The Walking Dead - Daryl Dixon : Ça fait quoi de rencontrer Norman Reedus en chair et en os ?

Date : 04 / 10 / 2023 à 12h45
Sources :

Collider


Les acteurs Romain Levi et Lukerya Ilyashenko racontent entre autres à Collider comment s’est déroulée leur première rencontre avec la star Norman Reedus, lorsqu’il a fallu tourner le spin-off The Walking Dead - Daryl Dixon...

Le Codron et la Anna de la série ont parlé de leur expérience sur le projet, aussi incroyable qu’il soit, comment la série parvient à maintenir un niveau d’espoir dans l’obscurité, à la façon d’un compte de fée à la Tim Burton, et ce que c’était de rencontrer Reedus et à quel point il les a surpris entre autres.

Il est facile d’aimer Daryl Dixon et la série porte son nom, mais il y a tellement de personnages qui l’entourent et habitent ce monde. Lorsque j’ai parlé au producteur délégué Dan Percival, il m’a dit que cette série était un véritable mélange de sensibilités cinématographiques européennes et d’un genre typiquement américain, ce que l’on ressent vraiment en regardant ces épisodes. Qu’est-ce que cela vous a fait de participer à une telle série ? Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans le fait de prendre l’univers très familier de The Walking Dead et de le placer dans un lieu qui vous était jusqu’alors totalement inconnu ?

LEVI : Personnellement, je suis très fier de cette série. Faire partie de ce projet extraordinaire est incroyable. Nous avons eu la chance de voir tant de lieux magnifiques qui sont des endroits réels. Je n’ai pas eu de scènes à Paris, mais c’est incroyable de pouvoir voir Paris comme ça, la ville lumière avec cette énergie sombre. C’est incroyable.

ILYASHENKO : Je suis allée dans deux lieux, Demimonde, qui était un décor construit pour la série, et le bureau de Genet. Ces lieux mélangés aux zombies ont donné à la série ce sentiment très mystique qui ressemblait un peu à un conte de fées. Toutes les tenues que je portais et toutes les décorations donnaient l’impression qu’il s’agissait d’une sorte de film historique. On avait l’impression que cela ne se passait pas aujourd’hui. C’est un peu comme le 19ème siècle avec un sentiment de Tim Burton.

LEVI : Absolument. De la manière dont le scénario est écrit, on peut s’identifier à une période difficile de notre histoire, partout dans le monde. C’est ce que j’ai ressenti lorsque je me suis rendu chez Genet.

Romain, en tant qu’acteur français, qu’est-ce que cela vous a fait de voir les images apocalyptiques de Paris, en particulier de voir à quoi ressemblerait la Tour Eiffel dans la série ?

LEVI : C’est incroyable, vraiment. J’ai été choqué par le travail qu’ils ont fait. Elle avait l’air si réelle. C’est un sentiment étrange de voir cela. Je suis parisien et j’ai toujours vécu à Paris, alors voir Paris comme ça, d’une certaine manière, m’a rendu triste, pour vous dire la vérité. Lorsque vous voyez Paris détruite de la sorte, vous avez le sentiment que la vie pourrait être plus difficile. Cela a donc créé quelque chose d’un peu triste. En même temps, ce que j’aime vraiment dans cette série, c’est que, même si c’est très sombre et que vous voyez que Paris est détruite, il y a encore de l’espoir. Peut-être qu’un jour, Paris et la France iront mieux.

Comment s’est passée la première journée de tournage pour chacun d’entre vous ?

LEVI : Pour moi, le premier jour a été très amusant. C’était une grosse bagarre avec Daryl. Dès le premier jour, nous avons dû nous battre, et j’ai vraiment adoré ça. C’était très intense, mais en même temps, c’était parfait. J’ai eu la chance de rencontrer Norman [Reedus], et il a été très gentil avec moi. Il me demandait toujours si ma tête allait bien et si mon cou allait bien parce qu’il me donnait beaucoup de coups de poing. Ressentir sa gentillesse, je ne pouvais pas rêver d’une meilleure façon de commencer la série.

ILYASHENKO : Tout est mélangé dans ma tête. Lorsque je suis arrivée à Paris pour le tournage, j’étais vraiment stressée parce que j’essayais de mémoriser ces chansons françaises. Je me souviens du jour où j’ai rencontré Norman Reedus, j’ai été amenée sur le plateau pour la coiffure et le maquillage et ils m’ont demandé si je voulais aller sur le plateau. Ils m’ont dit que Norman Reedus et Clémence Poésy étaient en bas, dans les catacombes, et je me suis dit : "Oh, mon Dieu, je suis terrifiée". Par politesse, j’ai dit : "Bien sûr, allons-y". On est descendus dans les catacombes, j’ai regardé la scène et je me suis dit : "Bon, il faut que je sorte d’ici et que j’aille faire mon maquillage et mon test de coiffure". Je suis donc remontée et je me tenais près de l’entrée des catacombes, essayant de me ressaisir en me disant : "C’est bon. C’est une grande star d’Hollywood, mais il est normal". Et puis, j’ai tourné la tête vers la gauche et il était là, Norman Reedus. Il m’a dit : "C’est toi qui joues Anna". J’ai répondu : "Oui, c’est moi". Il m’a dit : "Je suis si heureux que tu sois ici avec nous dans la série. Ces catacombes étaient si froides et j’étais un peu claustrophobe. Quelle journée horrible".

Je le regardais et je me disais : "Oh, mon Dieu, c’est l’homme le plus humain qui soit. C’est le type le plus cool". Il me demandait : "Tu veux du café ou quelque chose à manger ?" Il a toujours été d’un grand soutien et très attentionné, et c’est un grand acteur. C’était mon premier jour, et j’ai réalisé à quel point Norman Reedus était génial. Après cela, tout le stress que j’éprouvais a disparu. Au lieu de la peur, j’ai eu un sentiment de confiance et j’ai réalisé que je travaillais dans un endroit sûr avec des gens formidables, très talentueux et très travailleurs, qui voulaient vraiment obtenir le meilleur résultat possible. C’est tout simplement fantastique.

Lukerya, votre personnage fait une entrée remarquée dans le club en chantant sur scène. Comment s’est déroulée cette performance ?

ILYASHENKO : Je ne parle pas du tout français et j’ai dû apprendre trois chansons en français. J’ai eu un mois pour le faire, et c’était des chansons assez longues. Le français est une langue très difficile. Cela me paraissait vraiment impossible. Je suis donc allée sur YouTube, j’ai trouvé les chansons et je les ai ralenties trois fois. Lorsque je suis arrivé à Paris le 4 janvier, mon premier jour de tournage était le 16 janvier, il me restait donc moins de deux semaines. J’aurais pu aller me promener dans Paris pour faire du tourisme, mais au lieu de cela, je suis restée à l’hôtel et 12 heures par jour, j’ai passé en revue les chansons, encore et encore et encore, en essayant de mémoriser les répliques, même si je ne comprenais pas la langue. Et puis, sur le plateau, j’étais si nerveuse et si effrayée que vous n’en reviendriez pas. Mais ensuite, je suis montée sur scène et je me suis dit : "Tu as fait ce que tu pouvais. Tu ne peux pas faire mieux. Vraiment, tu n’en es pas capable. Tu n’as pas la capacité de faire mieux. Laisse tomber". J’ai donc essayé de profiter du moment présent. À un moment donné, c’était amusant.

Romain, pensez-vous que votre personnage est quelqu’un qui pourrait en venir à aimer et à respecter Daryl dans différentes circonstances, ou est-ce qu’il sera toujours une épine dans son pied ?

LEVI : Ce qui s’est passé entre Daryl et son frère, ce n’est pas facile pour Codron de pardonner ou d’être respectueux. D’une certaine manière, pardonner à quelqu’un, c’est accepter ce qui s’est passé, et Codron n’accepte pas la situation. Son frère était une partie de lui-même, vraiment, et Codron ne sera plus jamais le même après cela. Son frère était le seul être humain dont il était très proche. Et que penserait son frère si Codron était ami avec Daryl ? Je ne suis pas sûr qu’il en serait très heureux. Donc, je ne dirai pas oui il peut ou non il ne peut pas parce que ce n’est pas si facile dans cette situation.

Sans spoiler, que pense chacun d’entre vous de l’évolution de son personnage au cours de la saison ?

ILYASHENKO : J’ai laissé mon personnage dans une situation très coupable, où elle devrait reconsidérer les valeurs de sa vie. Cela ne gâche rien.

LEVI : Je ne veux pas en dire trop sur ce qui va se passer. Ce que j’aime vraiment chez Codron, c’est qu’il est prêt à tout pour obtenir ce qu’il veut vraiment. D’une certaine manière, j’aime ce type parce qu’il veut quelque chose et qu’il est fonceur. C’est ce que j’aime.

Il fait des choix auxquels on ne s’attend pas forcément, ce qui donne l’impression qu’il n’est pas particulièrement calculateur.

LEVI : Absolument. C’est l’une des choses que j’aime vraiment chez lui. Ce n’est pas un homme manipulateur. C’est un homme simple. Il a été blessé et il veut se venger de la mort de son frère. Et puis, il y a des choses qui arrivent et il va réagir à ces choses, mais ce n’est pas un homme manipulateur. Il y a chez lui une simplicité que j’aime beaucoup.

The Walking Dead - Daryl Dixon est en cours de diffusion sur AMC et AMC+ aux USA.


The Walking Dead est Copyright © Circle of Confusion et Valhalla Motion Pictures Tous droits réservés. The Walking Dead, ses personnages et photos de production sont la propriété de Circle of Confusion et Valhalla Motion Pictures.



 Charte des commentaires 


The Walking Dead - The Ones Who Live : La bande annonce (...)
The Walking Dead - The Ones Who Live : La bande annonce complète (...)
The Walking Dead - Daryl Dixon : Manish Dayal rejoint la saison (...)
The Walking Dead - The Ones Who Live : Un aperçu et une date de (...)
The Walking Dead - Daryl Dixon : Le teaser de la saison (...)
Star Wars - The Bad Batch : La critique du début de la saison (...)
Star Trek Discovery : La nouvelle bande annonce de la saison (...)
Salem’s Lot : Stephen King pas content avec Warner (...)
Young Sheldon : Pourquoi mettre fin à la série après 7 saisons (...)
Satoshi : La critique
The Night Agent : La série Netflix complète la distribution de sa (...)
Klara and the Sun : Amy Adams face à Jenna Ortega pour (...)
Dawn of Titans : La critique du Tome 1
VOD DVD - Bandes Annonces : 24 février 2024
César 2024 : Les gagnants de la 49ème cérémonie