Dune - Deuxième partie : Une opposition vitale entre Paul Atreides et Feyd-Rautha

Date : 08 / 02 / 2024 à 14h00
Sources :

Collider


Steve Weintraub de Collider a eu l’occasion de s’asseoir avec Timothée Chalamet et Austin Butler pour évoquer le combat que se livreront leurs personnages dans Dune - Deuxième partie.

Au cours de cette interview, Chalamet et Butler se souviennent de leur toute première rencontre sur les plateaux de tournage, et les circonstances dans lesquelles ils ont dû s’entrainer pour donner le meilleur d’eux même pour le film à sortir du 28 février.

Le plus gros reproche que j’ai à faire à ce film, c’est qu’il ne dure pas quatre heures. J’avais besoin qu’il soit plus long. J’ai posé des questions à Denis sur les scènes supprimées et il m’a dit que je ne les verrai jamais, alors je vous demande directement, dans le film, la première ou la deuxième partie, y a-t-il une scène qui n’a pas été retenue dans le montage final et dont vous êtes un peu triste qu’elle n’ait pas été incluse dans le film ?

CHALAMET : Pas dans celui-ci. Honnêtement, tout ce que j’ai tourné s’y trouve. Dans la Première partie, il y avait une sorte de séquence d’entraînement avec Lady Jessica. Cela commençait par une méditation, et il y avait une bougie sur laquelle nous pratiquions la voix, et c’était juste une sorte de scène étrange, presque psychédélique. Nous avons tous les deux nos costumes et même nos cheveux étaient différents de ceux du reste du film. Cela avait toutes les caractéristiques de quelque chose qui allait être coupé. Mais c’était juste, comme je l’ai dit, une scène sinistre et psychédélique qui n’a pas été retenue.

BUTLER : Wow. Je veux voir ça maintenant. La plupart de ce que nous avons filmé est dans le film. Il y a d’autres prises. Nous avons fait tellement de versions des choses que je serais curieux de voir d’autres versions, mais j’aime tellement le film tel qu’il est.

L’une des choses pour lesquelles je vous félicite tous les deux dans la scène de combat entre vous, c’est que j’ai vu tellement de scènes d’action où il y a une coupe rapide toutes les millisecondes, et ça me rend fou. Ce que j’aime dans votre séquence, c’est qu’on peut voir chacun d’entre vous et qu’il n’y a pas de coupes rapides. Pouvez-vous nous parler de l’importance de le faire soi-même et de le rendre crédible pour que le public croie en ce que vous vendez ?

BUTLER : Nous avons eu la chance d’avoir la meilleure équipe de cascadeurs au monde, et nous nous sommes entraînés pendant des mois avant même de nous rencontrer, avant d’aller en Hongrie. Mon collègue d’entraînement s’appelait Alvin, puis Roger Yuan est arrivé et a commencé à être de plus en plus précis avec nous sur ce qu’allait être le combat. D’une certaine manière, ce combat a connu de nombreuses incarnations différentes. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois dans la salle des cascades, et nous nous sommes battus immédiatement, et nous savions que ce combat serait vraiment vital. C’est en quelque sorte là que nous nous sommes liés, et j’ai vu à quel point Timothée avait travaillé dur.

CHALAMET : Également.

BUTLER : Nous voulions faire ressortir le meilleur de chacun, et essayer de nous tuer l’un l’autre sans nous faire de mal.

Qu’est-ce que cela fait d’interpréter un monologue dans une autre langue ?

CHALAMET : C’est passionnant. C’est probablement les deux jours de tournage que j’attendais avec le plus d’impatience parce que vous êtes dans un film de cette taille, et même si vous jouez l’un des personnages principaux, le film et l’histoire sont tellement plus importants que Paul à bien des égards, même si c’est le voyage de Paul qui est au centre du film. Donc, les jours où c’est vraiment au premier plan, et où j’ai vu Austin qui a tourné la séquence des gladiateurs en tête du calendrier de production, et où j’ai vu les playbacks de cette séquence et à quel point il a assuré, et où j’ai vu Charlotte Rampling faire du bon travail avec Florence [Pugh], qu’il a tourné en Italie, je me suis dit : "Maintenant, je dois me montrer à la hauteur". C’est incroyablement valorisant et d’autant plus bizarre de le faire dans une langue qui n’existe pas, et de le faire mémoriser en anglais. Nous l’avons également fait en anglais, mais il a ensuite choisi le chakobsa, ce qui m’a plu. C’était beaucoup plus cool, même si c’est sous-titré. C’est un choix plus fort.

100%. [À Butler] Votre look dans le film est unique. À quel point aviez-vous envie de quitter le plateau et d’aller dans un café dans cette tenue, avec cette apparence, et d’être anonyme ?

BUTLER : [Rires] Tellement. Ça aurait été vraiment génial.

Je suis tout à fait sérieux. J’aurais voulu quitter le plateau, parce que personne ne se serait rendu compte que c’était toi.

BUTLER : Non, non. Surtout avec les dents et tout le reste.

Oh mon dieu, c’est fantastique.

CHALAMET : Et si vous êtes vraiment amical.

BUTLER : Ouais, super sympa. [Rires]

J’aimerais vous poser une question individuelle. Vous avez joué Willy Wonka, Paul Atreides, et vous êtes sur le point de jouer Bob Dylan ; lequel de ces rôles, lorsque vous avez appris que vous alliez les obtenir, vous a vraiment empêché de dormir en vous disant "Oh mon dieu, je suis sur le point de faire ça" ?

CHALAMET : Les trois. Il y a quelque chose de particulier lorsque vous vous embarquez dans une histoire qui est 100% originale et que vous braquez votre lampe de poche dans le noir et que vous vous lancez. Willy Wonka, Paul Atreides et Bob Dylan sont des personnages dangereux parce que, comme je l’ai souvent dit lors de la tournée de presse de Willy Wonka, les gens les protègent à juste titre parce qu’ils occupent déjà une place importante sur le plan culturel, voire émotionnel, pour de nombreuses personnes, et qu’ils ne veulent pas que vous vous en approchiez. C’est compréhensible. Je ressens la même chose pour certains rôles ou personnages de l’imagination publique, mais... C’est la fin de cette réflexion. Je suppose que je vais quand même les faire. [Rires]

BUTLER : Vous êtes courageux.


Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Dune - Deuxième partie : Steven Spielberg encense le film et (...)
Dune - Deuxième partie : Une scène coupée au montage, et Tim (...)
Dune - Deuxième partie : Pourquoi une Chani si différente du (...)
Dune 3 : S’il pouvait faire un film sans dialogue, Denis (...)
Dune - Deuxième partie : Une mise en garde contre le fanatisme (...)
Deadpool & Wolverine : Un buddy-movie plutôt qu’un (...)
Star Trek - Discovery : Préparez-vous pour un long final
Swamp Thing : Warner Bros. avait sous-estimé la série DC (...)
La Fièvre : Une grosse annonce après le final (SPOILER)
Doctor Who : Ce sera finalement un fauteuil pour deux en (...)
Scoop : La critique du film Netflix
Resilient Man : La critique
Mufasa - Le Roi lion : Comment Barry Jenkins est venu à faire un (...)
S.W.A.T. : Ce ne sera finalement pas la fin sur CBS !
Knight : La campagne de financement Deluxe est lancée