147 connectés

[Soirée] The Room : La rencontre avec Tommy Wiseau et Greg Sestero

Date : 05 / 03 / 2018 à 11h30
Sources :

Unification


Avant la projection du film The Room, le réalisateur-scénariste-producteur-acteur Tommy Wiseau et l’acteur Greg Sestero sont venus répondre aux questions du public.

Voici la retranscription des échanges très drôles qui ont eu lieu ci-dessous. Vous pouvez aussi en visualiser la vidéo en fin d’article.

The Room est un film indépendant, ayant coûté 6 millions de dollars, principalement sortis de la poche de Tommy Wiseau, et dont le tournage s’est étendu sur 2 ans. Cette histoire est d’ailleurs racontée dans The Disaster Artist, le livre écrit des années plus tard par l’acteur secondaire, Greg Sestero ami du réalisateur. Le film éponyme issu de ce roman sortira dans les salles françaises le 5 mars 2018.

À l’issue d’un tournage picaresque, d’une publicité impressionnante (un panneau géant à Los Angeles et une avant-première dans un cinéma classieux), le bilan tombe. Et ce dernier éreinte le long métrage qui présente un peu tout ce qu’on ne doit pas faire pour réussir un film.

Un bilan très négatif faisant retirer l’œuvre au bout de 2 semaines d’exploitation et douchant les espoirs importants du réalisateur espérant bien l’emmener aux Oscars.

Néanmoins, le long métrage connaît une seconde existence à travers des séances de minuit de plus en plus remplie de spectateurs venus se rendre compte avec stupeur de ce qu’on leur avait dit dessus.

Et force est d’avouer que le cinéma de Tommy Wiseau est surprenant. Son histoire de femme trompant son fidèle compagnon avec le meilleur ami de ce dernier n’a rien d’original. Mais tous les protagonistes s’évertuent à dire à la belle que c’est mal de vouloir quitter et tromper son compagnon, que c’est un homme sensible qui l’aime, s’occupe bien d’elle et ne devrait pas être abandonné.

Ainsi, avec des répliques indigentes et des situations invraisemblables, le spectateur perd vite le fil d’une histoire décousue. D’autant que les protagonistes entrent et sortent sans arrêt de la pièce principale de l’appartement du héros, cette pièce (room) donnant son titre à l’histoire.

À vrai dire, rien n’est à sauver dans le film, entre des acteurs parfois indigents qui changent au fil de l’histoire sans explication, des effets spéciaux ridicules, une photographie qui peine parfois à faire le focus et des situations stupides.

Le long métrage a donc obtenu rapidement le titre de culte parmi les nanars, très mauvais films devenant vraiment drôles lorsqu’on les voit en bonne, ou mauvaise, compagnie.

Ce n’est donc pas étonnant qu’on puisse le découvrir au cours de soirées spéciales ayant leurs propres codes, dont un vestimentaire pour ceux qui jouent le jeu à fond avec costard trop grand et robe rouge. Les répliques comme Hé Hi (Denis, doggie, Alain, Peter... entourer le nom de la bonne personne), qui reviennent de nombreuses fois dans le récit sont reprises en cœur par un public hilare.

Au fil du temps, l’œuvre est devenue de plus en plus interactive, avec des "Bye" à crier quand les gens sortent, des cuillères en plastique (fournies pour la séance) à jeter dans la salle chaque fois qu’on en voit à l’écran, d’autres répliques à crier, comme "La porte", qu’oublient régulièrement de fermer les protagonistes. C’est d’ailleurs à se demander si l’appartement en à besoin au vu des nombreuses personnes qui passent leur temps à y entrer et en sortir... parfois sans aucune raison.

Bref, vous l’aurez compris, on rit beaucoup en voyant The Room. Un film à néanmoins éviter de voir sérieusement et seul, sinon on risque au bout de quelques minutes de le trouver franchement insupportable et plus que pénible.

Faute d’être connu pour un grand film, Tommy Wiseau se contente de son statut de très mauvais réalisateur, scénariste et acteur et voyage dans divers pays pour présenter son long métrage au cours de soirées ou ce dernier va se faire étriller par un public hilare. Un succès non démenti qui a fini par rembourser le prix exorbitant de son tournage de 6 millions d’euros en 2003.

Mais il faut reconnaître que l’homme, à défaut d’être doué dans le milieu du cinéma, est loin d’être bête. Il a essayé au début de faire croire qu’il avait voulu mettre du second degré, avant de se prêter maintenant à des séances de dédicaces, selfies et vente de produits dérivés, courues par les amateurs.

Comme l’un des protagonistes l’a rappelé en début du film contant ce tournage épique The Disaster Artist, qui se souvient du film qui a gagné l’Oscar il y a 15 ans, l’année de sortie de The Room qui continue d’être montré régulièrement en salle ? J’y ajoute, "qui peut oublier The Room après l’avoir vu ?"

Q&A DE TOMMY WISEAU ET GREG SESTERO

En faisant The Room, vouliez-vous exorciser une histoire personnelle ?

Tommy Wiseau : Oui, en effet, c’est une histoire personnelle et tous les personnages du film sont inspirés de vraies personnes.

Est-ce qu’il va y avoir un The Room 2 ?

Tommy Wiseau : Avant The Room ira à Broadway.

Pourquoi y a-t’il eu un changement d’affiche entre le film et la jaquette du DVD ?

Tommy Wiseau : Pourquoi le ciel est bleu, la nuit noire ? Parce que.

Préférez-vous de la Red Bull ou du haschich ?

Tommy Wiseau : De la Red Bull.

Quelle est la routine capillaire de Tommy ?

Tommy Wiseau : C’est un secret.

Si vous deviez refaire le film et utiliser une musique pour la scène d’amour parmi toutes celles existantes qui seraient libres de droits, laquelle choisiriez-vous ?

Tommy Wiseau : La vie en rose d’Edith Piaf.

Avez-vous vu la web série sur Que sont devenu les acteurs de The Room ?

Tommy Wiseau : Non.

Est-ce que votre vie sexuelle n’est pas top ?

Tommy Wiseau : Non.

Pensez-vous avoir de la chance de vivre de votre vivant ce que Ed Wood n’a pas vécu ?

Tommy Wiseau : Qui est Ed Wood ? Je m’en moque.

Quel est votre nouveau projet ?

Greg Sestero : Je joue dans un film Best F(r)iends qui sort en avril et est très bizarre. J’en ai écrit le scénario et je partage le rôle principal avec Tommy.

Que pensez-vous du film de Warner sur le tournage de votre film, l’adaptation de votre livre The Disaster Actor ?

Greg Sestero : Je ne pensais pas qu’on pouvait jouer Tommy.

Tommy Wiseau : C’était bien.

Greg Sestero : J’ai pensé à d’autres personnes pour jouer nos rôles quand j’ai écrit le livre. Après la sortie du film, c’était bizarre de voir les acteurs qui nous incarnent.

Tommy Wiseau : J’aurais aimé que ce soit Johnny Depp qui fasse mon rôle.

Quel effet cela fait 15 ans après la sortie de votre film de vous retrouver sur le tapis aux Golden Globe

Greg Sestero : C’est incroyable ! On pensait y aller, mais pas comme cela. Je veux dire quelque chose sur Tommy. Il a toujours pensé que le rêve américain est vrai.

VIDÉOS

Rencontre avec Tommy Wiseau et Greg Sestero :


Bande annonce :


GALERIE PHOTOS

Soirée The Room



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


[Soirée] L’Ecran Pop : Soirée double Mamma Mia ! 1 et (...)
Événement CGR : Le circuit a présenté sa salle premium ICE (...)
Événement 4DX : Inauguration de la 500ème salle 4DX au Pathé (...)
La nuit des Publivores : Le bilan
Artistes ! : Anthologie de courts métrages documentaires (...)
Captain Marvel : Enfin la première bande annonce
Star Trek : Rainn Wilson tease le retour d’Harry (...)
Doom Patrol : Robotman se montre
Le retour de Mary Poppins : La nouvelle bande annonce
Climax : La critique
The Conjuring 3 : Des dates pour le nouveau film
L’Étrange Festival 2018 : Un bilan bien étrange
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Emmys 2018 : Les gagnants
Bandes Annonces & Co : 18 septembre 2018