365 Days to the Wedding : La critique du tome 1

Date : 13 / 02 / 2024 à 09h00
Sources :

Unification


365 Days TO THE WEDDING

- Date de sortie : 15/02/2024
- Editeur : Mana Books
- Auteur : Wakaki Tamiki
- Dessin : Wakaki Tamiki
- ISBN : 9791035505011
- Format : 130 x 180 mm
- Prix : 7,95 €

SYNOPSIS

Rika et Takuya sont agents de voyages chez J.T.C. De nature peu sociable et discrète, ils mènent chacun de leur côté une petite vie solitaire mais épanouie à Tokyo. Cependant, une nouvelle inattendue risque de chambouler leur quotidien : l’agence pour laquelle ils travaillent recherche une personne non mariée pour gérer sa toute nouvelle succursale à Irkoutsk en Sibérie. Heureusement, Rika a un plan…

Se marier alors qu’ils se connaissent à peine ?! Voici le premier tome d’une comédie romantique moderne entre un jeune homme à lunettes aimant les chats et une jeune fille passionnée par la cartographie.

LA CRITIQUE

365 Days to the Wedding est le très bon premier tome d’une série de mangas vraiment originaux et sympathiques.

Le scénario de Wakaki Tamiki tourne autour de deux jeunes employés d’une agence de voyage japonaise. À l’annonce de l’ouverture d’une succursale de celle-ci en Sibérie dans un an, ils décident alors de se marier pour éviter d’y être envoyé.

Mais il n’est pas facile de planifier un mariage lorsqu’on est deux célibataires endurcis qui a des problèmes de socialisation.

L’œuvre est vraiment amusante et ingénieuse. Elle se focalise sur deux personnages atypiques et montre par petite touche et avec délicatesse comment ces derniers vont mieux se comprendre pour pouvoir collaborer et faire croire à leur mensonge.

Le manga est terminé au Japon, ce qui assure d’en avoir une fin. De plus, on apprend certaines spécificités concernant des endroits touristiques, alors que les protagonistes utilisent leurs connaissances de ce milieu dédié aux voyages pour apporter plus de crédibilité à ce qu’ils font.

Les dessins de Wakaki Tamiki sont très beaux et délicats. Les personnages sont parfaitement reconnaissables et ont une apparence bien plaisante. Il est d’ailleurs facile d’identifier tous les membres de l’agence, car chacun de ces derniers a son image associée à un petit descriptif qui est situé sur la couverture du livre, sous la jaquette amovible.

L’œuvre est plutôt contemplative et brosse, par petites touches, le portrait de deux individus vivant heureux dans leur coin qui vont faire cause commune pour continuer de vivre comme ils le veulent.

Néanmoins, avec les efforts qu’ils fournissent pour faire croire à leur mariage, ils vont se rapprocher, découvrir l’autre et s’apprécier de plus en plus.

Le manga est vraiment agréable à découvrir. On prend beaucoup de plaisir à suivre ces aventures touchantes de deux personnes un peu maladroites, mais terriblement attachantes. Il ne faut donc pas hésiter à se plonger dans cette histoire originale montrant que chacun peut trouver sa place et vivre à son rythme. De plus, elle ajoute une pointe de suspense en montrant les moyens inventés par les protagonistes pour faire croire à leur mariage, et éviter les suspicions que peut provoquer leur annonce surprenante, un an avant la mutation de l’une des personnes non mariée de l’agence où ils travaillent.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Titans : La critique du tome 1 - Iris
Love of Kill : La critique du tome 1
Guerres & Dragons : La critique du tome 1 - La bataille (...)
Sacrifice : La critique du Tome 1
Wonder Woman : La critique du comic hors-la-loi
Halloween : La série télévisée sera un reboot créatif
Vaiana 2 : La première bande annonce
Furiosa - une saga Mad Max : On arrête de chialer et on s’y (...)
Mission Impossible 8 : Un budget stratosphérique explosé
A Gentleman in Moscow : La série arrive demain sur Canal+, mais (...)
One Piece : Avis de recherche pour Marianne
L’Ascension : La critique
Reacher : Un Géant Néerlandais de 2,20 m au casting de la saison (...)
Titans : La critique du tome 1 - Iris
Ruins of Symbaroum 5e - The World of Symbaroum : La critique