Dark Matter : La critique des deux premiers épisodes

Date : 09 / 05 / 2024 à 16h00
Sources :

Unification


DARK MATTER

- Date de diffusion : 08/05/2024
- Plate-forme de diffusion : Apple TV+
- Épisodes : 1.01, Es-tu heureux, dans la vie ? - 1.02, Le voyage d’une vie
- Réalisateur : Jakob Verbruggen
- Scénaristes : Blake Crouch, Jacquelyn Ben-Zekry, Ihuoma Ofordire
- Interprètes : Joel Edgerton, Jennifer Connelly, Alice Braga, Jimmi Simpson, Oakes Fegley, Dayo Okeniyi, Marquita Brooks, Amanda Brugel,

LA CRITIQUE

On vous l’a souvent dit sur Unif. Apple TV+ est un véritable pourvoyeur de séries SF de première qualité. Dark Matter coche-t-elle toutes les cases ? Après Constellation, voilà que le streamer à la pomme nous propose en tout cas une nouvelle série qui plonge la tête la première dans les univers parallèles, ou Multivers si vous préférez.

La série met en scène un certain Jason Dessen (Joel Edgerton), membre éminent de sa communauté, professeur de physique doué, reconnu et respecté - mais désabusé - à l’université du coin, marié à Daniella (Jennifer Connelly), la plus parfaite des épouses, et qui élève son ado de fils comme il peut. Autant dire que pour l’américain moyen, Jason semble avoir "réussi" sa vie. Sauf que Jason semble avoir des regrets : il ne vit pas franchement un rêve éveillé le matin quand il doit se rendre au travail, faire face à des étudiants désinvoltes et dénués de toute curiosité scientifique. Et pour ne rien arranger, son ami Ryan (Jimmi Simpson) vient d’obtenir un prix scientifique qui lui ouvre certaines portes vers un univers bâti sur ce sacré bon vieux billet vert (sans compter que Jason n’est pas vraiment étranger à la réussite de son ami).

En parallèle, sans mauvais jeu de mots, on découvre également un autre Jason. Celui-ci vit reclu dans un container de stockage (un de ceux comme les américains savent si bien s’encombrer), le visage caché par un blouson à capuche et qui prend quelques notes bien utiles, comme le jour où Charlie, "son fils", prend le volant pour se rendre en cours. Jason est-il schizophrène ?

Mais voilà ! Un soir, Jason est agressé, pris en otage, et drogué par un homme masqué qui semble tout savoir de sa vie. Au réveil, il se retrouve face à des gens qu’il ne connaît pas, qu’il n’a pas vu depuis des décennies, ou qui ne le reconnaissent pas (quand ils n’ont pas subi quelques changements physiques), à un poste qu’il ne se souvient pas avoir accepté, vivant avec une femme qui n’est pas la sienne, et Charlie a disparu. Il est en fait la seule personne de retour d’un "voyage" après avoir disparu pendant plus de 14 mois. Jason a-t-il perdu la mémoire ?

Et toujours en parallèle, Daniella accueille à la maison un Jason pas comme à son habitude, qui semble émerveillé par l’endroit dans lequel il trouve "son épouse". Tel un étranger dans sa propre maison (ou dans son monde), le flamboyant Jason hésite d’abord, et prend rapidement les choses en main, sans que personne, pas même Daniella ou ses collègues de travail, ne se rende compte de la supercherie : ce Jason pas si différent que ça, mais un peu quand même, n’est pas le Jason qu’ils connaissent, tout en étant un véritable Jason !

Si la série avec Noomie Rapace est une conception originale de ses créateurs, Dark Matter - rien à voir avec la série SYFY de 2015 - est adaptée du roman éponyme de Blake Crouch. Un détail sans doute, mais pas des moindres, car c’est l’auteur du roman lui-même qui est à la création et aux scénarios de cette nouvelle oeuvre télévisuelle, et comme vous le savez sans doute, créer une série TV à partir d’un roman est parfois chose bien difficile à faire, d’autant plus quand ce roman traite d’une notion aussi compliquée que les univers parallèles, même si le concept est derrière pour donner un coup de main aux scénaristes. Donc qui de mieux que l’écrivain lui-même pour donner vie à une série qui adapte son roman ? Avant même que la série ne débute, ça commence bien.

Si les premières minutes de la série sont assez énigmatiques - ceux qui connaissent le roman de Crouch se demandent comment la thématique du Multivers va être traitée et introduite, on guette les moindres indices qui pourraient nous mettre sur la voie - la deuxième moitié du pilote l’est beaucoup moins car on comprend très vite ce qui va se passer. On comprend également très vite que le reste de la saison sera dédié à un certain jeu du chat et de la souris, ce qui est confirmé par le second épisode. Dans l’univers original, celui où Jason est un gentil petit prof d’université, Daniella va se douter que quelque chose ne va pas, et va chercher à comprendre ce qui se passe. Dans l’univers "miroir", Jason va tout faire pour revenir dans son monde, une fois qu’il aura compris ce qui lui arrive.

Les scénarios de la série sont très bien écrits, ils permettent par exemple de passer d’un univers à un autre avec beaucoup d’aisance et ne laissent pas le téléspectateur dans le brouillard, comme le font certaines autres séries à la thématique similaire ou approchante. On sait exactement dans quel univers on se trouve, et la réalisation de Jakob Verbruggen a su montrer - par de simples petits indices sonores - que l’on passe d’un univers à l’autre. D’autant que lesdits univers parallèles semblent quasi-identiques...

Il n’empêche que Dark Matter manque pour l’instant de surprise et ne ménage pas suffisamment son intrigue pour nous rendre addictif. La thématique du Multivers semble avoir obtenu un traitement de vulgarisation, histoire de rendre la série compréhensible par le commun des mortels, et c’est un autre bon point. Il reste néanmoins une question en suspens : La série va-t-elle explorer d’autres univers ? On va être curieux, on va regarder la première saison de Dark Matter en entier, et Unif vous concoctera une nouvelle chronique sur la série si cela s’avérait utile. À bientôt donc pour de nouvelles aventures multiverselles...

Dark Matter est-elle une bonne série ? Les choix de réponse à cette question sont multiples, et on a un peu de mal à choisir, car notre choix - aussi mauvais ou bon soit-il - peut avoir des répercutions insoupçonnées sur l’univers lui-même...

NOTE ÉPISODES

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Présumé Innocent : La critique Express
Sugar : Critique de la saison 1
Dark Matter : La critique des deux premiers épisodes
Franklin : La critique des deux premiers épisodes
Sugar : La critique des deux premiers épisodes
Rose Bertin, la couturière fatale : La critique du tome (...)
Arcane XV : La critique du JdR à la recherche de votre (...)
Jeux Vidéos - Bandes Annonces : 22 juin 2024
Star Wars : La galaxie lointaine de Lucasfilm peut-elle verser (...)
Star Trek - Prodigy : La bande annonce de la saison 2
Daredevil - Born Again : Une série Disney+ techniquement proche (...)
Stranger Things : Une saison 5 complètement dingue selon Jamie (...)
The Penguin : La nouvelle bande annonce
Ultraman Rising : La critique du film Netflix
R.I.P. : Donald Sutherland est mort