Star Trek - Discovery : Comment transformer une bibliothèque de renommée mondiale en salles des archives de Starfleet ?

Date : 26 / 05 / 2024 à 13h30
Sources :

Trek Movie


Retour sur ce qui a dû être fait en coulisses pour que l’équipe de Star Trek - Discovery soit autorisée à tourner dans une bibliothèque où jamais aucune équipe n’a mis les pieds auparavant...

L’épisode Labyrinths de la saison 5 de Star Trek - Discovery a vu certains de ses héros faire un petit tour dans "The Eternal Archive" du Starfleet du 32e siècle. Pour obtenir ce décor sans doute très réaliste, la production est allée tourner à la Bibliothèque Universitaire Thomas Fisher dédiée aux livres rares de Toronto. Michael Cassabon, fan de Star Trek et directeur des lieux, a aidé l’équipe de production sur place et a écrit sur ses expériences sur la série et sur ce qui rend la bibliothèque Fisher si unique.

Quand Star Trek est arrivé à la bibliothèque Fisher…

Melissa Warry-Smith, la régisseuse de Star Trek - Discovery, et son équipe ont approché l’Université de Toronto à l’été 2022 avec une très grande demande : filmer avec audace là où personne n’a filmé auparavant. En tant que plus grand conservateur de manuscrits et livres au Canada, la bibliothèque de livres rares Thomas Fisher renferme de puissantes connaissances entre ses murs. Il s’agit d’un lieu de renommée mondiale.

Mais l’approche de Warry-Smith concernant le Fisher en tant qu’emplacement du Eternal Archive avait beaucoup de sens. Non seulement l’architecture et le vaste espace intérieur ressemblaient à de la science-fiction, mais cela avait également du sens parce que Labyrinths souligne le travail des bibliothécaires et des archivistes dans la préservation et la poursuite du savoir, intrinsèque aux valeurs fondamentales de Star Trek.

Les collections (presque éternelles) de Fisher

Si Hy’Rell (Elena Juatco) était là, elle vous dirait que la bibliothèque de livres rares est une merveille. Sa collection s’étend sur des millénaires. La bibliothèque abrite quatre in-folios de Shakespeare, plus de 800 volumes manuscrits reliés datant d’avant le XVe siècle et 40 papyrus égyptiens du IIIe siècle avant notre ère. Les folios de Shakespeare, parmi d’autres textes anciens réels, font une apparition derrière Burnham et Book dans les vitrines dans l’épisode. Shakespeare et Star Trek, bien sûr, sont liés depuis le début.

Tournage au Fisher

Le Fisher est au cœur du campus principal de l’université, qui se trouve au centre de Toronto. Les dirigeants de la bibliothèque pensaient que cette collaboration serait une merveilleuse opportunité de mettre en valeur la pertinence durable des bibliothèques dans la quête humaine de sens. Les producteurs délégués de Disco ont dédié l’épisode en remerciant "les bibliothécaires du monde entier, dévoués à la préservation des artefacts, des connaissances et de la vérité".

Il était également important que la bibliothèque joue le rôle d’un personnage clé, essentiel pour découvrir "la plus grande puissance de la galaxie connue" comme l’a dit le Dr Kovich (David Cronenberg, ancien étudiant de l’Université de Toronto) à Michael (Sonequa Martin-Green).

Le tournage au Fisher s’est déroulé sur trois nuits pour éviter de perturber les étudiants et les chercheurs. L’équipe de production a été remarquablement efficace et respectueuse, surtout compte tenu du calendrier serré. Toutes les précautions ont été prises pour éviter de mettre en danger les manuscrits. L’équipe de production avait déjà tourné dans des endroits sensibles de Toronto, des scènes avaient déjà été tournées au Musée Aga Khan par exemple.

Dans les coulisses

Les scènes de paysage mental entre Book et Michael ont été filmées sur la mezzanine de Fisher. Cependant, pour les séquences d’action, des décors ont été construits aux Pinewood Studios pour reproduire le Fisher. Les moments forts ont été pour Cassabon de manger des hamburgers avec David Ajala (Book) et de rencontrer Jonathan "Capitaine Riker" Frakes. Le point culminant selon Cassabon a été la rencontre avec Martin-Green, "aussi étonnante, magnétique et gracieuse que tout le monde le dit".

Un sentiment de destin

Cette saison de Discovery se concentre sur la quête de sens, et le tournage au Fisher a semblé un hasard. L’engagement de la bibliothèque à préserver et à explorer les connaissances grâce à l’application de nouvelles technologies reflète les thèmes de découverte et de compréhension de Star Trek. À juste titre, l’Université de Toronto est située au cœur du Discovery District de la ville, un quartier réputé pour sa concentration d’instituts de recherche, d’hôpitaux et de startups dédiées à l’innovation et au progrès. Il est également approprié que le tournage ait eu lieu dans une bibliothèque universitaire, compte tenu du nombre de chercheurs, d’érudits et de dirigeants qui ont été inspirés à poursuivre leur carrière en partie grâce à Star Trek.

Cassabon dirige un systèmes composé de 40 bibliothèques dans cette université.


Star Trek Discovery est Copyright © CBS Television Studios, Secret Hideout et Roddenberry Entertainment Tous droits réservés. Star Trek Discovery et toutes ses déclinaisons, ses personnages et photos de production sont la propriété de CBS Television Studios, Secret Hideout et Roddenberry Entertainment



 Charte des commentaires 


Star Trek - Discovery : Une fin heureuse pour Saru, mais pas (...)
Star Trek - Discovery : Un final qui laissera des traces (...)
Star Trek - Discovery : Comment transformer une bibliothèque de (...)
Star Trek - Discovery : Enlever leur casque aux Breens était-il (...)
Star Trek - Discovery : Sonequa Martin-Green entre passé et (...)
Cinéma - Bandes annonces : 23 juin 2024
Star Wars - The Acolyte : Critique 1.04
Alien - Romulus : La rencontre avec le réalisateur Fede (...)
Avengers 5 : Doctor Strange attendu de pied ferme à partir de (...)
Deadpool : Shawn Levy adorerait inclure Spider-Man à la (...)
Batman - Caped Crusader : Le teaser et des révélations
Resident Alien : Une saison 4 pour la série avec Alan (...)
Officier et Gentleman : Miles Teller en passe de reprendre le (...)
Brèves : Les informations du 22 juin
Rose Bertin, la couturière fatale : La critique du tome (...)