688 connectés

For All Mankind : Un final nécessaire pour le drame dystopique Apple TV+ (SPOILERS)

Date : 28 / 04 / 2021 à 14h30
Sources :

Collider


Attention chers lecteurs, Spoiler Alert ! Si vous n’avez pas vu le final dantesque du drame dystopique For All Mankind de Ronald D. Moore pour Apple TV+, allez vite le voir sur la plate-forme de streaming à la pomme et/ou dévorer la très longue critique d’Yves avant de lire ce qui suit... On vous aura prévenus !

Voilà, la saison 2 de la série est terminée, et de quelle manière ! Les américains et soviétiques ont eu cette idée folle d’emmener des M16 et des Kalachnikoff sur la Lune et forcément ça a fait des dégâts. Maintenant le final de cette saison nous a laissé avec une belle surprise sur ce qui nous attend en saison 3 : direction Mars, en 1995. Mais avant ça, arrêtons-nous sur ce dernier épisode en compagnie de Ronald D. Moore, le créateur et showrunner du drame SF. Le scénariste en chef explique à nos amis de Collider les raisons qui l’ont poussé lui et ses camarades scénaristes à faire les tristes choix qu’on a vu à l’écran et pourquoi cela a été inévitable. Il donne également des détails sur l’état d’avancement de la production de la saison 3 et nous dit aussi pourquoi ils ont choisi de montrer la primauté de la conquête spatiale russe sur la NASA en saison 1, et pourquoi les raisons ne seront sans doute jamais racontée à l’écran.

Il y a tellement de choses à dire sur le final, alors si ça ne vous dérange pas, je vais me lancer et vous demander comment vous avez décidé de tuer Tracy [Sarah Jones] et Gordon [Michael Dorman] ?

Oui, c’était une grosse affaire. On a passé beaucoup de temps à réfléchir à ça dans la salle des scénaristes. Nous avions mis toutes les pièces en place et nous avons essayer de décider comment elles allaient se dérouler. Il y avait certainement plusieurs personnages en danger, de différentes manières. Quand nous avons commencé à parler de la possibilité d’avoir l’un ou les deux, Gordo ou Tracy, pour la dernière manche, alors on a commencé à parler pour savoir s’ils devaient tous les deux mourir ou si l’un d’entre eux seulement allait mourir ? Et nous avons tourné en rond sur ce sujet pendant un moment en interne.

En fin de compte, ce qui l’a emporté, c’est notre sentiment que c’était la bonne fin pour leur histoire en tant que personnages, que nous avions l’impression de les avoir emmenés en voyage depuis la saison 1 et de vous avoir montré comment ils se sont rencontrés. Puis les problèmes dans leur mariage. Puis Tracy obtient cette opportunité, comment cela affecte la vie de Gordo. Puis ils se sont séparés entre les saisons et le fait qu’ils reviennent ensemble sur la Lune, qu’ils se retrouvent finalement à la toute fin et qu’ils meurent ensemble dans cet effort héroïque, semblait être la bonne façon de terminer leur histoire. Et même si nous avions le cœur brisé parce que nous aimions les personnages et les membres de la distribution, nous aimons Sarah et Michael, et c’était difficile. Mais à la fin, nous avons juste senti que c’était la bonne chose à faire. C’était une fin satisfaisante pour l’histoire de Tracy et Gordo.

Était-ce une question de disponibilité pour la saison 3 et vous avez écrit en conséquence ?

Non, non. C’était le contraire. Je veux dire, ils étaient disponibles. Nous aurions pu poursuivre les deux personnages et nous avions des plans préliminaires, parce que nous avions en quelque sorte esquissé plusieurs saisons de la série et des idées sur ce que nous allions faire avec eux dans la troisième saison. Mais l’histoire nous a simplement amenés là. Ce n’était pas du tout une question de disponibilité des acteurs.

Ça doit être agréable d’avoir ce genre de liberté dans la salle des scénaristes.

Oui. C’est génial. Vous savez, c’est une salle très ouverte, très libre. J’essaie toujours de dire à mes équipes de rédacteurs de trouver une idée folle. Proposez quelque chose de choquant. Dites la chose que vous ne pensez pas pouvoir dire, et la plupart du temps, vous ne le ferez pas. La plupart du temps, vous allez juste dire « Ah, c’est vraiment trop », mais parfois c’est la bonne décision. Et parfois, quand quelqu’un le dit, tout le monde prend du recul et se dit : « Oh, je ne sais pas si on peut faire ça. » Et puis vous commencez à en parler et vous commencez à voir les opportunités et les possibilités, et puis vous prenez du recul. Et puis vous continuez à vous retrouver, comme une force gravitationnelle, à y revenir.

Il a été dit très tôt que Gordo et Tracy pourraient mourir pendant leur course et nous avons tous dit : « Ah, non. Ne faisons pas ça. » Mais ça revenait sans cesse. L’idée ne voulait pas mourir dans la salle des scénaristes, et nous y sommes revenus jusqu’à ce qu’il soit clair que c’était le bon endroit où aller.

En ce qui concerne le saut en 1995 pour la saison 3, nous avons vu dans le saut de la saison 1 à la saison 2 que nous avons obtenu certains détails sur ce qui s’est passé dans l’entre-deux, mais pas beaucoup, et qu’ils sont arrivés au compte-gouttes. Est-ce que cela ressemble à l’approche que vous adopterez pour la saison 3 ?

Oui, ce sera une approche très similaire. Nous voulons laisser le public être surpris par les changements qui se sont produits, où en sont les personnages dans leur vie, ce qui s’est passé dans le monde, tout en leur donnant un certain cadre : voici quelques événements historiques et culturels qui se sont produits entre les deux saisons. Mais au fur et à mesure que la saison avance, vous continuez à faire des références à des choses qui se sont produites dans l’intervalle. Et il y a des choses qui sont à la télévision. Il y a des choses dans les journaux. Il y a des répliques occasionnelles qui sont lancées, des petits Easter Eggs en cours de route.

Apple a également intégré cela à sa plate-forme. Nous avons ajouté certains bonus qui complétaient [les années précédentes]. Il y avait des émissions d’information. Il y avait des sortes de confessionnaux, il y avait d’autres pièces historiques que nous mettions sur la plate-forme pour les gens qui étaient vraiment, vraiment intéressés par ces idées d’histoire alternative. Parce que nous avions travaillé sur beaucoup de ces choses, alors voilà. Si vous êtes intéressés, voici une autre façon de faire l’expérience.

Lors de la première visite d’Apple sur le plateau de la série, on vous a demandé quel était le point de divergence de cette réalité alternative - quelle était la chose qui s’est produite et qui a conduit les Russes à dépasser les Américains sur la Lune. Vous avez dit ce que c’était à l’époque, mais je ne pense pas que cela ait été officiellement révélé dans la série. Je suis donc curieux de savoir si cela a changé dans la mythologie de la série ? Et est-ce quelque chose que vous prévoyez de révéler officiellement un jour ?

Oh, je sais de quoi vous parlez. Et en fait, oui, ce n’est pas grznd chose. Je vais juste vous le dire. Notre point de divergence était l’idée que Sergei Korolev, qui était le père du programme spatial soviétique, est en réalité mort pendant une opération à Moscou au milieu des années 60. Et après ça, leur programme lunaire ne s’est jamais vraiment mis en place. Ils avaient développé la fusée N1, mais elle continuait à exploser. Et tout s’est effondré dans la course à la lune.

Notre point de divergence était que Korolev était vivant, et que d’une manière ou d’une autre, il était capable de rassembler toutes les pièces bureaucratiques et les défis technologiques, et qu’il a permis l’alunissage. C’était le point de divergence pour nous. Nous avons toujours essayé de trouver un moyen de le mentionner, mais il n’y a jamais eu de manière organique et facile de dire que quelqu’un n’est pas mort au cours d’une opération, donc nous n’avons jamais trouvé un moyen de vraiment cimenter cela dans l’histoire.

En ce qui concerne la saison 3, qu’est-ce que vous pouvez teaser à ce stade ?

Eh bien, pas grand chose. Juste qu’il y a un saut dans les années 90, et que Mars est clairement un grand sujet de la saison 3. Le reste, nous le gardons sous le coude pour l’instant.

Pour conclure, j’aimerais vous demander comment vous avez obtenu Nirvana pour les derniers instants - était-ce aussi difficile que vous le pensiez, ou cela s’est-il fait assez facilement ?

C’était juste une question d’argent. Je vais le dire comme ça, mais aucune des grandes chansons n’est bon marché. Nous avons utilisé tout le monde, de Sinatra à Nirvana en passant par les Rolling Stones et AC/DC. Nous savons donc à quoi nous attendre et nous établissons un budget en conséquence.

Pour en savoir plus, veuillez lire le décryptage exhaustif (65 000 signes) par Yves Raducka du final de For All Mankind.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


For All Mankind : La réaction au final de Michael Dorman (...)
For All Mankind : Un final nécessaire pour le drame dystopique (...)
For All Mankind : Prothèse ou prise de poids ? Michael Dorman dit (...)
For All Mankind : Ronald D. Moore tease le passage aux années 90 (...)
For All Mankind : Sur la route vers Star Trek, un petit passage (...)
Festival de Cannes Une affaire d’Etat(s) : La review du (...)
Hello Tomorrow ! : Billy Crudup pose ses valises chez Apple (...)
Stay Frosty : Un film de Noël bourré d’action avec Idris (...)
Peine Ombre : le roman Young Adult de Dark Fantasy d’Ariel (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 14 mai 2021
Stargate : Amanda Tapping est aussi prête à revenir
M.O.D.O.K. : Pas de MCU pour l’ultime série issue de Marvel (...)
Debris : Review 1.11 Asalah
À couteaux tirés 2 : Dave Bautista et Edward Norton rejoignent le (...)
Mandibules : La critique