637 connectés

Destin - La saga Winx : Review de la saison 1

Date : 25 / 01 / 2021 à 14h30
Sources :

Unification


Grande fan de Harry Potter, je ne me suis jamais tout à fait remise de l’arrêt des aventures du petit sorcier à l’académie des sorciers, et les spin-offs ne m’ont pas totalement satisfaite. Alors je cherche ailleurs : Les Magiciens, Quentin le magicien à l’académie des magiciens - j’ai tenu une saison. Sabrina, la petite sorcière à l’académie des sorcières, plutôt pas mal, mais c’est terminé. Et voilà qu’apparait Destin : La Saga Winx, l’histoire de Bloom la petite fée à l’académie des fées... Bon, on va tenter le coup. Le pitch reste le même, voyons comment c’est traité.

D’abord, allons rapidement voir à quoi ressemble la série animée dont ce live action est issu. Une minute, deux minutes, trois minutes... À moins de trouver rapidement une machine à rajeunir, je ne passerai pas la 4ème minute. Des fées detectives bourrées de gadgets électroniques, très peu pour moi. Je commence à m’inquiéter : j’ai six épisodes de la série Netflix à regarder, comment vais-je tenir le coup ? Chocolat ? Nougat ? Crème de marrons ? Au mieux je négocie avec mon rédac’ chef de me laisser plus de temps, au pire je prends 3 kilos en 6 heures. Allez, je me lance, une boîte de brownies maison à portée de main. Et contre toute attente, j’ai passé 6 heures plutôt agréables sans même taper dans la boîte de brownies. Si, une fois, mais c’était pour accompagner mon thé.

Destin : la Saga Winx n’a donc rien à voir avec l’anime quasi-éponyme, et c’est tant mieux ! Netflix a une fois de plus pris le parti de transformer la comédie en drame, et c’est un excellent parti pris. Au revoir la Fée Clochette, bonjour Morgane la Fée, ou plutôt bonjour Bloom, la version soft d’icelle.

Bloom (Abigail Cowen) est californienne, elle a 16 ans. Elle vient d’arriver à l’Académie d’Alféa où sont formés les fées et leurs protecteurs, les ’spécialistes’. Bloom est la fille de deux humains, et son arrivée au milieu de tous ces rejetons de fées surprend les étudiants et leurs enseignants : comment peut-elle bien être une fée ?

Bloom partage un appartement avec 4 autres fées : Stella (Hannah van der Westhuysen) princesse du royaume de Solaria, Terra (Eliot Salt) la fille du jardinier/herboriste/factotum de l’académie, Musa (Elisha Applebaum) et Aïsha (Precious Mustapha). Chacune d’entre elles maîtrise un élément et pour Bloom, c’est le Feu. Elle a d’ailleurs failli tuer ses parents en déclenchant un incendie à la maison, et c’est comme ça que la directrice de l’académie, Farah Dowling (Eve Best) l’a repérée. Bloom ne sait pas trop comment fonctionne son pouvoir et elle espère en apprendre plus à l’académie. L’élément de Terra, comme son nom l’indique, c’est la Terre. Elle fait pousser de jolies fleurs en un tournemain, littéralement. Un peu rondouillarde, elle est complexée et a du mal à socialiser. Stella manipule la lumière. Sous ses airs de princesse se cache une jeune fille insécure brimée par une mère toxique. L’élément d’Aïsha c’est l’Eau, et la natation son sport favori. Quant à Musa, son truc c’est l’Esprit. Empathe, elle ressent les émotions des un-e-s et des autres et s’isole avec un casque audio pour ne pas se laisser envahir. Il faudra du temps aux cinq jeunes fées pour s’apprécier, mais elles y arriveront, un peu par la force des choses.

Des choses qui ne sont pas simples, car l’académie est sur le qui-vive : de terribles monstres, les Brûlés, sévissent dans les parages, et il est impératif de s’en débarrasser si nos jeunes héroïnes et tous leurs petits camarades ne veulent pas périr. Et c’est autour de cette problématique que tourne la première saison, problématique liée à la présence de Bloom qui, elle, n’a qu’un objectif : découvrir pourquoi elle est une fée alors que ses parents sont humains. Et elle est prête à faire n’importe quoi pour arriver à ses fins, ce qui n’est pas forcément une bonne idée lorsqu’on gravite dans un monde de magie.

Évidemment, il y a un beau gosse dans l’histoire, et c’est Sky (Danny Griffin), le chéri de Stella. ’Spécialiste’, il est formé avec ses camarades par leur instructeur Silva (Robert James-Collier) pour devenir une véritable machine de guerre et ainsi protéger les fées qui ne sont pas invincibles, malgré leurs pouvoirs. Sky a un super pote, Riven (Freddie Thorp) mais c’est un petit con. Et il y a aussi Dane (Theo Graham) qui se cherche, et Sam (Jacob Dudman), le frère de Terra qui plait bien à Musa.

Et finalement, dans le camp des outsiders se trouve Béatrix (Sadie Soverall), une fée d’Air vicieuse qui a un plan qui ne sent pas très bon.

Bon, j’en conviens, ça a vraiment l’air cucul-concon présenté comme ça. Et ça le serait complètement, d’ailleurs, si la magie était au centre de l’histoire, ce qui n’est pas le cas. La magie sert d’accessoire et ce qui est important ici, ce sont les relations entre les ados et la façon dont ils vont évoluer. Le bildungsroman classique, avec un petit truc en plus original et divertissant.

Les créateurs n’ont donc pas copié la série animée et ils n’ont pas non plus cherché à imiter Harry Potter ou Sabrina. Par contre, il y a une certaine ressemblance avec la série Les Magiciens. Mais alors que Quentin n’était pas un personnage très sympathique, Bloom, elle, a beaucoup plus d’atouts pour séduire les abonnés de Netflix. Bien que le postulat de départ manque gravement d’originalité (des êtres magiques à l’académie de magie...), les scénarios sont suffisamment bien écrits pour que l’on ne se lasse jamais et que l’on s’intéresse aux personnages, défauts comme qualités, et à leur histoire. Il y a bien sûr des effets spéciaux qui permettent d’asseoir le côté magique, mais sans exagération, ce qui donnerait presque une touche de vraisemblance à l’histoire : si les fées existaient, elles pourraient ressembler à ça. Les acteurs sont bons et les dialogues efficaces, avec la petite vulgarité occasionnelle qui va bien et qui crédibilise le jeu des relations entre les adolescents.

Destin est une série plutôt orientée pour un public jeune et féminin, mais si vous n’avez vraiment rien d’autre à regarder, alors pourquoi pas ?


EPISODE

- Episodes : 101 à 1.06
- Titres : To the Waters and The Wild, No Strangers Here, Heavy Mortal Hopes, Some Wrecked Angel, Wither Into the Truth, A Fanatic Heart.
- Date de première diffusion : 22 janvier 2021 (Netflix)
- Réalisateurs : Lisa James Larsson, Hannah Quinn, Stephen Woolfenden
- Scénariste : Brian Young, Speed Weed, Victoria Bata, Niceole R. Levy, Sarah Hooper.

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Sentinelle : La review du film Netflix
Pacific Rim - The Black : Review de la saison 1
Sword Art Online Alternative - Gun Gale Online : Review de la (...)
Ma douce et odieuse amie : La review du film Netflix
Snowpiercer : Review 2.06 Loin du Transperceneige
For All Mankind : Review 2.03 Rules Of Engagement
Superman & Lois : Production mise en pause et stock (...)
Servant : Review 2.08 Loveshack
Le Talisman : Steven Spielberg s’associe avec Les Frères (...)
Sentinelle : La review du film Netflix
Pinocchio : Cynthia Erivo & Joseph Gordon-Levitt pour le film (...)
The Terminal List : Jeanne Tripplehorn sur Amazon Prime
The Girl Before : La série pour HBO Max avec Gugu Mbatha-Raw et (...)
The Pale Blue Eye : Christian Bale et Scott Cooper refont équipe (...)
MegaCity Oceania : Le jeu de construction de la cité du (...)