Cesária Évora, la diva aux pieds nus : La critique

Date : 29 / 11 / 2023 à 10h00
Sources :

Unification


CESARIA ÉVORA, LA DIVA AUX PIEDS NUS

- Date de sortie : 29/11/2023
- Titre original : Cesária Évora
- Durée du film : 1 h 34
- Réalisateur : Ana Sofia Fonseca
- Scénariste : Ana Sofia Fonseca
- Interprètes : Cesária Évora

LA CRITIQUE

Cesária Évora, la diva aux pieds nus est un très bon documentaire revenant sur la vie et la carrière de la grande chanteuse Cap-verdienne éponyme.

On va ainsi découvrir l’existence bien compliquée d’une femme qui est devenue célèbre internationalement alors qu’elle chantait depuis de nombreuses années.

Sa vie et sa personnalité, particulièrement passionnante à découvrir, brossent aussi le portrait de son pays, le Cap-Vert, qu’elle a fait découvrir au grand public international.

Le documentaire d’Ana Sofia Fonseca utilise un grand nombre d’archives, y compris inédites. Elles sont entrecoupées par des passages filmés de ses concerts et par des extraits audio extrêmement variés.

Sans compter que les voix off de certains des protagonistes qui ont connu la chanteuse, notamment son agent, ses amis et sa petite fille, viennent agrémenter les photos et les films qui sont présentés.

Le documentaire parle aussi de la pauvreté, de l’inégalité sociale, de la maladie et de l’impact de plusieurs mois de tournée annuelle sur une personnalité généreuse à la voix d’or.

L’œuvre est d’une grande richesse et fait de nombreux aller-retour entre les différents événements qui ont permis de forger la personnalité d’une femme montrant que le talent peut l’emporter sur une apparence qui lui a porté préjudice et a retardé le lancement de sa carrière d’exception.

Les nombreuses interviews de la chanteuse, les multiples anecdotes qui la concernent et les formidables extraits des différents titres qui l’ont rendu célèbre, ainsi que des enregistrements que l’on n’a jamais eu l’occasion d’écouter, offrent un terreau extrêmement riche au portrait d’une femme libre qui n’a jamais fait de concessions.

Cesária Évora, la diva aux pieds nus est un très bon documentaire permettant de découvrir une immense chanteuse à la vie parfois terrible qui a su enchanter les mélomanes du monde entier. Fourmillant de nombreuses archives, parfois inédites, le film est passionnant à regarder et devrait aussi bien captiver les amateurs de l’artiste que donner envie à ceux qui ne la connaissent pas d’écouter ses merveilleux titres.

Passionnant et puissant.

SYNOPSIS

Cesária Évora chante son titre Sodade en 1992, la faisant reconnaître internationalement à 51 ans. Longtemps simple chanteuse de bar au Cap-Vert, la légende que l’on connaît n’a pas toujours connu la gloire sinon la pauvreté. Femme profondément libre, généreuse et bien entourée, la “Diva aux pieds nus” a su finalement faire briller sa musique à travers le monde tout en restant fidèle à son Cap-Vert, la consacrant reine de la Morna et reine des coeurs.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Vasco Viana
- Montage : Cláudia Rita Oliveira
- Musique : José M. Afonso
- Producteur : Ana Sofia Fonseca, Irina Calado pour Carrossel Produções
- Distributeur : Epicentre Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

Cesária Évora, la diva aux pieds nus



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Demon Slayer : Kimetsu No Yaiba - En route vers l’entraînement
Alice : La critique
Satoshi : La critique
Black Tea : La critique
Bye Bye Tibériade : La critique
The Boys : Retour annoncé des Garçons sur Prime Video
Demon Slayer : Kimetsu No Yaiba - En route vers l’entraînement
Alice : La critique
Sherlock & Daughter : David Thewlis en maître des enquêtes (...)
The Sensitive Kind : FX commande un pilote avec Ethan (...)
Un épisode culte : X-Files - Prométhée post-moderne
Netflix - Bandes annonces : 25 février 2024
Star Wars - The Bad Batch : La critique du début de la saison (...)
Star Trek Discovery : La nouvelle bande annonce de la saison (...)
Salem’s Lot : Stephen King pas content avec Warner (...)