Un épisode culte : X-Files - Le shérif a les dents longues

Date : 28 / 01 / 2024 à 08h00
Sources :

Unification


LE SHÉRIF A LES DENTS LONGUES

- Type : Parodique
- Titre Original : Bad Blood
- Série : X-Files
- 1ère aux USA : Fox (22/02/1998)
- 1ère en France : M6 (29/10/1998)
- Épisode : S05.E12
- Scénario : Chris Carter, Vince Gilligan
- Réalisation : Cliff Bole
- Production : Paul Rabwin
- Musique : Mark Snow
- Interprètes : David Duchovny, Gillian Anderson, Mitch Pileggi, Luke Wilson, Patrick Renna, Forbes Angus, Brent Butt

Dans cette rubrique, je vous propose une expérience à mes côtés, à savoir, une explication, scène après scène, d’épisodes culte des meilleures séries de ces 70 dernières années.

La dernière fois, je vous avais présenté l’épisode de La Quatrième Dimension - L’œil de l’admirateur (S02.E06).

Cette fois-ci, je m’attaque à la série X-Files - Aux Frontières du Réel.
Cette série culte parmi les séries culte comporte aisément une douzaine d’épisodes dont je pourrais parler ici. Et j’en traiterai d’ailleurs plusieurs dans cette rubrique.
Mais aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler d’un épisode à contre-emploi, voir parodique.

Bien que l’analyse qui suit puisse être lue immédiatement, il serait dommage de ne pas visionner l’épisode en question avant de découvrir les remarques que j’aurais pu en faire, afin, bien entendu, de ne pas vous gâcher le plaisir de regarder ces fabuleux épisodes, mais aussi pour pouvoir confronter vos réactions aux miennes, et ainsi profiter pleinement de l’étude ci-dessous.

ETUDE SCÈNE PAR SCÈNE

Ouverture sur un homme qui court dans la forêt, la nuit, en appelant à l’aide. La silhouette d’un homme le plaque au sol et lui plante un pieu dans le cœur.
C’est Mulder, bientôt rejoint par Scully. Et alors qu’ils inspectent le corps, découvre que la victime porte de fausses dents de vampire. Oh, fait ch... - GÉNÉRIQUE.

Malgré la situation, qui pourrait être dramatique, la musique lancinante souligne qu’il s’agit bien d’une parodie. Au bureau des affaires classées, Scully semble vouloir parler à Mulder, mais il s’énerve et piétine la poubelle comme un enfant.

Ils décident alors de comparer leurs versions, car la prison et une amende recors pour le FBI les guettent.

Scully commence à raconter et le téléspectateur assiste à version. Mulder lui présente, d’une façon exubérante, l’enquête d’exsanguination dans une petite ville du Texas Yawww !. Dogme, Scully l’écoute.
Mais ils doivent vite partir pour le Texas et se retrouvent aux pompes funèbres de la petite ville. Alors que Mulder discute de la qualité des rembourrages des cercueils, entre un jeune shérif, bien sous tout rapport, pour qui Scully a manifestement une attirance. Mulder, comme pour détourner l’attention, ne manque pas de rabaisser Scully, en oubliant son nom et en parlant de ses petites jambes.

Dans la salle d’autopsie, le shérif acquiesce à tout ce que dit Scully et pose des questions plutôt pertinentes, se rapprochant d’elle, sous les yeux médusés de Mulder.

Scully réalise, seule l’autopsie, pendant que Mulder emmène le shérif au cimetière, suivant une idée qu’il a eu.
Elle semble blasée et en perd sa lame de scalpel. Yawww...
Elle pèse alors les organes prélevés un à un, sans entrain, une scène sanguinolente, trop gore pour être autre chose que du grand-guignol, et déduit des restes dans l’estomac que la victime a mangé une pizza (et précise même l’ensemble de la garniture).

Elle indique être ensuite rentré à son hôtel "Le Davy Crockett" (ce qui s’inscrit sur l’écran. Mulder la corrige : cet endroit s’appelait "Le Sam Houston"... (ce qui est rectifié à l’écran). Elle lance le programme de son lit vibrant et s’y allonge. Entre alors Mulder, son imperméable plein de boue. Elle lui annonce qu’elle a trouvé de l’hydrate de chlorure, un poison, dans le corps de la victime.

Une autre victime a été retrouvée morte, Mulder envoie Scully faire l’autopsie immédiatement, alors qu’il s’allonge sur le lit vibrant, faisant un petit bruit de gorge, comme pour jouir bêtement du moment. Alors qu’elle sort de la chambre, un livreur de pizza arrive, il s’agit de l’homme que Mulder a tué en début d’épisode, avec un pieu dans le coeur.

Scully réalise la seconde autopsie, avec les mêmes étapes sanguinolentes, elle n’en peut plus...

Le téléphone sonne alors, un râle se fait entendre. Ne comprenant pas, elle raccroche et continue avec les restes dans l’estomac, de la pizza... La pizza de l’hôtel... Mulder...

Scully pénètre dans la chambre de l’hôtel, pointant son arme à feu. Elle surprend le livreur de pizza, penché sur le corps de Mulder, qui s’enfuit en montrant ses dents pointues. Il la bouscule, elle a le temps de faire une roulade et de tirer, en le ratant.

Scully se précipite vers Mulder, allongé à côté du lit vibrant, chantant une chanson paillarde, comme drogué : Au clair de mes burnes mon ami le blaireau...

Retour dans le bureau des affaires classées, au présent.
Scully résume la fin de la soirée : elle a tenté de rattraper l’agresseur dans la forêt, laissant un Mulder qu’elle pensait drogué derrière elle... jusqu’à la scène du début d’épisode.

Mais Mulder, lui indique qu’elle ne dit pas la vérité, voir qu’elle a peur qu’on la prenne pour une folle.

Il explique alors sa version.
Il raconte les mêmes événements, mais :

Il souligne le manque d’enthousiasme de Scully, et le fait qu’elle semble le juger du regard et se moquer de lui.

Aux pompes funèbres, elle n’entend pas sa remarque judicieuse, pourquoi y-a- t-il autant de cercueils ? Il est sérieux alors que les autres ne le sont pas. Scully, elle, semble être ailleurs.
Quand le shérif entre, il a une démarche arquée, le chapeau en arrière et d’affreuses dents lui donnant un air de redneck mal dégrossi. Scully semble tout de même sous le charme, un peu trop sans doute.

On découvre alors ce que font Mulder et le shérif au cimetière, pendant que Scully s’occupe de la première autopsie. L’agent du FBI décide d’attendre le vampire là-bas, en pensant qu’il obéit à des rituels, comme dénouer les lacets de chaussures. Dans la discussion, le shérif est encore plus idiot que ce qu’il paraissait de prime abord, il est gentil...

S’en suit une scène dans laquelle ils découvrent un camping-car qui tourne en rond, qu’ils tentent d’arrêter en tirant dans les pneus et Mulder tente même de monter à bord et se fait traîner sur le bitume pendant quelques tours. Ils découvrent à l’intérieur, une autre victime exsangue.

Scully se plaint en hurlant, elle doit aller faire la nouvelle autopsie. C’est visiblement elle la cheffe. Tout seul sur le lit, il comprend en voyant la pizza, comment l’agresseur procède. Mais il est trop tard, il sent qu’il est en train de s’évanouir, empoisonné, alors que le vampire entre dans la chambre. Il téléphone à Scully, mais répond à son râle :Espèce de pervers... et raccroche.

Alors que le vampire va mordre Mulder, Scully entre dans la chambre, tire deux fois dans le buste de l’agresseur qui ne ressent rien, mais se contente de passer par-dessus le lit, d’un saut surpuissant.

Mulder casse une chaise pour faire un pieu, et se lance dans la poursuite initiale.

Chacun a donné sa version. Mais laquelle est la vraie ?
La réponse est donnée lors de l’autopsie de l’agresseur, qui se réveille.

Skinner les envoie donc à nouveau au Texas, pour enquêter sur une nouvelle mort, celle du légiste !

Ils y retrouvent le shérif, et chacun reste sur ses positions à propos du bellâtre, c’est du moins ce que laisse entendre leur regard entendu. Mulder laisse sa coéquipière avec ce dernier, afin de lui "arranger le coup". Ils ont alors l’occasion de parler du charme des vampires, quand Scully s’endort après avoir été empoisonné par son café, le regard de vampire du shérif plongé dans le sien.

Mulder, quant à lui, continue d’enquêter, en retrouvant le premier vampire, et en l’enfermant dans un cercueil. Il découvre alors à l’extérieur d’autres vampires, et se fabrique un crucifix avec deux baguettes de pain, pour les éloigner.

Les deux agents du FBI se réveillent, sans avoir été mordu. C’est ce qu’ils racontent, de retour dans le bureau de Skinner, confirmant que "dans les grandes lignes", les choses se sont passées ainsi.

Fondu au noir, Mulder ajoute : Sauf que le shérif avait vraiment les dents longues.

LE MOT DE LA FIN

Pour souligner le côté comique, de nombreux bruitages ridicules et des musiques du même acabit ont été utilisés. Mais c’est surtout la différence de deux versions superposées qui joue le rôle de catalyseur.

Les visions de chacun montrent comment ils appréhendent l’autre, comment ils pensent être traités et comment les qualités que chacun pense posséder s’entrechoquent avec les défauts de l’autre.

Ainsi, Scully pense que Mulder agit comme un enfant, qu’il la traite mal malgré ses grandes connaissances de la médecine légale, qu’il l’utilise même.

Tandis que Mulder pense que Scully est froide, distante, qu’il doit utiliser une somme énorme de patience pour la convaincre, qu’il l’écoute, qu’il reste ouvert, qu’il est sérieux, qu’il a une grande connaissance.

La différence de vision du personnage du shérif en dit aussi très long. Il est jaloux du shérif qu’il voit comme ridicule (et trouve l’attitude de sa collègue comme stupide) et Scully voit ses bons côtés.

Ils pensent aussi, tous deux, que la nonchalance de l’autre, pose problème, surtout fasse aux connaissances qui lui sont opposées. Ils pensent avoir compris avant l’autre.

Cette vue partagée a été pensée par le scénariste, Vince Gilligan, en revoyant un épisode de sitcom, The Dick Van Dyke Show, où les héros racontaient deux versions très différentes d’une même dispute.

La force de cet épisode, est dans son rythme de narration, plus que dans son enquête.

Trois épisodes se regroupent en un, pour mettre en lumière le côté décalé des deux héros, même dans les enquêtes les plus sombres.

De cette relation conflictuelle, et de cette tension sexuelle entre les deux protagonistes, naît l’attachement que le public a pour eux, en faisant des personnages à part, des personnages culte, dans un épisode culte, dans une série culte.

Mais la vérité est ailleurs...

EXTRAITS







Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Il était une fois le Cinéma : La véritable histoire de (...)
Il était une fois les séries : La saison 9 de 24 Heures (...)
Il était une fois les séries : La saison 8 de 24 Heures (...)
Il était une fois les séries : La saison 7 de 24 Heures (...)
Il était une fois les séries : La saison 6 de 24 Heures (...)
Star Wars : La galaxie lointaine de Lucasfilm peut-elle verser (...)
Star Trek - Prodigy : La bande annonce de la saison 2
Daredevil - Born Again : Une série Disney+ techniquement proche (...)
Stranger Things : Une saison 5 complètement dingue selon Jamie (...)
The Penguin : La nouvelle bande annonce
Ultraman Rising : La critique du film Netflix
R.I.P. : Donald Sutherland est mort
Brèves : Les informations du 21 juin
Annecy Festival 2024 : Wallace et Gromit, exposition et (...)
Zorro : La critique d’entre les morts