Bye Bye Tibériade : La critique

Date : 21 / 02 / 2024 à 10h30
Sources :

Unification


BYE BYE TIBÉRIADE

- Date de sortie : 21/02/2024
- Titre original : Bye bye Tiberia
- Durée du film : 1 h 22
- Réalisateur : Lina Soualem
- Scénariste : Lina Soualem, Nadine Naous
- Interprètes : Hiam Abbass

LA CRITIQUE

Après avoir réalisé un film sur la famille de son père, le comédien Zinedine Soualem, avec Leur Algérie, la réalisatrice Lina Soualem livre un nouveau très beau documentaire, Bye Bye Tibériade consacré à sa mère et à sa famille.

En effet, Hiam Abbass est d’origine galiléenne et à travers l’histoire de sa grand-mère, de sa mère et de ses tantes, Lina Soualem retrace le destin de femmes résilientes qui, il y a quelques décennies, ont dû tout quitter pour se reconstruire ailleurs, alors qu’il ne leur est plus permis de retourner vivre sur leur lieu d’habitation ancestral.

À travers des photographies, des films personnels et les récits de différents membres de sa famille, Lina Soualem brosse l’exil de celle-ci et montre comment les femmes de cette dernière ont réussi à se reconstruire une nouvelle vie, souvent à partir de rien.

En posant des questions pertinentes et en faisant une réflexion sur la société patriarcale du pays où sont nés ses ancêtres, Lina Soualem s’interroge aussi sur la place de la femme et sur la manière dont ces dernières peuvent, à l’instar de sa mère, envers et contre tous se projeter dans une carrière qui n’était pas acceptable, surtout l’époque.

À travers les archives présentées, et les rencontres avec les membres de sa famille, Hiam Abbass parle de l’exil, de la famille, de la femme, de l’amour, de la passion et de la liberté. Notamment celle qui a empêché pendant des décennies différents membres de la même famille de se revoir une fois que sa tante s’est retrouvée seule en Syrie en 1948, le reste de sa famille restant de l’autre côté de la frontière qui a été fermée par la suite.

Ce très bon documentaire permet de revenir d’une manière vivace sur l’éviction des populations vivant sur un territoire qui appartient aujourd’hui à Israël et sur la manière dont les habitants, souvent des paysans pas forcément lettrés, ont été traités.

Le long métrage est aussi une ode à la force des femmes qui sont capables, dans les conditions les plus extrêmes, de continuer à se battre pour leur famille et ainsi de permettre aux plus jeunes de vivre la vie à laquelle elles n’ont pas eu droit.

Bye Bye Tibériade est un très bon documentaire racontant des destins passionnants à découvrir et parlant d’une manière imagée et documentée d’un exil qui a brisé des familles. L’œuvre a une grande puissance et mérite assurément d’être découverte.

Fort et émouvant.

SYNOPSIS

Hiam Abbass a quitté son village palestinien pour réaliser son rêve de devenir actrice en Europe, laissant derrière elle sa mère, sa grand-mère et ses sept sœurs. Trente ans plus tard, sa fille Lina, réalisatrice, retourne avec elle sur les traces des lieux disparus et des mémoires dispersées de quatre générations de femmes palestiniennes. Véritable tissage d’images du présent et d’archives familiales et historiques, le film devient l’exploration de la transmission de mémoire, de lieux, de féminité, de résistance, dans la vie de femmes qui ont appris à tout quitter et à tout recommencer.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Thomas Bremond, Frida Marzouk, Lina Soualem
- Montage : Gladys Joujou
- Musique : Amine Bouhafa
- Producteur : Jean-Marie Nizan, Ossama Bawardi C, Guillaume Malandrin C pour 0
- Distributeur : JHR Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Bye Bye Tibériade



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


LaRoy : La critique
Knit’s Island, L’Île sans fin : La critique
Hitcher : La critique
Rosalie : La critique
Les Aventuriers de l’arche de Noé : La critique
Dark Matter : La bande annonce de la série Apple TV+
The Walking Dead - The Ones Who Live : Critique 1.04 What (...)
Iron Man : Robert Downey Jr. prêt à reprendre l’armure (...)
Chucky : Critique 3.05 Death Becomes Her
La Planète des Singes - Le Nouveau Royaume : Un extrait du film (...)
Paramount+ : Les plans de Skydance en cas de prise de contrôle de (...)
Mademoiselle Holmes : La critique des premiers épisodes de la (...)
Festival national du film d’animation 2024 : Un programme (...)
Dracula - A Love Tale : Le casting intrigant du film de Luc (...)
Les Rats attaquent : Le concours