes humaines abstraites étant « beaucoup plus facile à voir dans l’obscurité » et « davantage observable en dehors de notre champ de vision que de face ». Ainsi, à l’écran, à part jouer sur l’idée qu’ils peuvent devenir invisibles, la série leur a donné une apparence humaine un peu kitsch et définitivement très loin de ce que l’on avait imaginé. C’est sans aucun doute toute la difficulté de vouloir représenter des êtres de nature divine et surnaturelle décrits de façon si crédible par Pullman qui parasite notre appréciation.

La capacité qu’ont Lord Asriel et Will de naviguer entre différents mondes, permet d’apprécier des paysages naturels à couper le souffle et de donner de l’ampleur aux enjeux. Par contre, le camp dans lequel sont rassemblées les troupes de Lord Asriel souffre d’un rendu numérique un peu trop flagrant, ce qui est dommage compte tenu du rendu de qualité d’autres lieux emblématique comme le siège du Magisterium par exemple. Heureusement que les Daemons sont toujours aussi fascinants de réalisme, ce qui contribue pour beaucoup au plaisir qu’on a à regarder la série.

Le Miroir d’Ambre étant deux fois plus épais que les deux premiers livres, les scénaristes ont fait le choix d’accélérer le rythme de la série en mettant en parallèle plusieurs intrigues et en modifiant certains passages sans que cela ne soit trop gênant. Ainsi, Lord Asriel est déjà très présent, ce qui nous permet d’apprécier le charisme de James McAvoy en Leader alors qu’il avait été absent lors de la saison 2 à l’exception d’une scène lors du dernier épisode. En porteur du Couteau subtil, Amir Parry dans le rôle de Will porte beaucoup de panache les nombreux enjeux de ce début de saison, jusqu’à avoir une nouvelle confrontation avec Mrs Coulter, personnage au combien complexe de la saga et interprété avec un talent immense par Ruth Wilson. À noter, l’arrivée dans le casting du charismatique Adewale Akinnuoye-Agbaje (Lost, Oz) dans le rôle d’un Commandant embauché par Asriel et qui sert idéalement la narration en découvrant en même temps que le téléspectateur ce que le père de Lyra a mis en place pour affronter le Magisterium.

Même si la série souffre toujours d’une distanciation et d’un cœur émotionnel un peu froid, ce début en trombe est suffisamment prometteur pour qu’on puisse imaginer une suite extrêmement satisfaisante. Ceux ayant lus les livres savent tous les événements bouleversants qui attendent les protagonistes et il paraît peu probable qu’on puisse être déçus par leur adaptation sur le petit écran. Avec deux épisodes diffusés chaque semaine, le dénouement va très vite arriver et on ne peut que conseiller aux téléspectateurs de préparer dès maintenant leurs mouchoirs !

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Last Of Us : Critique 1.03 Long Long Time
The Last Of Us : Critique 1.02 Infected
The Last Of Us : Critique 1.01 When You’re Lost in the (...)
His Dark Materials : Critique 3.07 - 3.08 La Montagne Nébuleuse - (...)
His Dark Materials : Critique 3.05 - 3.06 Sans issues - (...)
DC Universe : Les plans cinématographiques de James Gunn (...)
DC Universe : Les plans télévisuels de James Gunn annoncés
DC Universe : Dave Bautista laisser tomber Bane !
The Ark : Une dépendance à la SF grâce à Star Trek pour Dean (...)
The Last of Us : Une épidémie au Cordyceps est-elle vraiment (...)
Acapulco : Rêver plus grand avec une saison 3
Dead Day : La série de Julie Plec est morte chez Peacock
Te Deum pour un Massacre : La campagne de financement de la (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 1er février 2023
Le Pire voisin au monde : La critique