20 000 espèces d’abeilles : La critique

Date : 12 / 02 / 2024 à 06h10
Sources :

Unification


20 000 ESPÈCES D’ABEILLES

- Date de sortie : 14/02/2024
- Titre original : 20.000 especies de abeja
- Durée du film : 2 h 08
- Réalisatrice : Estibaliz Urresola Solaguren
- Scénariste : Estibaliz Urresola Solaguren
- Interprètes : Sofía Otero, Patricia López Arnaiz, Ane Gabarain, Itziar Lazkano, Martxelo Rubio, Sara Cózar, Unax Hayden, Goize Blanco, Andere Garabieta, Miguel Garcés

LA CRITIQUE

Il n’est pas toujours facile de faire un sujet sur la jeunesse abordant des thématiques fortes et sensibles, ce qui réussit très bien ce magnifique 20 000 espèces d’abeilles.

Le scénario de la réalisatrice Estibaliz Urresola Solaguren tourne autour d’une jeune fille qui va passer des vacances chez sa grand-mère en compagnie de sa mère et de ses frères et sœurs. Elle va alors se rapprocher de sa tante apicultrice et, progressivement, va se mettre à rêver qu’on l’accepte telle qu’elle est.

Le film d’Estibaliz Urresola Solaguren parle du genre, de la famille et de l’acceptation. Elle est d’une grande délicatesse et brosse le tableau d’une gamine particulièrement saisissant. D’autant qu’elle est impeccablement interprétée par Sofía Otero. La jeune comédienne possède une grande force et, par petite touche, offre le portrait terriblement touchant et émouvant d’un enfant en souffrance.

Patricia López Arnaiz est excellente dans le rôle de sa mère aimante confrontée à ses propres problèmes. Ane Gabarain est très bonne en grand-tante ouverte d’esprit. Et Unax Hayden est fort juste dans le rôle du frère de la jeune fille qui la soutient inconditionnellement.

L’œuvre esquisse progressivement l’image d’une famille dans laquelle les nombreuses femmes sont aussi dépendantes de leur passé et de leur éducation. Leurs portraits croisés sont passionnants à découvrir et proposent une réflexion intéressante sur le respect de l’autre, la tolérance, l’amitié et l’amour.

La très belle photographie de Gina Ferrer permet d’obtenir de magnifiques images bucoliques, dans lesquelles les abeilles ont un grand rôle. Alors que la mise en scène inspirée fait monter en puissance une histoire d’une grande délicatesse qui s’achève sur un final vraiment émouvant.

20 000 espèces d’abeilles est un très bon film bénéficiant d’une écriture d’une belle précision, d’une réalisation soignée et d’une interprétation magnifique. C’est une superbe réflexion sur la jeunesse et sur ce que l’on est. Ainsi qu’une mise en valeur inspirante de la manière dont ceux qui nous entourent peuvent nous aider et nous porter lorsque l’on est en détresse.

Élégant et important.

SYNOPSIS

có, huit ans, a bien du mal à savoir qui elle est. Au cours d’un été passé parmi les ruches du Pays Basque, elle éveille sa singularité au sein des femmes de sa famille, elles-mêmes en proie au doute. Dans un monde où il existe 20 000 espèces d’abeilles différentes, il existe forcément une identité qui corresponde à Cocó…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Gina Ferrer
- Montage : Raúl Barreras
- Musique : Evgueni Galperine, Sasha Gasperine
- Costumes : Nerea Torrijos
- Producteurs : Lara Izagirre, Valérie Delpierre pour Inicia Films
- Distributeur : Jour2fête

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

20 000 espèces d'abeilles



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La Salle des profs : La critique
Débâcle : La critique
Dune - Deuxième Partie : La critique
La Mère de tous les mensonges : La critique
Demon Slayer / Kimetsu No Yaiba - En route vers l’entraînement
Dune 3 : S’il pouvait faire un film sans dialogue, Denis (...)
Game of Thrones : De profonds désaccords téléphoniques avec (...)
NCIS : Un spin-off avec Tony et Ziva est en préparation
Horizon - An American Saga : La première bande annonce du projet (...)
Alienoid - Les Protecteurs du futur [Blu-Ray] : La critique
Les aventures imaginaires de Dick Turpin : La critique de la (...)
La Salle des profs : La critique
Mercredi : Une saison 2 comparable au Bal de l’horreur et à (...)
Grotesquerie : Pour une fois que ce n’est pas une American (...)
Only Murders In The Building : Et voilà Eva Longoria pour la (...)