Le Nom de la Rose : Jean-Jacques Annaud évoque les difficultés avec Sean Connery et les autres acteurs

Date : 28 / 10 / 2023 à 10h00
Sources :

Deadline


Lors d’une master class au Festival Lumière de Lyon, Jean-Jacques Annaud a évoqué les difficultés du travail avec ses acteurs, en se remémorant le tournage du film Le Nom de la Rose en 1986 (qui a été projeté, en clôture du festival, en version restaurée 4K, devant 5.000 spectateurs) :

Les acteurs ont souvent peur, surtout lorsqu’ils sont très célèbres. Agir est alors difficile. Nous, les réalisateurs, sommes un peu comme des taureaux qui chargent pour faire nos films, alors qu’ils ont cette fragilité humaine que nous devons mettre en lumière et protéger.

Quand vous vous retrouvez avec Sean Connery et Christian Slater, dans son premier grand rôle, et que le petit Christian n’a que 15 ans et plein d’admiration pour Sean Connery, qui à son tour voit le danger chez ce gamin, comment gérez-vous ça ?
Cela m’excite, et même si tout le reste est préparé à l’avance, c’est la chose la plus délicate sur le plateau.

Le réalisateur a révélé que c’est dans ce film qu’il a vécu sa pire expérience avec un acteur, citant le comportement de F. Murray Abraham, qui avait remporté l’année précédente l’Oscar du meilleur acteur pour Amadeus :

Tout le monde m’avait prévenu que Sean Connery était un personnage impossible et extrêmement difficile. Ça a été en fait un rêve absolu et je m’entendais à merveille avec lui.

Mon seul mauvais souvenir d’acteur tout au long de ma carrière, et j’ai dirigé, je pense, des milliers d’acteurs, était au contraire F. Murray Abraham, qui jouait l’inquisiteur.

Il était terrible, pas tellement avec moi, mais plutôt avec Sean. Il disait : "J’ai un Oscar et c’est un vieil idiot". Ils arrivaient tous les deux en retard parce que Sean ne voulait pas attendre F. Murray, et lui ne voulait pas attendre Sean… c’était comme la cour de récréation de l’école.

Abraham est arrivé en retard pour son dernier jour de tournage prévu, après être allé faire du shopping. Nous l’avons appelé pour lui rappeler ses obligations contractuelles, mais il a refusé de venir. Il devait être là à 7 heures du matin et il est arrivé à midi.
Il est venu me trouver et je lui ai dit que sa scène avait été décalée à la fin du tournage et qu’il devait rester ici et payer les frais de sa poche.

Le réalisateur a aussi évoqué d’autres moments de sa longue carrière. Il a utilisé différentes approches pour préparer ses acteurs, en fonction de la production et du rôle. Pour Jane March (qu’il a dirigé dans L’Amant en 1992), novice sur grand écran, il avait écrit dans son contrat qu’elle n’était pas autorisée à prendre des cours de théâtre avant d’arriver sur le plateau.

Je ne voulais pas qu’elle écoute un professeur qui n’avait aucune idée de ce que je voulais faire, pour qu’elle arrive sur le plateau non pas comme la personne que j’avais choisie, mais plutôt comme quelqu’un formé par un inconnu.

Jean-Jacques Annaud, dont la filmographie variée comprend aussi La Guerre du feu (1981), L’Ours (1988), Sept ans au Tibet (1997), Stalingrad (2001), Notre-Dame brûle (2022) a aussi révélé le processus de casting avait tendance à être long :

Les seuls jours où je rentre épuisé, ce sont mes jours de casting.
Pourquoi ? Souvent, je peux dire que ça ne marchera pas dès que la porte s’ouvre. Je le sens. Mais je sais aussi que l’acteur en face de moi pourrait travailler sur d’autres projets à l’avenir, donc je fais un gros effort pour avoir une idée de qui il est. Je ne leur demande jamais ce qu’ils ont fait, je m’intéresse davantage à ce qui se passe entre nous.
Parfois, je vois 30, 40 personnes par jour, comme un médecin. Ils me racontent souvent des histoires tellement personnelles qu’ils finissent par pleurer. Cela m’aide à comprendre qui ils sont, mais en même temps, je suis aussi bouleversé par ce que j’ai entendu.

EXTRAITS




Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Le Nom de la Rose : Jean-Jacques Annaud évoque les difficultés (...)
Nosferatu : Un remake avec Anya Taylor-Joy à l’horizon
Nocebo : Le prochain thriller de Lorcan Finnegan avec Eva Green (...)
New York Will Eat You Alive : Un film de zombies pour Colin (...)
Nemesis : Une adaptation de l’oeuvre de Mark Millar pas (...)
Klara and the Sun : Amy Adams face à Jenna Ortega pour (...)
Dawn of Titans : La critique du Tome 1
VOD DVD - Bandes Annonces : 24 février 2024
César 2024 : Les gagnants de la 49ème cérémonie
La Séance de Minuit : L’épisode le plus terrifiant de La (...)
Hulk : Un film solo coûterait trop cher selon Mark Ruffalo
Constellation : Une série intrigante qui a convaincu Noomi (...)
Beetlejuice Beetlejuice : Un grand plaisir à bosser à (...)
Afterburn : Dave Bautista & Samuel L. Jackson se retrouveront (...)
Black Tea : La critique