600 connectés

Tenet : La critique

Date : 23 / 08 / 2020 à 13h45
Sources :

Unification


Dure mission, celle de donner un coup de main salutaire à la relance de la fréquentation des salles de cinéma. Le paradoxe, c’est que les petits distributeurs indépendants, auxquels il faut rajouter Universal, ont alimenté de petites pépites les complexes depuis leurs réouvertures en juin, mais leurs actions n’ont pas été suffisantes pour dépasser la peur du public à re-fréquenter ce lieu clos climatisé qu’est une salle de cinéma. Si Disney réinvestit les salles à la même date que Tenet avec Les nouveaux Mutants, c’est vraiment le film de Christopher Nolan qui porte tous les espoirs d’une exploitation au bord de la faillite.

Les bandes-annonces mystérieuses ont bien vendu au public le concept d’inversion temporelle qui donne toute sa saveur au film. Si les principes de cette inversion sont très bien expliqués au début du film par le personnage joué par Clémence Poesy, l’application à l’écran s’avère être une mission quasi-impossible. Le spectateur devra accepter, en entrant dans la salle, de lâcher prise sur le fait qu’il ne comprendra pas ou peu ce qu’il se passe à l’écran. Si certaines scènes trouveront une réponse plus tard dans le long-métrage, d’autres sont juste illisibles pour le commun des mortels.

Plusieurs raisons : d’abord la multiplicité de personnages à l’écran, certains en sens normal, d’autres inversés. Il est très difficile de s’avoir qui est qui, et ce n’est pas un bout de tissu de couleur sur les tenues de combat qui permet de rendre claire l’action. Ensuite, il faut reconnaître quel personnage suit la caméra et réfléchir si celui-ci est en sens normal ou en sens inverse. Reconnaître est déjà une gageure, puisque dans les scènes de combat, les personnages sont souvent méconnaissables puisque masqués et casqués.

C’est bien pourquoi, à un moment, pour profiter du film, il faut juste se laisser porter et accepter le fait qu’on ne puisse pas tout comprendre. Et ce n’est pas désagréable de se laisser porter, car il faut dire que visuellement, l’ensemble est une tuerie sensorielle. Nolan a réellement fait un film qui n’a jamais été vu auparavant à l’écran. Et puis le coté ludique sera de revoir le film, car on saura plus précisément ce qu’il faut regarder.

Le casting est plutôt bon et en particulier John David Washington. Quasi-omniprésent à l’écran, d’un regard, celui-ci exprime à la perfection peur, détermination, menace ou compassion… Bref un excellent acteur. Si vous êtes resté bloqué à sa période Twilight, il serait peut-être temps de réviser votre jugement sur Robert Pattinson qui est excellent dans un personnage plus complexe qu’on pourrait le penser au départ. Elisabeth Debicki joue une femme ambivalente, de victime, celle-ci va se révéler dans l’action. Quant à Kenneth Branagh, ce n’est pas la première fois qu’il joue un Russe à l’accent prononcé. Je ne suis toujours pas fan, on est toujours à la limite du cabotinage, même si physiquement, il est assez convaincant dans son coté létal et menaçant.

Sur sa mise en scène, c’est certainement un des Nolan les plus impressionnants. Rien que la scène d’introduction, l’attaque de l’Opéra, mérite au film d’être vu, tellement cela vous cueille littéralement sur votre fauteuil. Si vous enlevez le coté complexe de l’inversion temporelle, les relations entre les personnages restent simples, voire même trop simples. C’est et cela reste donc un film 100% Christopher Nolan, avec les atouts et les défauts des films du réalisateur.

Tenet n’est pas son meilleur, mais vaut à coup sûr d’être vu sur le grand écran d’un cinéma.

FM

Tenet est un excellent film de science-fiction qui joue brillamment avec la notion du temps. Quant au titre, qui est un palindrome, il peut se lire à l’endroit et à l’envers et est la parfaite représentation de ce que le spectateur va découvrir avec ce renversement temporel qui est présenté.

Le scénario de Christopher Nolan est formidablement écrit. Il présente un homme qui va être recruté par un organisme secret et se retrouver impliqué dans des opérations internationales. Il va alors se rendre compte que le temps n’est pas l’élément linéaire qu’il pensait et va devoir lutter contre une catastrophe annoncée qui se déroule d’une bien étrange façon.

Si le film dure 2h30, il n’en contient pas moins des ellipses et des raccourcis qui, notamment sur la dernière partie, donnent l’impression d’avoir à faire à quelques incohérences qui finalement n’en sont pas. L’information concernant ce qu’il se passe durant le récit est distillée pendant tout celui-ci et trouve un bel éclairage à la fin, ce qui donne évidemment une grande envie de le revoir rapidement. Néanmoins, la dramaturgie pourrait en surprendre certains et il ne faut pas hésiter à se laisser porter par les événements et à accepter de n’avoir la révélation du tableau complet que dans les dernières minutes du récit.

La mise en scène de Christopher Nolan est vraiment impressionnante. Celui-ci s’appuie sur des effets spéciaux spectaculaires et des cascades particulièrement dantesques qui, après une ouverture explosive, devient de plus en plus époustouflante au fur et à mesure que le temps lui-même est détourné. La minutie des séquences et l’enchaînement des situations sont réalisés avec un grand brio. Il se passe d’ailleurs parfois plusieurs choses à l’écran, qui ont toute leur importance, et qui sont nécessaires, compte-tenu de la narration particulière de l’histoire. S’il n’est pas évident de tout saisir en même temps, et que cela n’est finalement pas essentiel pour comprendre la situation, le revisionnage du film permet d’en apprécier toute sa subtilité, et sa saveur cachée.

Le rythme du long métrage est sans temps mort, alternant entre action et enquête du protagoniste principal afin d’essayer de comprendre ce qu’il se passe et comment y remédier. Les relations entre les différents personnages sont parfois un peu étranges et ceux-ci sont l’élément de l’histoire le moins abouti avec des comportements un peu décalés et des répliques ne sonnant pas toujours juste.

Les acteurs sont toutefois très bons dans leurs rôles et vraiment crédibles dans toutes les scènes de combat et de fusillade dans lesquelles ils sont impliqués. John David Washington est formidable dans le rôle principal d’un homme prêt à tout pour sauver le monde d’une menace inédite. Robert Pattinson est superbe en agent qui se retrouve à ses côtés et l’aide à mener cette mission à bien. Kenneth Branagh est vraiment intéressant en riche homme d’affaires impliqué dans de sombres trafics. Et Elizabeth Debicki est touchante dans le rôle de sa femme qui voudrait s’émanciper.

La photographie de Hoyte Van Hoytema est magnifique. Elle est d’une grande beauté et apporte de belles qualités graphiques à ce que l’on voit à l’écran. Il y a aussi un très bon travail sur les décors de Nathan Crowley et un vrai soin apporté aux costumes par Jeffrey Kurland qui aident à se plonger encore plus au cœur d’une histoire à multiniveau.

Il faut, de plus, souligner le magnifique travail de montage de Jennifer Lame qui n’est pas rendu facile par la chronologie des événements et par les éléments complexes qui s’entremêlent sans arrêt à l’écran.

Tenet est un film impressionnant qui bénéficie d’un scénario original tout à fait captivant et d’une mise en scène grandiose. Avec un récit qui présente la temporalité d’une façon particulière, des acteurs qui peuvent se dédoubler au gré du récit et une réalisation qui en met plein les yeux, Christopher Nolan continue de montrer qu’il est un réalisateur majeur du XXIe siècle et qu’il sait capter le temps comme nul ne le fait vraiment. Si l’œuvre met plus de deux heures pour être compréhensible dans sa globalité, le long métrage reste longtemps en mémoire et donne une très grande envie de le revoir pour l’apprécier encore mieux.

Impressionnant et captivant.

IA

SYNOPSIS

Muni d’un seul mot – Tenet – et décidé à se battre pour sauver le monde, notre protagoniste sillonne l’univers crépusculaire de l’espionnage international. Sa mission le projettera dans une dimension qui dépasse le temps. Pourtant, il ne s’agit pas d’un voyage dans le temps, mais d’un renversement temporel…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 29
- Titre original : Tenet
- Date de sortie : 26/08/2020
- Réalisateur : Christopher Nolan
- Scénariste : Christopher Nolan
- Interprètes : John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Kenneth Branagh, Dimple Kapadia, Aaron Taylor-Johnson, Himesh Patel, Clémence Poésy, Michael Caine
- Photographie : Hoyte Van Hoytema
- Montage : Jennifer Lame
- Musique : Ludwig Göransson
- Costumes : Jeffrey Kurland
- Décors : Nathan Crowley
- Producteur : Christopher Nolan, Emma Thomas pour Syncopy, Warner Bros. Pictures
- Distributeur : Warner Bros. France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Tenet



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Rétrospective Ida Lupino : La critique
Les trois jours du Condor : La critique
Kajillionaire : La critique
Autonomes : La critique
Billie : La critique
Nick Fury : Samuel L. Jackson de retour pour un Projet Marvel / (...)
Helstrom : Nouvelle bande annonce de la série Marvel TV de (...)
Moah : Review de la saison 1
Netflix : Vers une hausse du prix des abonnements ?
Game of Thrones : Les raisons de l’absence de Lady (...)
Resident Evil - Infinite Darkness : La bande annonce de la série (...)
Truth Seekers : Bande annonce et date pour la comédie Amazon (...)
Rétrospective Ida Lupino : La critique
Sex Education : Jason Isaacs pour la saison 3 de la dramédie (...)
Turner & Hooch : Le remake TV recrute 4 nouveaux (...)