Le jeu de la Dame : Netflix mis Échec et mat par une icône soviétique des échecs !

Date : 10 / 09 / 2022 à 09h45
Sources :

Deadline


L’icône soviétique des échecs Nona Gaprindashvili avait porté plainte en 2021 contre Netflix pour sexisme et inexactitude historique dans sa mini-série récompensée aux Emmy Awards, Le jeu de la Dame. Le streamer passe maintenant à la caisse et règle le litige avec un chèque de 5 millions de dollars.

Le règlement de l’affaire intervient alors qu’en janvier dernier, un juge fédéral avait rejeté la demande de renvoi de la plainte de Netflix : "Netflix ne cite pas, et la Cour n’est pas au courant, de cas excluant les plaintes en diffamation pour la représentation de personnes réelles dans des œuvres par ailleurs fictives", a écrit la juge Virginia A. Phillips. "Le fait que la série soit une œuvre de fiction n’exonère pas Netflix de toute responsabilité pour diffamation si tous les éléments de la diffamation sont par ailleurs présents."

Bousculant les barrières entre les sexes au plus haut niveau des échecs dans les années 1960, aprindashvili, née en Géorgie (en Europe de l’Est), s’est opposée à une réplique dans l’épisode final de la série qui mettait ses accomplissements dans la vie réelle en regard de la prodige fictive Beth Harmon, incarnée par Anya Taylor-Joy :

"La seule chose inhabituelle chez elle, en fait, c’est son sexe, et même ça, ce n’est pas unique en Russie", dit un commentateur dans la série alors que Harmon joue dans le Moscou de 1968 contre un adversaire masculin. "Il y a Nona Gaprindashvili, mais elle est championne du monde et n’a jamais affronté d’hommes", plaisante la série de Scott Frank et Allan Scott basée sur le roman de Walter Tevi paru en 1983.

Une réplique sans importance pour certains, mais qui n’est absolument pas vraie. L’allégation selon laquelle Gaprindashvili "n’a jamais affronté d’hommes" est manifestement fausse, en plus d’être grossièrement sexiste et dévalorisante", indique la plainte pour diffamation déposée par la légende des échecs en septembre 2021.

"En 1968, année où se déroule cet épisode, elle avait affronté au moins 59 joueurs d’échecs masculins (dont 28 simultanément lors d’une partie), dont au moins dix grands maîtres de l’époque, parmi lesquels Dragolyub Velimirovich, Svetozar Gligoric, Paul Keres, Bojan Kurajica, Boris Spassky, Viswanathan Anand et Mikhail Tal. Les trois derniers ont également été champions du monde au cours de leur carrière."

Netflix avait tenté de faire valoir qu’une inexactitude mineure a été commise au mieux. Ils avaient également fait valoir que l’essentiel de la série était un récit féministe. De plus, le streamer avait poursuivi en disant que la ligne Gaprindashvili ne devait pas avoir d’importance parce que Le jeu de la Dame avait un avertissement et "est une œuvre entièrement fictive", même si elle mentionne des personnes réelles et des événements réels de l’époque de la guerre froide.

Mettant Netflix du côté du mauvais perdant, la juge avait continué : "Malgré la présence de fiction entourant la Ligne, cependant, la Cour ne peut ignorer que la Série fait référence à des personnes et des événements réels et, plus important encore, la Ligne identifie une personne réelle, la plaignante, par son nom, fait référence à sa carrière réelle, puis montre un acteur assis dans le public qui ressemble à la plaignante. Non seulement cela comble le fossé entre l’association du personnage supposé fictif et la personne réelle, mais indépendamment du fait que les téléspectateurs aient reconnu le nom de la plaignante (comme certains l’ont fait), ils ont pu raisonnablement croire que le commentaire était l’un de ces détails historiques incorporés dans la série."

La plaignante voulait à l’époque un procès devant jury, mais Netflix a préféré régler la situation sans faire de vague, et a donc fait un chèque de 5 millions de dollars ces derniers jours.


Les séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Imperfects / Partner Track : Annulations tout azimut pour (...)
Monstre / The Watcher : Netflix étend l’univers Ryan (...)
The Gentlemen : Theo James en tête d’affiche de la série (...)
Girls5eva : De Peacock à Netflix pour la comédie musicale
Death Note : Halia Abdel-Meguid pour écrire la série (...)
Les bonnes étoiles : La critique
PIFFF 2022 : Son histoire en BA
Knock at the Cabin : L’affiche du prochain M. Night (...)
Prime Video - Bandes annonces : 4 décembre 2022
Monster of the Week : La critique des 6 nouveaux cadres (...)
Netflix - Bandes annonces : 4 décembre 2022
Le Chat Potté 2 - la dernière quête : La critique
Willow : Un début de série riche en enseignements (SPOILERS)
The Last of Us : Les affiches personnages de la série (...)
Tulsa King : Sylvester Stallone reconduit au sommet de sa forme (...)