Pluto : Critique des deux premiers épisodes

Date : 25 / 10 / 2023 à 11h00
Sources :

Unification


PLUTO

- Date de diffusion : 26/10/2023
- Plateforme de diffusion : Netflix
- Épisodes : 1.01 à 1.02
- Réalisateur : Toshio Kawaguchi
- Scénariste : d’après l’œuvre de Naoki Urasawa, Takashi Nagasaki et Osamu Tezuka
- Interprètes : Shinshu Fuji, Yoko Hikasa, Minori Suzuki, Hiroki Yasumoto, Koichi Yamadera

LA CRITIQUE

Pluto est et la remarquable adaptation en série animée, en 8 épisodes d’environ une heure, du chef-d’œuvre éponyme de Naoki Urasawa et de Takashi Nagasaki d’après le manga original d’Osamu Tezuka.

C’est pour l’anniversaire de Astro, le petit robot, daté du 7 avril 2003 dans le manga qu’Ozamu Tesuka a commencé en 1952, que la maison d’édition Shogakukan a proposé à l’un de ses plus grand auteur, Naoki Urasawa, de travailler sur un nouveau manga s’en inspirant. Il a alors choisi l’un des arcs de la série, intitulé Le robot le plus fort du monde, et a décidé de faire d’Astro un personnage secondaire. La qualité est d’ailleurs garantie par le superviseur des adaptations des mangas d’Osamu Tezuka, Macoto Tezuka, son fils aîné.

Ozamu Tezuka est considéré au Japon comme le dieu du manga. Alors qu’il a fait des études de médecine, depuis son plus jeune âge, il a toujours dessiné, y compris pendant la Seconde Guerre mondiale quand c’était interdit au Japon. Il a renoncé à son métier pour devenir mangaka et a créé quasiment tous les genres dans ce domaine. Il a aussi exploré de nombreux domaines tels la science-fiction, le polar, la psychologie, le fantastique, l’histoire...

De plus, avec la société qu’il a créée en 1962, Mushi Production, il a aussi révolutionné l’animation dans les séries. L’une de ses plus emblématiques correspond à l’adaptation de son célèbre Astro, le petit robot qui a toujours un impact durable au pays du soleil levant.

Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki ont remarquablement revisité l’une des intrigues de sa saga culte qu’ils ont parfaitement remise au goût du jour. Naoki Urasawa délaisse d’ailleurs les combats, formidablement mis en scène par Ozamu Tesuka, au profit d’une intrigue psychologique et labyrinthique qu’il maîtrise à merveille.

Le récit se focalise sur un robot enquêteur qui fait partie des sept appartenant aux plus perfectionnés du monde. Il va alors investiguer sur l’assassinat de l’un d’entre eux, ce qui va le confronter à des révélations surprenantes.

La narration joue avec les personnages. Ainsi, on ne sait jamais vraiment qui est humain et qui ne l’est pas, tant les robots humanoïdes miment parfaitement le comportement de leurs créateurs. Écrit 16 ans avant Blade Runner (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?) de Philip K. Dick, l’œuvre interroge sur l’humanité et offre des personnages non manichéens qui rêvent de paix et de famille. Elle s’inspire aussi des lois de la robotique créées par Isaac Asimov.

En effet, les robots n’ont pas le droit de les attaquer et de leur faire du mal. Toutefois, les plus puissants d’entre eux sont déployés dans des guerres, comme celle s’étant déroulée trois ans auparavant et qui a un grand impact dans les évènements qui surviennent au moment du récit. D’ailleurs, cet affrontement s’inspire d’événements s’étant vraiment déroulés ces dernières années. Car Pluto est aussi une critique de notre propre société, dont les travers sont esquissés sans concession.

Les deux premiers épisodes adaptent extrêmement fidèlement les deux premiers mangas. La narration est identique et de nombreuses séquences sont calquées plan à plan avec ce que l’on peut découvrir dans les livres. Quelques variations sont déployées pour permettre le bon déroulement de l’histoire, le média papier étant quelque peu différent de celui du septième art.

La musique de Mitsuhiro Sato est aussi magnifique. L’une des sous-intrigues tourne autour d’un pianiste et voir la composition accompagner le déroulement des événements rend ces passages encore plus somptueux.

L’animation est vraiment de toute beauté. Elle est extrêmement agréable à regarder et d’une grande fluidité. Les personnages sont identiques à ceux que l’on connaît dans le manga. Et les décors sont tout aussi imposants. Quant aux couleurs, elles sont parfaitement choisies et renforcent l’impact visuel de cette adaptation extrêmement fidèle et parfaitement réussie.

Au vu de ce début de saison, il n’y a pas de doute à avoir sur la qualité et le respect de l’adaptation des six derniers volumes. Il ne faut donc réellement pas passer à côté de ce chef-d’œuvre, surtout si vous ne connaissez pas son intrigue sophistiquée et ses rebondissements surprenants.

D’autant que les réflexions abordées sont non seulement d’une grande actualité, mais à travers ces personnages très diversifiés, permettent de s’interroger sur l’humanité, l’intelligence artificielle et sur l’avenir de la terre. La dimension émotionnelle n’est pas pour autant oubliée. Il est d’ailleurs difficile de ne pas se retrouver touché par certains passages poignants.

Pluto est une série exceptionnelle à consommer sans modération. Les amateurs du manga seront ravis de cette réalisation à la hauteur d’une œuvre culte qui est un grand moment de science-fiction. Entre son animation, ses personnages et son histoire, il est impossible de rester indifférent. Et il est difficile de ne pas enchaîner les épisodes pour voir comment cette aventure extraordinaire s’achève.

Grandiose et époustouflant.

SYNOPSIS

L’histoire reprend le concept d’Astro Boy, mais dans un univers parallèle où les 7 robots considérés comme les plus puissants du mondes sont, à tour de rôle, victimes de tentatives d’assassinats. Gesicht, robot-enquêteur affilié à la police allemande, est chargé de retrouver le coupable.

BANDE ANNONCE



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Avatar le dernier maître de l’air : Critique de la saison 1 (...)
La nuit d’Orion : La critique du film Netflix
Badland Hunters : La critique du film Netflix
Ancestral : Critique de la mini-série Netflix
Griselda : Critique de la mini-série Netflix
César 2024 : Les gagnants de la 49ème cérémonie
La Séance de Minuit : L’épisode le plus terrifiant de La (...)
Hulk : Un film solo coûterait trop cher selon Mark Ruffalo
Constellation : Une série intrigante qui a convaincu Noomi (...)
Beetlejuice Beetlejuice : Un grand plaisir à bosser à (...)
Afterburn : Dave Bautista & Samuel L. Jackson se retrouveront (...)
Black Tea : La critique
Happy Face : Dennis Quaid en tueur en série pour Paramount+
Long Bright River : Nicholas Pinnock face à Amanda Seyfried pour (...)
The Storm Clan : Une adaptation cinéma en cours d’élaboration