463 connectés

Mr Rudolpho [VOD] : La critique

Date : 02 / 10 / 2017 à 10h00
Sources :

Unification


Mr Rudolpho est un très bon film indépendant parlant d’un sujet à priori pas drôle, mais le transformant en merveilleux conte moderne qui fait rire et donne le moral.

Monsieur Rudolpho a un problème. Il est riche, c’est un célèbre créateur de mode italien, mais il s’ennuie terriblement. C’est donc pour en finir avec cet état qu’il décide de se suicider pendant la semaine de la mode à Berlin.

Évidemment, le destin va en décider différemment et ce dernier va se retrouver au sein d’une troupe d’artistes bohèmes et hippies. Mais l’histoire est bien plus complexe que cela et son scénariste et réalisateur, Michael Glover, entremêle tueurs à gages, société de consommation, histoire d’amour et personnages hauts en couleur pour le plus grand bonheur d’un spectateur averti dès le début du film qu’il doit rester patient pour comprendre l’intégralité du récit.

En effet, ce dernier n’est pas linéaire et les différents personnages apparaissent dans des scénettes semblant ne pas avoir de rapport les unes avec les autres avant de former un merveilleux ensemble se tenant parfaitement.

Comme dans tous leurs films, le duo formant le groupe Bright Blue Gorilla, Michael Glover, Robyn Rosenkrantz, composant la musique de leurs longs métrages, font des apparitions remarquées. Ces derniers forment un « cœur grec » inspiré du théâtre antique grec. Ils se retrouvent ainsi à proximité de leurs personnages dans des scènes clé afin de narrer en chansons les pensées des uns et des autres. Des manifestations judicieusement mises en scène alors que les deux artistes se retrouvent dans diverses tenues et pieds nus.

La mise en scène de Michael Glover est vraiment intéressante, inventive et rafraîchissante. Ce dernier dirige aussi parfaitement ses acteurs qui livrent une interprétation collégiale fort bonne.

Les comédiens sont impeccables et souvent bien drôles à l’instar du formidable duo de tueurs à gages gastronomes, des policiers allemands, de la section d’Interpol où de la troupe d’artistes déjantés.

Si le budget n’est pas très élevé, et que l’œuvre fait appel à la participation de figurants bénévoles dans chacun des pays où se passent l’intrigue, l’Italie et l’Allemagne, cela ne se ressent jamais. On se retrouve d’ailleurs devant du vrai cinéma, intelligent, bien fait et généreux.

Mr Rudolpho est un film qu’il ne faut pas hésiter à voir pour aux moins deux excellentes raisons : parce que le long métrage est très bon et fait un bien fou, et parce qu’encourager le cinéma indépendant, c’est pouvoir accéder à des films que l’on a vraiment envie de voir et qui s’éloignent du formatage du septième art que beaucoup d’autres œuvres subissent.

Avec une histoire bien écrite, une réalisation solide, des acteurs bien sympathiques, une galerie de personnages truculente et une BO soignée, il ne faut pas hésiter à se faire plaisir et à voir la vie bien plus belle après avoir visionné une œuvre humaniste et généreuse faisant du bien au cœur et à l’âme.

Amusant et réjouissant.

Vous pouvez aussi trouver en fin d’article la petite session de question-réponse qui a eu lieu à l’issue de la projection de Mr Rudolpho.

De plus, vous pouvez aller voir le concert très agréable, contenant des chansons de leur film, qu’ils ont donné avant la projection de l’avant-première française du film ICI.

SYNOPSIS

300 artistes, 52 acteurs, 30 nationalités, 35 lieux de tournage... Mr. Rudolpho est le 6e long-métrage de Bright Blue Gorilla, un duo de soul-folk américain qui a l’habitude d’apparaître en chansons à l’écran pour commenter le film ! Un style original, drôle et très créatif qui séduit les fans de Bright Blue Gorilla depuis déjà 27 ans !

Mr Rudolpho est une comédie romantique bénéficiant d’une narration musicale des Bright Blue Gorilla. C’est l’histoire d’un créateur de mode italien de renommée internationale qui est désillusionné par sa vie sans intérêt et qui décide de se suicider pendant la semaine de la mode de Berlin. Heureusement, son plan tourne mal et il se retrouve pris en charge par un groupe d’artistes bohèmes qui n’ont aucune idée de qui il est. Pendant ce temps, tout le monde recherche Mr Rudolpho... Et le film étant une œuvre de Bright Blue Gorilla, l’intrigue s’épaissit, se retourne et rime avec amour, musique et chaos comiques !

BANDE ANNONCE


VIDÉO DU Q&Ah5>


FICHE TECHNIQUE VIDEO

- Disponibilité : VOD
- Date de sortie : 02/10/2017
- Audio : Anglais, Allemand et Italien
- Sous-titres : Français
- Durée du film : 1 h 50

FICHE TECHNIQUE FILM

- Titre original : Mr Rudolpho Jubilee
- Réalisateur : Michael Glover
- Scénariste : Michael Glover
- Interprètes : Christiane Paul, Francesco Mazzini, Stig Eldred, Michael Rothmann, Frank Kallinowski, Luisa Wietzorek, Michael Glover, Robyn Rosenkrantz, Howard Corlett, Tony Moore, Enzo Giraldo, Valeria Anna Ferrario
- Photographie : Tomasz Winczewski
- Montage : Michael Glover
- Musique : Michael Glover, Robyn Rosenkrantz
- Costumes : Beatrice Paola Ruffini
w- Producteur : Michael Glover, Robyn Rosenkrantz pour Under The Milky Way, Bright Blue Gorilla
- Distributeur : Under The Milky Way

LIENS

- SITE OFFICIEL
- SITE OFFICIEL DE BRIGHT BLUE GORILLA
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Mr Rudolpho



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Summer of 84 [DVD / Blu-Ray] : La critique
The Unthinkable [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Les filles du soleil [VOD] : La critique
Sicilian Ghost Story [DVD] : La critique
Mary Shelley [DVD / VOD] : La critique
Charlie’s Angels : Les premières photos officielles du (...)
Gentleman Jack : Review des premiers épisodes
Mais vous êtes fous : La critique
Game of Thrones : Focus sur les éditions vidéo
Mouse Guard : Le film de la Fox annulé par Disney
My Home Hero : La critique du tome 2
Guardians of Legends : Une chasse au trésor de 210.000 (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 22 avril 2019
The Boys : La bande annonce totalement folle de la série (...)
The Orville : Review 2.13 Tomorrow, and Tomorrow, and (...)