For All Mankind : Plus de fiction dans la science à partir de la saison 4

Date : 05 / 11 / 2023 à 12h30
Sources :

Collider


Dans un très long entretien avec Steve Weintraub, Ben Nedivi et Matt Wolpert, les co-créateurs et showrunners de For All Mankind, lèvent un peu plus le voile sur la très prochaine saison 4 de leur uchronie spatiale Apple TV+, et sur ce qu’ils ont prévu pour après.

Les scénaristes et producteurs délégués en chefs expliquent entre autres au fondateur et rédacteur en chef de Collider comment la série a évolué depuis le début et ce qu’ils ont le plus hâte de montrer aux téléspectateurs, alors que leur histoire alternative atteint l’année 2003. Huit années se sont en effet écoulées depuis le final cataclysmique de la saison 3. Par la force des choses, les anciens adversaires sont devenus de solides alliés, mais le programme pour les colons de Happy Valley se concentre désormais sur des questions plus urgentes : l’exploitation des astéroïdes et l’extraction de leurs précieuses ressources. Joel Kinnaman, Wrenn Schmidt, Krys Marshall, Edi Gathegi, Cynthy Wu et Coral Peña reprennent leurs rôles dans la saison à venir le 10 novembre, et seront rejoint à cette occasion par Toby Kebbell, Tyner Rushing, Daniel Stern et Svetlana Efremova entre autres.

Pendant la grève, vous n’avez pas pu travailler sur la série. Dans quelle mesure aviez-vous peur de la sortie de la série en raison de la grève et de l’impossibilité de peaufiner certaines choses que vous auriez pu souhaiter ?

WOLPERT : Nous avons eu la chance d’avoir terminé le montage au moment où la grève a éclaté. Le plus gros du travail était donc fait. Nous étions un peu inquiets quant au temps nécessaire aux effets visuels pour obtenir cet aspect photoréaliste si important pour notre série, mais notre équipe d’effets visuels a été en mesure de poursuivre le travail, et nous avons la chance de pouvoir présenter la série en avant-première à ce moment-là.

Je vous pose cette question à chaque fois que nous parlons, alors autant vous la poser maintenant. Quand est-ce que j’aurai le vaisseau ?

NEDEVI : Saison 13 ou 14. Je ne sais pas. C’est quelque part sur notre calendrier, mais c’est vraiment très, très loin. Je veux dire, nous nous rapprochons, vous devez l’admettre, à chaque saison. C’est une chose intéressante. Je ne sais pas pourquoi, mais récemment, j’ai regardé une scène de la saison 1, et la série a tellement évolué depuis. Au fil des saisons, elle devient de plus en plus science-fictionnelle. Lorsque nous avons commencé la série, une grande partie de nos recherches étaient basées sur des dessins réels, des plans réels, en regardant les plans du Dragon des mers. Aujourd’hui, nous en sommes au point où tous nos chercheurs et consultants se disputent entre eux pour savoir si c’est bien comme ça qu’il faut faire. À ce stade, tout est théorique, en grande partie. Nous essayons toujours de maintenir un lien avec la science, mais la science que nous traitons aujourd’hui est une science qui est... dont une partie est explorée en ce moment même à notre époque, et dont une autre partie n’a même pas encore été explorée. La série devient donc de plus en plus théorique au fur et à mesure qu’elle avance. Ce défi est intéressant. Pour Matt et moi, il est très important de maintenir une série très terre-à-terre, et plus nous avançons dans le futur, plus c’est difficile à accomplir.

Il y a cet endroit appelé la NASA et d’autres lieux spatiaux qui, j’en suis convaincu, regardent tous votre série, et c’est ce que je voulais vous demander. Avez-vous reçu des messages de Blue Origin, de Jeff Bezos, d’Elon NASA, et de personnes clairement intéressées par la course à l’espace et l’espace extra-atmosphérique qui vous envoient des courriels ?

WOLPERT : Oui. On est en contact avec eux via notre technicien conseil, Garrett Reisman. Il a évidemment travaillé à la NASA pendant longtemps, puis il a été à la tête de la division spatiale de SpaceX pour la partie du programme consacrée aux vols spatiaux habités pendant longtemps, et il est toujours lié à ce programme, alors nous entendons beaucoup de choses de seconde main par son intermédiaire. Les frères Kelly sont très impliqués dans la série et ce genre de choses. Je n’ai rien entendu de la part de Bezos ou de Musk personnellement. Ils ne m’ont pas encore envoyé de mails, mais j’attends. Ma boîte de réception attend leurs messages.

Pour en revenir au vaisseau. Je ne veux pas spoiler, mais dans la saison 4, aller sur Mars, c’est un peu comme prendre l’avion pour Boston depuis Los Angeles. La question a été résolue, si vous voulez. Parlez-en un peu. Dans la saison 4, combien de temps cela prend-il ? Je crois que vous avez dit qu’il fallait environ 30 jours pour aller de la Terre à Mars, n’est-ce pas ?

WOLPERT : Oui. Oui, 30 jours. Et la lune, où il fallait trois jours pour s’y rendre, peut être atteinte en moins d’une journée. C’était quelque chose de très important pour nous ; de la même manière que les vols sur la planète Terre sont passés de quelque chose de très risqué à quelque chose de très banal et sûr, nous avons pensé que les vols spatiaux suivraient la même trajectoire et deviendraient beaucoup plus banals et sûrs. Évidemment, notre série est remplie d’accidents spatiaux à des fins dramatiques, mais dans la saison 4, c’est vraiment devenu banal, et il y a des voyages mensuels vers Mars parce que le nombre de travailleurs sur la planète a tellement augmenté. Il a donc fallu équiper les vaisseaux de différents types de moteurs, comme les moteurs à plasma et les moteurs ioniques, qui n’ont jamais été testés dans l’espace, mais qui sont théoriquement possibles. Des prototypes ont été développés ici, sur Terre, et cette accélération constante ne fera que rétrécir la ligne temporelle. Dans la saison 3, il fallait deux ans au minimum pour relier Mars et la Terre. Aujourd’hui, on peut partir n’importe quand. Chaque mois, un vaisseau de transport vers Mars fait l’aller-retour.

NEDEVI : Même si je dirais, juste pour faire l’intello, que 30 jours est le meilleur scénario possible. Évidemment, cela change en fonction de la date de lancement et de la proximité de la Terre par rapport à Mars. Je ne vais pas entrer dans les détails maintenant, mais oui, 30 jours est en quelque sorte la fenêtre la plus proche que l’on puisse avoir.

Dans quelle mesure voulez-vous que la série traite des conséquences d’un séjour de plusieurs années dans l’espace ? Je ne suis pas un scientifique, mais j’ai lu ou entendu dire que si vous êtes dans l’espace pendant des années, même avec la gravité, votre corps va en souffrir.

NEDEVI : C’est quelque chose que la série a dû aborder de plus en plus maintenant que nous avons des gens là-haut pendant plus longtemps. Ed Baldwin (Kinnaman) est probablement le personnage qui illustre le mieux cet impact. C’est aussi un sujet sur lequel nous avons fait beaucoup de recherches, pour savoir quels sont les impacts d’une vie aussi longue sur cette planète. Le plus important, ce sont les radiations. C’est le plus grand risque. Plus on est exposé aux radiations, plus c’est dangereux à long terme. Il est donc intéressant de constater que plus on est âgé, moins le risque est grand, d’une certaine manière - non pas moins de risque de radiation, mais moins de risque de devoir y faire face au cours de la vie. Je ne veux rien gâcher, mais lors de la construction de la base, nous avons également pris en compte cette question : "Comment limiter les radiations ?" Comment limiter l’exposition autant que possible, c’est une chose importante. Ensuite, sur le plan physique, en termes de mouvement, c’est aussi quelque chose qui, avec l’âge, peut être plus facile à vivre sur Mars que sur Terre, parce que la pression de la gravité y est moindre. Ainsi, pour quelqu’un comme Ed Baldwin, qui est plus âgé, s’il était sur Terre, il lui serait beaucoup plus difficile de marcher que sur Mars. Il y a des avantages et des inconvénients à vivre dans ce type d’environnement.

Qu’est-ce que vous voulez vraiment dire aux fans à propos de la saison 4 qui n’est pas dans la bande-annonce ?

WOLPERT : Ce qui était le plus excitant pour nous d’approfondir la saison 4 d’une manière que nous n’avions pas encore fait, c’est l’idée de savoir qui va aller dans l’espace. Dans les trois premières saisons, et dans notre ligne temporelle réelle, presque tous ceux qui sont allés dans l’espace étaient des pilotes, des scientifiques ou des ingénieurs, des personnes qui se sont entraînées toute leur vie dans ce but. Nous avons pensé que dans l’évolution de notre série et l’idée d’extraire des ressources sur des planètes et ces projets de construction à grande échelle, vous n’amèneriez pas seulement des pilotes, des scientifiques et des ingénieurs, vous amèneriez des ouvriers du bâtiment, des mineurs et des gens qui ont un ensemble de compétences différentes et dont l’espace n’est pas nécessairement l’habitat naturel. Il était donc très intéressant de faire intervenir des personnages - Miles Dale, Samantha et d’autres personnes que vous rencontrerez au fil de la saison - qui sont des gens normaux qui cherchent simplement à gagner leur vie, à subvenir aux besoins de leur famille, à progresser dans leur carrière. Il s’agit davantage d’une sorte de col bleu, alors qu’il y a l’air raréfié des astronautes et des cosmonautes, et nous trouvons cette dynamique, la façon dont ces gens interagissent ensemble, vraiment intéressante.

C’est une hypothèse que je lance, et pardonnez-moi, mais est-il possible que For All Mankind dure six ou sept saisons selon votre plan original, puis qu’il y ait une série dérivée, 200 ans plus tard, qui devienne soudain une version de Star Trek, et que vous ayez passé sous silence la façon dont vous êtes parvenus au moteur de distorsion, si vous voulez, mais d’une façon ou d’une autre, au cours de ces 200 ans, vous y êtes parvenus, et tout d’un coup, Ron Moore se dit : "Oh, oui..."

WOLPERT : C’est ce qui est génial dans cet univers, c’est qu’il y a tellement de possibilités différentes, tellement de voies possibles, tellement d’histoires différentes à raconter dans cet univers de For All Mankind. Depuis l’instant papillon où les Soviétiques nous ont battus sur la Lune, nous considérons qu’il s’agit d’un tout nouvel univers qui devient de plus en plus différent. C’est donc un ciel bleu, en termes de potentiel de narration pour l’avenir.

Je ne dis cela que parce que je connais le fonctionnement des contrats et qu’après sept saisons, si vous voulez passer à une autre... c’est un véritable gâchis. C’est pourquoi je disais que For All Mankind est la série qui précède la série Star Trek.

NEDEVI : C’est vrai. J’adore ça. [rires] Pour l’instant, nous nous concentrons sur le lancement de la saison 5.

Je me moque de vous, mais je ne fais que penser à ces choses-là.

NEDEVI : Écoutez, nous sommes ambitieux. Nous avons vraiment envie de raconter cette histoire, et nous pensons, comme Matt l’a dit, qu’il y a une opportunité avec cette série : nous avons construit un monde unique et la clé, quelle que soit la distance que nous parcourons, c’est de savoir comment garder les pieds sur terre. C’est ce qui nous a toujours fascinés dans ce concept : oui, c’est de la science-fiction, mais nous voulons que ce soit de la science-fiction bien ancrée. La difficulté d’un tel saut dans le temps est de savoir comment conserver le ton et l’atmosphère de For All Mankind si vous deviez faire quelque chose comme ça. C’est une chose à laquelle nous sommes confrontés en ce moment, même avec la saison 4. On en revient souvent à la question de savoir ce que l’on ressentirait vraiment si l’on construisait une colonie sur Mars. Quels seraient les véritables problèmes à résoudre, les dilemmes moraux ? C’est ce qui entre dans notre réflexion avec la série et c’est quelque chose que nous essayons vraiment de garder, même si nous nous enfonçons de plus en plus dans l’histoire alternative.

Je regarde toujours le top 10 d’Apple pour voir ce qu’il contient, et For All Mankind y figure presque toujours. Est-ce qu’Apple vous a dit : "Nous sommes vraiment heureux ?" Est-ce que Tim Cook regarde la série ou d’autres cadres parce que cela aidera à la maintenir à l’antenne ?

WOLPERT : Nous n’avons entendu que des choses très positives de la part d’Apple et de la façon dont la série fonctionne pour eux. Ils sont très satisfaits de l’audience et de la créativité de la série. Je ne sais pas nécessairement quelles personnes la regardent ou non, ni lesquelles sont en tête de leur liste, mais tout le monde semble très satisfait.

NEDEVI : Nous avons entendu dire que nous avions des fans à Cupertino. [Rires]

WOLPERT : Oui, c’est vrai.

Apple fabrique la meilleure science-fiction qui soit en ce moment à la télé. Entre votre série et Silo, Foundation, Monarch, qui sortira bientôt, tout ce qu’ils font en matière de science-fiction est fantastique.

WOLPERT : Oui, je suis d’accord. Le niveau de qualité d’Apple en général est très élevé. On sent qu’il y a une grande réflexion derrière leurs séries. Nous avons eu l’impression, en travaillant avec eux, qu’ils attendaient beaucoup de ce qu’ils mettaient à l’antenne.

Quel plan ou quelle séquence des quatre saisons a été le point de rupture, où vous l’avez écrit mais n’avez pas réalisé ce qu’il allait réellement impliquer ?

WOLPERT : C’est une bonne question. Il y en a tellement. [Rires].

NEDEVI : J’ai l’impression que c’est ce qui se passe à chaque saison. Même dans le premier épisode de la saison 4, il y a une séquence qui était très difficile. Quand vous la regarderez, vous saurez de quelle séquence je parle. Notre équipe de cascadeurs est incroyable. Chaque saison, nous avons des idées folles et parce que nous voyons qu’ils sont capables de les réaliser, nous devenons de plus en plus fous chaque saison. Une chose importante pour nous est de ne pas nous répéter, donc beaucoup des séquences d’action de cette année sont très difficiles. Elles ont mis notre équipe à rude épreuve, plus que n’importe quelle autre saison auparavant, mais nous avons vraiment réussi. Il n’est pas facile pour les acteurs d’enfiler les harnais et de s’engager dans ces énormes combinaisons encombrantes.

Mais pour moi, cette scène au milieu de l’épisode 4 était incroyablement difficile et nous y avons travaillé. Les effets visuels sont quelque chose sur lequel nous avons travaillé pendant un certain temps, aussi, pour vraiment bien faire les choses. La clé, c’est qu’avec ce genre de choses, vous ne voulez jamais penser au-delà de la scène, de l’action et du drame du moment, mais ce qui se cache derrière, c’est tout un travail de cascades, d’effets visuels et de jeu d’acteur dont vous avez vraiment besoin pour réussir quelque chose de compliqué comme ça. Et il ne s’agit que d’un seul épisode. On peut regarder ce premier épisode et se dire : "C’est un énorme film d’action", alors qu’il nous en reste neuf à tourner. Donc pour nous, c’était génial, d’une part, dans la salle des scénaristes, lorsque nous avons eu ce concept. On s’est dit "Oh mon Dieu, ça va être génial", mais le réaliser a été un véritable défi.

Dans quelle mesure vous dites-vous : "Chaque saison, dans le premier épisode, il faut s’assurer qu’il y a de l’action pour que les gens reviennent. Puis dans le final, il faut qu’il y ait une sorte de grosse action..." Dans quelle mesure cela intervient-il dans votre processus d’écriture, parce que vous ne disposez que d’un budget limité et que vous ne pouvez faire ce genre de séquences qu’à certains moments de la saison ?

WOLPERT : Dans une certaine mesure, oui. Nous pensons toujours à la façon dont nous pouvons attirer les gens dès le début. Il ne s’agit pas nécessairement d’une grosse scène d’action en soi, mais nous voulons vraiment planter notre drapeau sur le type de saison que cela va être et faire en sorte qu’il se passe quelque chose d’émouvant et de dramatique qui lance la saison d’une manière importante. La façon dont nous racontons les histoires tend à construire un point culminant. Mais d’un autre côté, nous sommes toujours conscients des attentes du public. Ainsi, si notre série répond à l’attente suivante : "Nous savons que le premier et le dernier épisode seront composés des scènes d’action, et qu’au milieu, il n’y aura rien, que du travail sur les personnages et du drame", nous essayons de trouver des moyens de saper cette attente ou de vous emmener dans une direction à laquelle vous ne vous attendez pas. C’est donc toujours un équilibre entre ces choses, mais nous y pensons vraiment tout le temps.

Quelle est la taille de la salle des scénaristes de cette série, et dans quelle mesure a-t-elle changé ? Combien de personnes, en plus de vous deux, y ont participé depuis le début et y écrivent encore ?

NEDEVI : Nous avons eu la chance d’avoir quelques personnes avec nous depuis le début, mais au fur et à mesure que la série a évolué, la salle des scénaristes a fait de même. Nous avons fait appel à de nouvelles personnes au fur et à mesure que la série avançait. C’est une métaphore intéressante pour la série elle-même. Au fur et à mesure que la série grandit, nous voulons faire appel à de nouvelles voix, et ces voix nous ont aidés à raconter ces nouvelles histoires au fur et à mesure. Il y a des gens qui sont avec nous depuis le début, les anciens, et d’autres qui arrivent pour rafraîchir les choses.

Mais en ce moment, nous en sommes à environ huit scénaristes. C’était intéressant, nous avons en quelque sorte dû faire le Zoom Room la saison dernière, ce qui n’est pas non plus la chose la plus amusante au monde parce que vous perdez ces petits moments. Mais en raison des bonnes relations que nous entretenons avec les scénaristes et du fait que nous nous connaissons si bien, il y a un raccourci qui fait que Zoom n’a pas un impact aussi important que dans une autre série. Nous connaissons la série, nous connaissons le ton et nous nous connaissons les uns les autres. C’est donc très amusant de retourner dans la salle avec tout le monde et d’arranger les choses.

Comment se passe le premier jour ? Dans quelle mesure l’équipe connaît-elle votre vision globale de la série, le plan des six ou sept saisons ?

WOLPERT : Ils connaissent la vision. Lorsque nous nous rencontrions en personne, il y avait comme une ligne du temps qui présentait une grande partie des événements. La salle des scénaristes était immense en termes d’espace, et elle faisait le tour de la pièce parce que nous l’avions planifiée depuis si longtemps. Maintenant, c’est juste sur un écran. Souvent, Ben et moi prenons la matinée pour exposer les choses auxquelles nous avons déjà pensé avant la salle et pour présenter les arcs narratifs auxquels nous pensons et les nouveaux personnages que nous voulons essayer d’introduire. Nous parlons beaucoup des thèmes que nous voulons aborder, de la façon dont nous voyons le monde de la série évoluer, si nous avons pensé à des événements majeurs qui ont pu se produire dans la vie des personnages entre les saisons, mais c’est toujours une sorte de point de départ.

Rien n’est figé, car il est important que les premières semaines de la salle soient une sorte de ciel bleu, que tout soit possible, que la meilleure idée l’emporte, et qu’il s’agisse simplement d’une discussion amusante. Il y a beaucoup d’intrigues que nous suivons pendant quelques jours et qui finissent par ne pas aboutir du tout, mais ce n’est pas vraiment du temps perdu parce qu’on apprend encore à connaître ces personnages, et on commence à se faire une idée de leur situation. Parce que nous réfléchissons en profondeur à la vie des personnages et au monde, cela se répercute plus tard dans les épisodes. Une grande partie de ce travail se fait en amont.

Combien de scénarios avez-vous déjà terminés avant de commencer le tournage ?

WOLPERT : Au début, nous avions toujours prévu de tous les terminer avant de commencer, mais cela n’arrive jamais.

NEDEVI : Le but est toujours d’en avoir le plus possible pour ne pas avoir à écrire pendant le tournage. C’est l’objectif de toutes les séries télévisées sur lesquelles nous avons travaillé, mais il n’est pas possible d’avoir tous les scénarios avant de commencer à tourner. En général, on se retrouve, dans une version ou une autre, Matt ou moi sur le plateau, dans le coin arrière sombre de la pièce, avec un ordinateur portable, recroquevillés sur un scénario vers la fin de la saison. Cela se produit chaque saison. Lorsque nous commençons une nouvelle saison, nous nous demandons comment éviter cela. Qu’est-ce qu’on peut faire pour éviter de se retrouver dans cette situation ? Et littéralement, la même chose se produit chaque année. Je ne sais donc pas si c’est un phénomène télévisuel où l’on utilise le temps dont on dispose. Peut-être que c’est un peu ce qui se passe en tant que scénariste, mais c’est quelque chose que nous essayons d’améliorer chaque année.

La saison 4 traite de l’exploitation d’un astéroïde. Cela faisait-il partie du plan initial que nous allions arriver sur un astéroïde et l’exploiter ?

WOLPERT : Absolument. Nous avons toujours été intéressés par l’idée, non seulement de miner des astéroïdes, mais aussi de les exploiter et de les déplacer, ce qui est un concept tellement époustouflant qu’il y a eu beaucoup de réflexions et de théories sur la façon dont on pourrait y parvenir. Dès la première saison, nous savions que nous voulions nous orienter dans cette direction, car nous avons toujours voulu mettre l’accent sur les voyages dans l’espace, et pas seulement sur l’exploration, car l’exploration ne mène qu’à un certain point. L’exploration a pour but de trouver des ressources, et la ceinture d’astéroïdes est la mine d’or du système solaire. Il y a tellement de choses précieuses dans ces "collines" là-bas.

Nous avons été intrigués par l’idée qu’au fur et à mesure que l’exploration spatiale se développait et qu’elle devenait plus importante, comme "Wow, ces ressources qui sont si rares sur Terre mais abondantes dans l’espace", quel serait l’impact sur le comportement des gens et des pays les uns envers les autres et quelle serait la nouvelle course pour ces ressources ? La course à l’espace devient alors la course aux ressources et aux richesses. Nous avons donc beaucoup parlé dans la salle du [film] Le Trésor de la Sierra Madre et de nombreux westerns où l’on retrouve cette idée de l’impact de l’avidité et de la compétition pour les richesses sur les êtres humains.

La saison 4 s’ouvre sur un nouveau récapitulatif, que je sais que vous l’aimez et le redoutez à la fois. Alors, que voulez-vous dire aux gens à propos de ce récapitulatif ? Y a-t-il des plans qui passent très vite et qu’il faut surveiller ?

NEDEVI : Nous en avons. [rires] C’est intéressant, le récapitulatif de cette année, parce que j’ai remarqué qu’une grande partie de ce dernier est maintenant de l’histoire alternative. Dans le passé, nous utilisions le récapitulatif comme un moyen, comme nous le faisons pour la musique, de vous installer dans l’ère de cette année-là, alors que cette année, j’ai eu l’impression qu’une grande partie du récapitulatif était de l’histoire alternative, et qu’il montrait vraiment à quel point l’effet papillon avait eu un impact sur notre monde. Les moments d’histoire réelle sont donc peu nombreux, et il s’agit peut-être de moments que nous avons jugés drôles et divertissants. Mais il est intéressant de voir que, même en tant que récapitulatif, il ne se contente pas de poser les bases, il contient des éléments d’histoire qui préparent la saison. Quand on parle de ces petits moments, c’est le genre de chose qu’il faut regarder en temps réel, et plus tard, si vous avez le temps et les moyens, cela vaut la peine de regarder lentement, parce qu’il y a des petits Easter Eggs tout au long du récapitulatif.

Et oui, comme vous l’avez dit, j’ai toujours l’impression que lorsque nous réalisons ce projet, c’est un mini-documentaire que nous faisons en marge de For All Mankind. Nous le faisons littéralement pendant que nous tournons et écrivons la série, comme si cette chose continuait, et le processus juridique... C’est un processus tellement collaboratif et complexe, mais au final, nous sommes vraiment satisfaits de celui-ci. Celui de cette année est probablement le meilleur jusqu’à présent.

Quel est l’aspect le plus difficile de la réalisation de la série auquel les fans ne s’attendent pas ?

WOLPERT : Pour moi, ce sont les reportages, parce qu’il faut beaucoup réfléchir à leur rédaction, mais aussi à la construction du monde. Ben et moi plaisantons tout le temps sur le fait que notre rêve est d’écrire une série policière où vous n’auriez pas à penser à ce qui s’est passé en Allemagne en 1998 et à toutes ces choses pour lesquelles nous devons faire travailler nos méninges. C’est amusant, mais c’est aussi très stimulant. Il y a une cadence particulière à écrire pour un présentateur de journal télévisé, et il est très facile de ne pas se sentir réel. C’est donc un défi qui n’est peut-être pas aussi prestigieux que d’autres.

Que voulez-vous dire à propos du rôle de Toby Kebbell dans la saison 4 et du parcours de son personnage ?

NEDEVI : C’était le nouveau personnage le plus important de cette saison. Pour nous, il s’agissait en grande partie de savoir comment capturer l’idée de l’homme de la rue, quelqu’un qui se bat sur Terre pour gagner sa vie alors qu’il y a des opportunités sur Mars dans notre histoire alternative pour aider à soutenir sa famille. Lorsque nous avons choisi Toby, nous étions fans de lui depuis des années à cause de son travail précédent. Il a cette capacité à s’approprier le personnage d’une manière troublante. Il a vraiment endossé ce rôle d’une manière qui englobe non seulement les luttes du gars au début, mais aussi son émerveillement et le fait qu’il se rende dans ce nouveau monde. J’ai toujours pensé qu’il était possible d’avoir ce point de vue, un point de vue différent, pour la première fois dans cette série, de quelqu’un qui va sur Mars non pas pour faire de la recherche, non pas pour explorer, mais pour gagner sa vie.

C’est ce qui m’excite le plus dans cette saison, c’est à la fois Toby et tous les autres personnages qui sont là-haut pour gagner la vie de leurs familles restées au pays, ce qui montre à quel point les voyages dans l’espace ont changé, à quel point ils sont devenus normaux d’une certaine manière. Un vrai point de division de cette série en ce moment, de la direction que nous prenons, est plus dans un monde où, parce que les voyages spatiaux sont plus normalisés, non seulement le type de personnes qui y vont, mais aussi ce qu’ils font quand ils y vont. Le fait d’être loin de sa famille, mais aussi de devoir apprendre les règles du jeu là-haut est l’un des axes centraux de la saison.

L’autre nature de la série est que nous apportons de nouveaux visages chaque saison. Nous avons quelques anciens acteurs qui restent, et tout comme nous avons amené Dev Ayes avec Edi Gathegi la saison dernière, Toby est venu jouer ce rôle pour la série afin de poursuivre l’idée que nous amènerons ces nouveaux visages tout en gardant certains de nos anciens personnages des saisons précédentes. Ce n’est donc pas un grand changement d’une saison à l’autre. On assiste à une sorte de passage de témoin plus lent de la série.

Lorsque vous recrutez quelqu’un comme lui, vous introduisez de nouvelles choses dans For All Mankind en impliquant son personnage, et cela pourrait être un arc qui dure longtemps... Peut-on supposer que Toby n’est pas un personnage d’une seule saison et qu’il s’agit d’un élément plus important que vous introduisez dans l’espace extra-atmosphérique ?

NEDEVI : Alerte au spoiler. [Rires]

WOLPERT : Nous avons abordé ce personnage avec l’idée de le faire durer plusieurs saisons et de faire en sorte que Miles soit une nouvelle présence qui se développe avec la colonie martienne. Lors du casting, l’une des choses que nous recherchions vraiment était la polyvalence et l’étendue de l’expérience en tant qu’acteur, le fait qu’ils aient joué différents types de rôles parce que les gens évoluent et changent. Ce qui est bien avec Toby, c’est qu’il a joué, si vous regardez son personnage dans l’épisode de Black Mirror, qui est fantastique, par rapport à RocknRolla ou d’autres choses, il a joué tellement de types de personnages différents, ou dans Servant, que nous savions qu’il avait cette étendue de capacité à raconter l’arc plus long de Miles Dale en tant que personnage.

Je ne veux pas entrer dans les détails, mais c’est cool parce que c’est une facette complètement différente de For All Mankind qui est introduite dans la série. Quel âge a Edward Baldwin dans la saison 4 ?

NEDEVI : [Rires] Quel âge pensez-vous qu’il ait dans la saison 4 ? Non, pour l’instant, il a environ 70 ans. Je n’aime pas donner un chiffre précis parce que les gens sautent dessus, mais je dois reconnaître à Joel Kinnaman le mérite d’avoir pleinement intégré le processus de vieillissement d’une manière que Matt et moi avons vraiment appréciée. Non seulement il est assis dans un fauteuil de maquillage pendant quatre ou cinq heures par jour pour mettre des prothèses, ce qui fait qu’il est là à deux ou trois heures du matin un jour de travail pour mettre les prothèses, mais en plus, la façon dont il bouge. Ce que les gens n’apprécient pas autant, et peut-être qu’ils commencent à le faire, c’est sa façon de bouger, sa voix, les petites choses. Il a perdu 10 kilos de muscles cette saison pour ce rôle, alors vous parlez d’un acteur qui s’investit dans le rôle. À mon avis, il n’y a personne comme lui qui soit capable d’assumer le vieillissement et de l’embrasser. Wrenn Schmidt en est une autre. Elle l’assume pleinement. Elle a compris très tôt que si l’on veut raconter l’histoire de la vie d’une personne, il faut montrer le processus de vieillissement.

Parfois, nous nous perdons un peu dans les questions de l’âge. Pour nous, plus que tout, il s’agit de changement. C’est une question d’évolution. Si vous regardez Ed Baldwin dans la saison 1 et Ed Baldwin dans la saison 4, vous comprenez à quel point ce type a changé et vieilli. Ce qui est vraiment révélateur, c’est que lorsque vous rencontrez nos acteurs dans la vie réelle, ce qui arrive, beaucoup de gens sont toujours surpris par leur jeunesse. C’est un testament pour notre équipe de maquillage qui fait le genre de maquillage qui est parfois subtil. C’est comme si nous avions mis une ride. Je ne peux même pas vous dire combien de temps nous avons passé à nous demander : "Où est cette ride, où sont les taches de vieillesse et quelles sont ces taches de vieillesse ?" C’est un tout autre aspect de For All Mankind qui se produit en permanence, et c’est vraiment un défi, et les acteurs, nous sommes reconnaissants d’avoir des acteurs qui l’acceptent pleinement.

Évidemment, s’il a 70 ans, il a encore du temps devant lui, mais est-ce qu’on approche de la fin de l’arc Edward Baldwin de For All Mankind, ou est-ce que c’est quelqu’un qui pourrait survivre jusqu’à 100 ou 110 ans ?

NEDEVI : Nous ne pouvons pas répondre à cette question. [rires] Steve, il n’est pas question de répondre à cette question.

WOLPERT : On ne sait jamais ce que l’espace peut faire. Ce sont des lieux non testés. Qui sait quel impact l’espace peut avoir sur la longévité ?

Les showrunners [d’autres séries] me disent qu’à chaque saison d’une série, ils ont la possibilité de construire un nouveau décor ou de construire un peu de nouvelles choses. Qu’avez-vous pu construire dans la saison 4 que vous pouvez dévoiler aux téléspectateurs ?

WOLPERT : Eh bien, l’ironie de notre série, c’est qu’il s’agit presque d’une nouvelle série chaque année. Nous avons, plus que toute autre série, réinitialisé les décors parce qu’ils ont toujours évolué. Ainsi, ce qui est vraiment passionnant cette saison, c’est de voir comment ces quelques petites pièces qui constituaient la base martienne de Happy Valley dans la saison 3, dans lesquelles nous avons laissé ces gens bloqués sur Mars, sont devenues une base martienne florissante avec des centaines de personnes qui y vivent et y travaillent. Le processus de construction de ces décors et la question de savoir comment tous ces gens pourraient vivre ensemble ont été déterminants. "Tout se passerait-il à la surface ? Y aurait-il quelque chose qui n’est pas à la surface ? Quelles pièces les Russes auraient-ils construites par rapport à celles que les Américains auraient construites par rapport à celles que SpaceX-Hélios aurait construites ?" [Oups, un lapsus révélateur]. C’était donc très amusant de se demander quelles seraient les différences esthétiques. Il y a un module particulier dans la base martienne qui est en quelque sorte la contribution soviétique à l’expansion de la base et qui est en quelque sorte leur salle de com des opérations. C’était amusant d’explorer comment l’architecture et le design soviétiques auraient changé l’aspect de ce qui est essentiellement un espace technique.

Y a-t-il quelque chose que vous vouliez faire dans la série et que vous n’avez pas pu faire pour des raisons simplement budgétaires ?

NEDEVI : Non. [Rires] C’est probablement la raison pour laquelle nous avons tant vieilli au cours de cette série. C’est une série très difficile. Mais les grandes idées que nous avons eues, nous avons pu les réaliser. Même cette saison, vous savez, il y a toujours de petites histoires ou de petites choses que nous voulions faire et que nous ne pouvons pas faire, mais parfois ces limitations budgétaires aboutissent aux solutions les plus créatives en termes de narration. Notre philosophie, lorsque nous entrons dans la salle, est donc la suivante : "Tout est permis, faisons les choses en grand, et nous trouverons ensuite comment le faire". C’est grâce à notre équipe et à notre producteur délégué que nous sommes capables d’accomplir ces choses.

La grande nouveauté de cette saison a été de tourner en Europe de l’Est. Nous voulions rendre compte de l’expérience de Margo en Russie et nous avions le sentiment qu’il était impossible de le faire à Los Angeles. C’était donc un grand changement pour la série que de trouver, à la fin de la saison, un lieu en Europe de l’Est qui pourrait remplacer l’Union soviétique de l’époque et de le faire. Nous avons fait appel à une partie de notre équipe et de notre distribution, mais la plupart des membres de l’équipe sont des nouveaux venus qui n’avaient jamais travaillé sur la série auparavant. C’était un changement pour nous. C’était un véritable défi, mais cela répond à votre question ; nous avons senti que nous devions trouver un moyen de faire en sorte que cela se produise. Il y a eu des défis à relever, mais maintenant, en regardant la saison 4, je suis tellement ravi que nous ayons pu y aller et réussir, parce que cela donne vraiment l’impression d’un nouveau monde dans la série.

En particulier, et encore une fois, pas de spoilers, mais vous êtes dans des bâtiments qui ne sont clairement pas à Los Angeles. Je m’interrogeais à ce sujet. Combien de temps avez-vous pu tourner en Europe de l’Est ?

WOLPERT : Le tournage a duré presque un mois. En février, il y a évidemment de la neige partout, on a l’impression qu’il fait froid. Mais vous avez raison, il était très important pour nous de tourner sur place dans ces endroits que l’on ne peut pas reproduire, et pas seulement les bâtiments, mais aussi les acteurs. Vous avez accès à un type d’acteur complètement différent qui ressemble à ce lieu et à cette époque. Cela apporte vraiment, encore une fois, ce sens du réalisme à ces moments qui sont vraiment importants pour la série.

Je vais être contrarié, mais j’aimerais savoir si vous avez demandé à Apple : "Si c’est la dernière saison, pouvez-vous nous le dire pour qu’on puisse la terminer comme on le souhaite ?"

NEDEVI : Je suis d’accord. C’est quelque chose que je n’aime pas dans les séries que je regarde. Nous n’avons pas eu cette conversation parce que, pour être honnête, Apple a été très favorable à la série et au projet initial que nous avions avant d’aller plus loin. Nous avons eu la chance que la série soit bien accueillie par les fans qui regardent Apple, par ceux qui ne regardent pas Apple, et il est clair que de plus en plus de personnes ont été séduites par la série au fil des saisons. Donc, tant que les gens la regarderont, nous pourrons continuer et terminer l’histoire que nous voulons raconter. Tout ce que nous avons entendu de la part d’Apple, c’est un soutien positif et le renforcement de l’idée qu’ils veulent aussi que nous terminions cet arc. Je ne veux donc pas avoir de pensées négatives en pensant que nous ne pourrons pas le faire. Mais pour nous, cela a toujours été l’objectif : "Allons jusqu’au bout, racontons l’histoire comme nous l’avions prévu".

Avez-vous déjà prévu la fin de l’arc que vous essayez de raconter, comme le dernier plan ou la dernière chose, ou avez-vous simplement une idée de la direction à prendre ?

WOLPERT : Nous avons quelques idées de plans et de moments qui, s’ils deviennent effectivement le dernier plan ou le dernier moment, restent à voir parce qu’on ne sait jamais ce qui va changer. Mais nous avons évidemment réfléchi à un degré assez spécifique à la manière de mettre un terme à la série.

Évidemment, la grève des scénaristes a eu lieu, et les acteurs sont toujours en grève, mais avant la grève de juillet, combien de temps avez-vous travaillé à l’écriture de la saison 5 ?

NEDEVI : Nous n’avons pas officiellement obtenu le renouvellement pour la saison 5. Nous voulons qu’Apple parle à notre agent-manager, Steve Weintraub, pour que nous puissions lancer le processus dès que possible, monsieur.

[Rires] Je sais très bien qu’ils n’ont pas "annoncé" la saison 5, mais je sais aussi que tous les streamers ont des salles de rédaction qui se réunissent généralement dès la fin de la saison, juste au cas où ils voudraient faire la saison suivante. Cela accélère le processus. C’est comme ça que vous avez pu organiser une série pratiquement chaque année.

NEDEVI : C’est intéressant parce que la différence cette année, à cause de la grève des scénaristes, c’est que nous n’avons pas pu le faire. Nous n’avons donc pas pu créer une salle pour la saison 5. Vous avez raison, c’est généralement comme ça que ça fonctionne dans une série comme la nôtre. C’est la première fois dans l’histoire de la série qu’elle commence sans que nous ayons vraiment commencé une ébauche pour la saison 5. Non seulement nous n’avons pas de renouvellement officielle, mais nous n’avons même pas encore commencé le travail. C’est à cause de la grève. Nous avons dû attendre, et c’était la bonne décision, et j’espère que nous pourrons obtenir ce renouvellement et continuer à raconter l’histoire.

L’un des problèmes du streaming est qu’il y a souvent un très grand écart entre les saisons, et cela détruit vraiment, vraiment l’élan d’une série. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais lorsque cela fait deux ans et demi que j’ai vu la dernière saison, je ne m’y intéresse plus autant. Je ne suis tout simplement pas aussi investi. L’un des secrets de For All Mankind, c’est qu’il y a eu une saison presque chaque année, alors on continue. On s’investit tellement. Ma question est donc la suivante : si Apple vous appelle et vous dit "Hé, nous voulons faire la saison 5", combien de temps dure généralement une réunion de scénaristes ? Est-ce que c’est quatre ou cinq mois d’écriture avant de pouvoir filmer ? Est-ce plus long ?

WOLPERT : Oui, c’est à peu près ça. Mais en fait, le véritable obstacle à notre série en particulier, et aux séries similaires, est le processus des effets visuels. Les effets visuels prennent tellement de temps à réaliser, et c’est la raison pour laquelle ils sont si beaux.

Pour bien faire les choses. Notre producteur délégué, Seth Edelstein - je ne sais plus de quelle saison il s’agit - a produit Hacks après le tournage de notre série. Cette série a été diffusée avant la nôtre, mais elle a été tournée après la nôtre parce qu’ils n’ont pas tous les effets visuels à réaliser. Cela fait donc partie intégrante de la série à un certain niveau. Je suis d’accord avec vous pour dire que le temps qui s’écoule entre la diffusion d’une saison et celle d’une autre peut avoir un impact sur l’engagement des téléspectateurs. Sachez que Ben et moi faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire au maximum cet intervalle dans les limites de ce qu’il faut pour réaliser notre série, parce que nous voulons aussi qu’elle soit aussi bonne que toutes les autres saisons en termes d’effets visuels, de narration et de tournage.

Je comprends parfaitement. Dans ce cas particulier, avec les grèves, toutes les séries, tous les films et toutes les émissions télévisées seront affectés pendant six mois. Personne n’a donc de code pour contourner ce problème. Nous sommes à la fin du mois d’octobre ; si Dieu le veut, la grève de la SAG prend fin et vous pourrez tourner en avril. Ce n’est qu’une estimation. Si par hasard vous obtenez un renouvellement pour la saison 5, il n’y a aucune chance qu’elle soit diffusée avant 2025. C’est physiquement impossible.

NEDEVI : La grève était nécessaire. Il fallait qu’elle se produise, et il y a des conséquences à ce genre de choses. Vous avez raison ; cela a affecté presque toutes les séries, et le public est maintenant un peu plus indulgent. Les gens sont un peu plus engagés maintenant. Ils savent ce qui s’est passé avec les grèves. Ils comprennent maintenant que certaines séries ne reviendront pas aussi vite qu’elles l’ont fait, que ce ne sera pas la même chose. Donc, au cours de l’année à venir, les gens comprendront les raisons de ces retards.

Mais pour moi, l’essentiel, c’est qu’on peut toujours revenir en arrière et regarder la dernière saison, se rattraper. Revoir la saison 3. C’est ça le truc, notre série est presque comme une anthologie dans ce sens où vous pouvez revoir les saisons précédentes avant que la saison suivante n’apparaisse. Il y a beaucoup de télévision en ce moment, donc cette opportunité existe. J’espère que notre retard ne sera pas aussi important que celui de certaines autres séries. En fait, nous sommes fiers d’avoir une fenêtre aussi petite que possible entre les saisons, mais certains de ces retards sur d’autres séries qui sont vraiment énormes sont de plus en plus longs. Je suis donc d’accord avec vous. C’est un problème.

Tout à fait. Mais il s’agit aussi de savoir quelles sont les chaînes et les séries qui permettent à une salle de rédaction de continuer à fonctionner la seconde qui suit le bouclage et quelles sont celles qui disent : "Nous trouverons une solution plus tard". Lorsque ces salles de rédaction sont ouvertes, le processus est vraiment accéléré. En réalité, la saison 5, si vous obtenez le feu vert, sera absolument diffusée en 2025, il y aura juste une longue distance entre les deux.

WOLPERT : C’est vrai. Oui, à peu près.

Je sais que vous travaillez 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur cette série. Est-ce que c’est l’une de ces situations où vous prenez toujours autant de plaisir ou est-ce que vous essayez aussi, en même temps, d’écrire d’autres choses ? Comment cela fonctionne-t-il pour vous ?

WOLPERT : Vous avez raison. C’est un travail 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et honnêtement, plus que 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour cette série. Mais pour Ben et moi, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser à d’autres choses, et c’est presque comme une sorte de répit bizarre et amusant d’explorer d’autres idées. Il n’y a rien de prévu pour l’instant, mais nous pensons toujours à ce qui nous attend, à ce qui nous intrigue et à ce qui nous inspire. Cette série est très spécifique en ce qui concerne la science, l’histoire et tout le reste. Ayant débuté dans la comédie, nous sommes toujours des personnes qui s’intéressent à différents genres et à différents types de narration, d’une manière que nous trouvons vraiment convaincante. En plus de For All Mankind, nous sommes impatients de trouver ces prochaines choses qui nous permettront de faire différents types de séries.

Je suis curieux de savoir si vous envisagez le cinéma pour l’avenir, ou si vous aimez la télévision, où l’on peut vraiment passer beaucoup de temps avec les personnages ? Les films sont très difficiles. C’est le spectacle qui l’emporte parfois sur la substance.

NEDEVI : Nous ne refuserions pas les films, mais je suis d’accord avec vous. Nous nous concentrons surtout sur la télévision, et c’est quelque chose sur lequel nous travaillons maintenant, depuis presque 20 ans. Pouvoir raconter l’histoire sur des années avec des personnages, et dans cette série sur la durée de vie des gens, est une opportunité unique que nous ne prenons pas pour acquise. C’est ce qui arrive souvent aux scénaristes, en tant qu’équipe de scénaristes, il faut pouvoir se concentrer sur plus d’une chose à la fois. Alors parfois, oui, bien que cette série soit exhaustive, il est important dans notre carrière et dans la carrière de tout écrivain de penser à l’avenir. Nous encourageons même les scénaristes de notre série à travailler sur leurs propres projets. L’idée que si l’on ne se concentre pas uniquement sur le projet sur lequel on travaille, on n’est pas en mesure de le faire, c’est une erreur et ce n’est pas une décision intelligente pour un scénariste.

En général, [dans la série] il s’écoule environ 10 ans entre chaque saison. Dois-je supposer que si vous faites la saison 5 et la saison 6 ou même la 7, ce sera toujours une affaire de 10 ans, ou avez-vous l’idée de faire un plus grand saut à l’avenir ?

WOLPERT : Sans aucun doute, comme Ben l’a dit, l’idée d’aller jusqu’au présent dans notre série est quelque chose de très convaincant pour nous, où une saison se déroule l’année de sa diffusion, de sorte que lorsque le téléspectateur regarde le monde dans lequel il se trouve et le monde qui aurait pu être à l’écran, cela tient vraiment la promesse de la prémisse de notre série d’une manière très importante. Mais comme je le disais tout à l’heure, les attentes sont en quelque sorte l’ennemi d’une bonne narration à un certain niveau. Nous n’exclurions pas quelque chose comme cela à un moment donné de la série.

Quand Ron Moore est impliqué, on ne peut s’empêcher de parler de Star Trek et de vaisseaux spatiaux.

NEDEVI : C’est intéressant, Ron est toujours impliqué dans la série, il l’a évidemment co-créée avec nous, et même s’il fait partie de ce monde et qu’il a travaillé sur Star Trek et Battlestar, il est aussi très intrigué par d’autres genres. Il a également travaillé sur Outlander, et il développe d’autres choses. C’est un témoignage pour lui, mais aussi pour ce que nous avons fait avec cette série, c’est-à-dire qu’aujourd’hui plus que jamais, la télévision n’a pas besoin d’être spécifique à un genre. On voit maintenant des séries qui sont des comédies même s’il s’agit de drames ou de science-fiction, mais d’un point de vue général. Ce qui est bien avec la télévision actuelle, et j’espère qu’elle continuera à l’être, c’est qu’elle va raconter des histoires qui ne sont pas spécifiques à un seul genre ou à un seul type. Et c’est quelque chose que Ron, Matt et moi avons vu très tôt avec cette série, qu’elle était difficile à définir, et c’est une bonne chose, pas nécessairement une mauvaise.

Dernière question. Y a-t-il une technologie ou une avancée que vous avez vue dans le monde réel et qui vous a fait dire : "Oh oui, il faut qu’on l’utilise" ?

WOLPERT : Hmm, c’est une question difficile. Je ne sais pas s’il y a une chose en particulier, bien qu’il y ait beaucoup de choses chaque saison dans la façon dont nous avons introduit la fusion nucléaire ou, vous savez, ces différents types de moteurs. Mais plus que la technologie, ce qui nous intéresse au plus haut point, c’est la façon dont la technologie change la société, comment les gens se comportent différemment en fonction de la technologie, et comment elle peut changer les choses. L’I.A., évidemment, est le mot clé en matière de technologie, et qu’elle est sur le point de modifier notre monde de manière importante, ce qui intrigue et effraie tout le monde. Dans le monde de For All Mankind, je ne sais pas, nous n’avons pas encore compris comment quelque chose comme ça s’intègre. Mais ce qui nous a vraiment fait réfléchir, c’est de savoir comment des technologies fondamentales aussi importantes peuvent changer le monde de manière radicale. L’une des armes secrètes de notre série est d’explorer ce genre d’idées.

NEDEVI : Ce qui est intéressant aussi, c’est que c’est la première fois que la mission astéroïde se déroule en ce moment même avec la NASA. La mission Psyche a littéralement été lancée le jour où notre bande-annonce a été diffusée, il y a donc une interaction intéressante entre les deux, nous sommes en train de faire une saison centrée sur l’exploitation minière des astéroïdes alors que l’intérêt pour les astéroïdes est littéralement en train de se manifester au moment où nous parlons, il est en plein essor. Le moment est donc bien choisi. C’est fortuit pour notre série, mais cela rejoint aussi ce que Matt disait, cette idée de la science - nous recevons des photos de Mars alors que nous faisons les effets de la série et que nous cherchons comment colorer le paysage. En fait, nous recevons des photos de Mars tous les jours et nous en discutons avec Jay Redd, notre superviseur VFX, en nous disant : "Oh, et ça ? Pourquoi pas cette couleur ? Voilà à quoi ressemble un coucher de soleil sur Mars". Donc cette capacité à prendre la science réelle qui se passe en temps réel et à l’impacter sur la série est vraiment spéciale, et c’est quelque chose que nous ne prenons pas pour acquis, c’est quelque chose que nous voulons continuer à faire. Ce regain d’intérêt pour les voyages dans l’espace, alors que la série ne cesse de grandir, est vraiment fortuit.

La saison 4 de For All Mankind débutera le 10 novembre, et les épisodes suivants seront diffusés en avant-première chaque semaine le vendredi sur Apple TV+.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


For All Mankind : Après Mars, où ira la série Apple TV+ en saison (...)
For All Mankind : Une saison 4 très Ocean’s Eleven mais (...)
For All Mankind : On sait enfin ce qui est arrivé à Danny Stevens (...)
For All Mankind : Une saison 4 à fond dans la science-fiction
For All Mankind : L’uchronie Apple TV+ peut-elle vraiment (...)
Star Wars - The Bad Batch : La critique du début de la saison (...)
Star Trek Discovery : La nouvelle bande annonce de la saison (...)
Salem’s Lot : Stephen King pas content avec Warner (...)
Young Sheldon : Pourquoi mettre fin à la série après 7 saisons (...)
Satoshi : La critique
The Night Agent : La série Netflix complète la distribution de sa (...)
Klara and the Sun : Amy Adams face à Jenna Ortega pour (...)
Dawn of Titans : La critique du Tome 1
VOD DVD - Bandes Annonces : 24 février 2024
César 2024 : Les gagnants de la 49ème cérémonie