Bushman : La critique

Date : 20 / 04 / 2024 à 11h00
Sources :

Unification


BUSHMAN

- Date de sortie : 24/04/2024
- Titre original : Bushman
- Durée du film : 1 h 15
- Réalisateur : David Schickele
- Scénariste : David Schickele
- Interprètes : Paul Eyam Nzie Okpokam, Elaine Featherstone, Jack Nance, Lothario Lotho

LA CRITIQUE

Bushman est un très bon film américain tourné en 1971, et jamais sorti en salle, que les spectateurs français ont la chance de découvrir dans cette très belle version restaurée sortant sur grand écran grâce au distributeur Malavida.

Le réalisateur et scénariste David Schickele s’est inspiré de la véritable vie de son acteur principal, non-professionnel, Paul Eyam Nzie Okpokam. Mais la réalité a rattrapé la fiction. Et ce qui se déroule à la fin de l’œuvre explique pourquoi le film n’a finalement pas pu aller au bout de son véritable scénario.

On découvre un jeune homme d’origine nigérienne venant trouver refuge aux États-Unis en 1968. Un pays en plein trouble juste après l’assassinat de Martin Luther King, alors que les luttes pour les droits des Afro-américains se tendent. Il va alors rencontrer un certain nombre de personnes et évoluer dans des milieux artistiques.

L’œuvre est une vision très originale des États-Unis. En effet, le personnage principal va fréquenter aussi bien des milieux bohèmes que ceux des Afro-américains, dont il ignore toutes les règles. Ce contraste entre un étranger fuyant la guerre, et ceux qu’il fréquente est vraiment bien mis en avant.

La société américaine est passée au vitriol de son regard, alors que la découverte de la culture américaine vue par un autre prisme fait prendre conscience d’un certain nombre d’éléments ancrés dans les mœurs américaines qui paraissent curieusement moins évidents.

De plus, la dramaturgie est vraiment intéressante à suivre et le personnage a un charme certain. On prend donc un véritable intérêt à découvrir ses tribulations américaines et à voir la manière dont la réalité s’immisce dans le long métrage offrant un final particulièrement marquant.

Bushman est un très bon film présentant un choc des cultures particulièrement intéressant à découvrir, notamment à la fin des années 70 où le monde occidental connaissait une révolution sur plusieurs plans. Avec sa très belle photographie de David Myers marquante, sa mise en scène intéressante et son interprétation sortant de l’ordinaire, l’œuvre a une très grande valeur, tant sociologique que culturelle et mérite assurément d’être (re)découverte aujourd’hui. D’autant qu’elle résonne encore avec notre société actuelle.

Important et original.

SYNOPSIS

En 1968, Martin Luther King est assassiné et la guerre du Biafra entraîne une terrible famine. Gabriel a fui le Nigéria et vit à San Francisco, au contact de la communauté afro-américaine comme des milieux bohèmes blancs. Dans ces États-Unis très agités des sixties, sa vie d’exil est jalonnée de rencontres, d’escapades et d’errances, mais il reste habité de souvenirs et de la nostalgie du village de son enfance. Bientôt, son visa arrive à expiration...

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : David Myers
- Montage : Jennifer Chinlund, David Schickele
- Musique : David Ames
- Producteur : David Schickele pour American Film Institute, Bushman Co.
- Distributeur : Malavida Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Bushman


© Malavida


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


In Water : La critique
Un meurtre pour rien : La critique
Que la bête meure : La critique
Le Vampire noir : La critique
Survivre : La critique
Star Wars : La galaxie lointaine de Lucasfilm peut-elle verser (...)
Star Trek - Prodigy : La bande annonce de la saison 2
Daredevil - Born Again : Une série Disney+ techniquement proche (...)
Stranger Things : Une saison 5 complètement dingue selon Jamie (...)
The Penguin : La nouvelle bande annonce
Ultraman Rising : La critique du film Netflix
R.I.P. : Donald Sutherland est mort
Brèves : Les informations du 21 juin
Annecy Festival 2024 : Wallace et Gromit, exposition et (...)
Zorro : La critique d’entre les morts