685 connectés

On ment toujours à ceux qu’on aime : La critique

Date : 04 / 03 / 2019 à 11h30
Sources :

Unification


On ment toujours à ceux qu’on aime est une comédie douce amère sur une jeune femme présentant une vie qui n’est pas la sienne à sa famille et se retrouvant obligée de faire face à sa grand-mère venant la retrouver.

En effet, une chanteuse canadienne n’ayant pas réussi à faire carrière en France est devenue serveuse. Elle s’est néanmoins inventée une vie de rêve pour sa famille. L’arrivée de sa grand-mère va devoir l’obliger à jongler entre mensonges et vérités.

Le film de Sandrine Dumas est un étrange road movie qui se passe sur les petites routes de France. En effet, les protagonistes se retrouvent bien vite ensemble à aller chercher la ville de naissance de la grand-mère, alors que les secrets de sa petite-fille sont dévoilés les uns après les autres.

Le casting est très bon. Monia Chokri réussit à être sympathique en femme plutôt égocentrique à la carrière ratée. Fionnula Flanagan est formidable en grand-mère généreuse et pleine d’humour. Jérémie Elkaïm est touchant un ancien petit ami jouant le jeu. Et Marthe Keller dans le rôle de la mère de ce dernier campe une femme à poigne qui rêve de se rapprocher de son fils.

La Ville de Paris, et les routes de France participent beaucoup à l’ambiance se dégageant du long-métrage. Elles sont bien mises en valeur par la belle photographie de Nathalie Durand. Entre passé et présent, fantasmes et réalité, cette chronique parfois poétique illustrant les liens de famille est sucrée-salée.

Le scénario de Sandrine Dumas, Hélène Angel et Natalia Reyes sait trouver les bons mots pour parler du sujet délicat. À travers ce passage à l’âge adulte d’une femme qui ne peut plus fuir la réalité, c’est aussi l’espoir en un autre futur qui se dessine.

La bande originale de Delphine Ciampi est aussi agréable à écouter et offre quelques passages chantés sympathiques.

On ment toujours à ceux qu’on aime est une comédie dramatique qui est parfois drôle, souvent touchante. Sans renouveler vraiment le genre, cet étrange road movie entre une grand-mère et sa petite fille, à la recherche d’une autre vie est plaisant à découvrir.

Surprenant et crépusculaire.

SYNOPSIS

Après avoir sabordé sa carrière de chanteuse, Jewell Stone vit à Paris d’un boulot de serveuse. Marie, sa grand-mère et unique famille, qui vit dans le Vermont, USA, débarque du jour au lendemain pour la voir. Mais comment l’accueillir quand Jewell lui raconte depuis si longtemps des bobards sur sa vie, son travail et ses amours ? D’une lettre à l’autre, elle s’est inventée une carrière qui marche, une vie avec Paul, et même une fille, Ruby. Mais comme dit un proverbe italien, le mensonge a les jambes courtes !

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 30
- Titre original : On ment toujours à ceux qu’on aime
- Date de sortie : 06/03/2019
- Réalisateur : Sandrine Dumas
- Scénariste : Sandrine Dumas, Hélène Angel, Natalia Reyes d’après l’œuvre de Théo Hakola
- Interprètes : Monia Chokri, Jérémie Elkaïm, Marthe Keller, Fionnula Flanagan
- Photographie : Nathalie Durand
- Montage : Barbara Bascou
- Musique : Delphine Ciampi
- Costumes : Carole Gérard
- Décors : Denis Renault
- Producteur : Jean-Luc Ormières pour Pio et Co
- Distributeur : Dean Medias

LIENS

- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

On ment toujours à ceux qu'on aime



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le feu sacré : La critique
Manhunter : La critique
Babylon : La critique
A Dark, Dark Man : La critique
The Good Criminal : La critique
Star Wars - The Mandalorian : Rosario Dawson en Ahsoka Tano, une (...)
Stargate : La porte des étoiles reste ouverte
Doctor Who - Revolution of the Daleks : La bande annonce de (...)
N’écoute pas : La review du film Netflix
The Umbrella Academy : Elliot Page a fait son coming-out (...)
Canal + - Bandes Annonces : 2 décembre 2020
Projet film d’horreur : Alex Garland travaille sur un film (...)
Petite fille : La review du film Arte
Projet comédie : Judd Apatow signe avec Netflix
La Casa De Papel : La critique des Escape Games