Les amants sacrifiés : La critique

Date : 08 / 12 / 2021 à 11h30
Sources :

Unification


Les amants sacrifiés est un très bon film de Kiyoshi Kurosawa qui se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le scénario de Ryusuke Hamaguchi présente un homme travaillant dans le commerce qui, après avoir vu ce qui s’est passé en Mandchourie, va se comporter étrangement. Sa femme va alors se rendre compte qu’il se passe des choses bizarres et va devoir choisir ce qu’elle va faire.

L’œuvre emprunte à plusieurs genres, aussi bien le polar noir que le thriller, le film historique et bien sur la romance. Toutefois, le mélange fonctionne parfaitement et entraîne le spectateur dans cette fresque épique et émouvante en plein cœur de la guerre.

La réalisation de Kiyoshi Kurosawa est formidable. Celui-ci propose certains plans de toute beauté et une recherche de la mise en scène remarquable. Il joue aussi beaucoup sur la limite entre la réalité et la fiction. En effet, le personnage principal est actrice dans un petit film que fait son mari et celui-ci a une grande importance dans le déroulement des événements. Un véritable suspense s’installe au fil du long métrage et culmine dans quelques scènes particulièrement anxiogènes, voire horrifiques.

L’œuvre montre sans fard les crimes de guerre du Japon qu’il a commencé à faire avant même d’entrer dans la Deuxième Guerre mondiale. En effet, le pays occupe la Mandchourie dès 1931 et va maltraiter les populations locales, allant même jusqu’à des massacres. Il va aussi l’utiliser pour travailler sur des armes bactériologiques. C’est donc en s’appuyant sur des faits réels que le récit est construit.

Il met d’ailleurs face à face une partie de la population japonaise embrigadée, et ne voulant pas voir ce qui se passe, et une autre essayant d’agir. La perception des événements est fort bien explorée à travers le regard des différents protagonistes et montre la manière dont une horreur sans nom peut être accepté sans problème par de nombreuses personnes non informées, ou ne voulant pas connaître la vérité.

Si on a l’habitude de voir des longs métrages sur la période nazie de l’Allemagne, cela est nettement plus rare pour les années 40 au Japon. D’autant que celui-ci n’a toujours pas reconnu certains crimes de guerre, comme le viol des femmes des populations locales et l’utilisation des jeunes femmes dans des bordels pour les soldats nippons.

La reconstitution historique est très bien faite. Un grand soin a été apporté aux décors par Norifumi Ataka et aux costumes par Haruki Koketsu. La famille du personnage principal est aisée et cette appartenance à une certaine élite japonaise influe aussi sur ce qui est montré. Les séquences se déroulant en ville sont aussi particulièrement marquantes.

La mise en scène tourne autour du personnage principal qui est l’épouse. On voit cette dernière prendre conscience d’un certain nombre de choses et faire des choix. L’amour, parfois aveugle, qu’elle porte à son mari est très bien mis en avant et permet d’offrir un dernier tiers du film particulièrement palpitant et émouvant.

L’interprétation est vraiment magnifique. Yû Aoi est excellente en jeune femme aimante voyant la guerre s’immiscer dans sa vie. Issey Takahashi est formidable dans le rôle de son époux qui ne peut plus fermer les yeux sur ce qu’il a vu. Masahiro Higashide est impeccable en ami qui est entré dans l’armée. Et Ryota Bando est très intéressant en neveu faisant des choix difficiles.

La photographie de Tetsunosuke Sasaki est très belle. Elle apporte un véritable cachet aux images qui sont montrées et leur donne un effet à la fois daté et intemporel. La belle musique de Ryosuke Nagaoka est aussi agréable et renforce la puissance de ce drame romanesque historique.

Les amants sacrifiés est un très bon film racontant une magnifique histoire d’amour pendant une période historique particulièrement troublée. Avec un récit revenant sur des faits peu glorieux du Japon, une réalisation superbe et une très grande actrice, n’hésitez pas à vous laisser emporter dans une œuvre passionnante qui à travers ses personnages raconte aussi l’histoire d’un pays.

Terrible et vibrant.

SYNOPSIS

Kobe, 1941. Yusaku et sa femme Satoko vivent comme un couple moderne et épanoui, loin de la tension grandissante entre le Japon et l’Occident. Mais après un voyage en Mandchourie, Yusaku commence à agir étrangement… Au point d’attirer les soupçons de sa femme et des autorités. Que leur cache-t-il ? Et jusqu’où Satoko est-elle prête à aller pour le savoir ?

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 55
- Titre original : Supai no tsuma
- Date de sortie : 08/12/2021
- Réalisateur : Kiyoshi Kurosawa
- Scénariste : Ryusuke Hamaguchi
- Interprètes : Yû Aoi, Issey Takahashi, Hyunri, Masahiro Higashide, Yuri Tsunematsu, Takashi Sasano, Ryota Bando
- Photographie : Tetsunosuke Sasaki
- Montage : Hidemi Lee
- Musique : Ryosuke Nagaoka
- Costumes : Haruki Koketsu
- Décors : Norifumi Ataka
- Producteur : Akihisa Yamamoto pour Nikkatsu Studio
- Distributeur : Art House

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Les amants sacrifiés



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Adieu Paris : La critique
Un Monde : La critique
La place d’une autre : La critique
Hors du monde : La critique
The Chef : La critique
Mission Impossible : Les films 7 & 8 à nouveau repoussés
Peacemaker : Bosser pour DC et Marvel, ça fait une différence Mr. (...)
Dota - Dragon’s Blood : Critique du volume 2
Adieu Paris : La critique
FBI - International : Elizabeth Mitchell pour le spin-off (...)
WEIRD - The Al Yankovic Story : Daniel Radcliffe au paradis des (...)
Justified - City Primeval : Le retour officiel du marshal Raylan (...)
Netflix - Bandes annonces : 23 janvier 2021
Star Trek Picard : Une nouvelle bande annonce et affiche pour la (...)
Peacemaker : Critique 1.04 The Choad Less Traveled