For All Mankind : Critique 3.10 Stranger In A Strange Land

Date : 16 / 08 / 2022 à 18h00
Sources :

Unification


FOR ALL MANKIND

- Date de diffusion : 12/08/2022
- Plateforme de diffusion : Apple TV+
- Épisode : 3.10 Stranger In A Strange Land (Perdu en terre inconnue)
- Réalisateur : Craig Zisk
- Scénaristes : Matt Wolpert & Ben Nedivi
- Interprètes : Joel Kinnaman, Shantel VanSanten, Jodi Balfour, Sonya Walger, Krys Marshall, Cynthy Wu, Casey W. Johnson, Coral Peña, Wrenn Schmidt et Edi Gathegi

LA CRITIQUE

Fort de sa durée extensive de 1h22, FAM 03x10 Stranger In A Strange Land possède la lourde charge de solutionner les nombreuses intrigues qui s’étaient accumulées au fil de cette geste martienne, et tout particulièrement :
- les conséquences politiques et sociales du coming out de la présidente Wilson ;
- le devenir du programme martien très compromis depuis l’effondrement de la foreuse dans l’aquifère ;
- le sort des dix astro/cosmonautes de la base commune de Happy Valley sur Mars ;
- le comment du pourquoi de la présence d’un taïkonaute nord-coréen sur Mars dont le monde entier ignorait l’existence ;
- la survie de Kelly Baldwin enceinte, souffrant d’une éclampsie, et dépendant de son évacuation en urgence vers le Phoenix en orbite ;
- la culpabilité morale d’Aleida Rosales, l’enquête du FBI lancée malgré elle (par Bill Strausser), et la possible mise en accusation de Margo Madison pour trahison au profit de l’URSS ;
- l’exfiltration de Sergei Orestovich Nikulov et sa famille d’URSS ;
- la connaissance ou non de la responsabilité de Danny Stevens dans la catastrophe martienne, et son éventuel chemin de rédemption ;
- l’éviction de Dev Ayesa de sa propre société Helios Aerospace au profit de Karen Baldwin qui pourrait bien accepter d’être parachutée PDG du groupe par son conseil d’administration ;
- sous l’influence de ses nouveaux "amis" rebelles, les activités séditieuses de Jimmy Stevens, par haine de la NASA ayant causé la mort de ses parents et au nom du complotisme-roi ;
- l’ultime réapparition de l’aveugle Molly Cobb, grande absente de la troisième saison depuis qu’elle fut virée par Margo dans FAM 03x02 Game Changer.

Tout le teaser de FAM 03x10 Stranger In A Strange Land sera consacré à la face cachée de la conquête de Mars, à savoir l’opération nord-coréenne menée dans le plus grand secret par deux taikonautes. La mort de l’un deux durant un atterrissage difficile sur Mars puis le dysfonctionnement de toute communication radio avec la Terre aura conduit le gouvernement nord-coréen a considérer cette mission perdue et donc à ne rien en révéler au monde.
Avec une ironie désespérée frôlant l’absurde, la narration se focalisera sur le quotidien répétitif et désespérée du lieutenant-colonel Lee Jung-Gil durant cinq mois, ignorant tout des autres missions martiennes, faisant quelques prélèvements et analyses de la régolithe martienne, consommant des boîtes de conserve, écoutant en boucle la chanson 아리조나 카우보이 de 명국환, l’œil rivé avec angoisse sur un coffre verrouillé contenant un pistolet… avec lequel lui et son défunt collègue étaient supposés se suicider ! Puis, ayant finalement épuisé toutes ses ressources, résigné à passer à l’acte fatal sur le sol martien devant la photo de sa femme, il entrapercevra au loin le Rover 1 de Danielle Poole et Grigory Kuznetsov s’approchant de son module. De quoi lui laisser le temps de préparer un petit comité d’accueil pour la valeureuse défense du territoire nord-coréen...
Car oui, cette mission n’était qu’un coup d’éclat, motivé par un patriotisme de prestige, mais sans aucune solution de retour pour les infortunés voyageurs. Une "mission kamikaze" en somme, mais qui aura mine de rien permis aux Nord-Coréens d’amarsir avant la NASA ! De quoi réécrire les livres d’histoire....
L’histoire d’un fanatisme capable de déplacer des montagnes... mais qui n’est pas en soi irréaliste lorsqu’on sait que dans le monde réel, de telles missions ont été envisagées, qui plus est dans un cadre libéral (et non étatique), la plus connue étant Mars One entre 2013 et 2019. À la limite de l’arnaque scientifique, celle-ci avait tout de même réuni plus de 200 000 postulants dans le monde entier, prêts à se suicider rien que pour pouvoir fouler le sol martien (et devenir par la même occasion célèbres).
Ce touchant teaser établira harmonieusement la jonction avec les dernières secondes de FAM 03x09 Coming Home, mais de la perspective adverse... en épousant avec empathie la psyché d’un militaire nord-coréen conditionné par une combinaison de communisme et de nationalisme, dont l’accomplissement d’une vie est de pouvoir mourir glorieusement pour le prestige de la mère patrie et de son régime.
Le plus improbable des cliffhangers a donc été résolu élégamment, mais sans toutefois éviter quelques invraisemblances. Notamment quant aux réserves en oxygène nécessaires (sans ISRU) pour survivre durant cinq mois à la surface de Mars, qui plus est dans un vieux module de type Soyouz aucunement destiné à être durablement habité...

En minimum syndical de la vraisemblance, tant vaut-il que FAM 03x10 Stranger In A Strange Land ne fasse pas l’impasse sur les remous causés par la révélation publique de l’homosexualité de la présidente (et donc implicitement de son lavender marriage avec Larry)... notamment à travers le flux ininterrompu continuellement indigné des médias… ou encore la visite houleuse du vice-président Jim Bragg l’invitant à démissionner sous la menace explicite d’une procédure d’impeachment.
Mais pas question pour l’héroïne de céder aux pressions du parti républicain (dont elle se désolidarise explicitement et officiellement) ni de laisser son fauteuil à l’ultra-conservateur Bragg (dont elle sait qu’il s’est déjà entendu avec le Speaker Of The House pour mettre sous son boisseau la NASA).
Visiblement, la stratégie d’Ellen est : "les chiens aboient et la caravane passe". Et cet épisode final va carrément s’employer à l’adouber, en plein ou en creux. Pourtant, l’honnêteté intellectuelle appelait à assumer tous les effets contreproductifs, et non pas seulement à composer une hagiographie édificatrice…
Histoire de reprendre puis prolonger l’analyse de FAM 03x09 Coming Home, la présidente semble implicitement tabler sur un soutien démocrate pour faire capoter un impeachment (nécessitant la majorité des deux tiers du Sénat), mais cette position demeure assez naïve car ce parti était à l’époque traversé de nombreux courants, tous n’étaient pas aussi démonstrativement progressistes (Bill Clinton avait eu des difficultés à imposer en 1993 la législation Don’t ask, don’t tell pourtant bien anodine en comparaison), ni enclins à soutenir des initiatives directement concurrentielles provenant de la partie adverse (les jeux politiciens ne pouvant être ignorés). Plus important encore, une procédure d’impeachment implique un procès ; et aux USA, c’est moins l’imperfection ou la faute que la dissimulation et le mensonge de l’élu qui sont sanctionnés en pareil cas. Or Ellen a sciemment érigé sa carrière et son accès à la présidence sur un mensonge admis par elle, ce qui pourrait lui valoir une hostilité aussi bien des démocrates que des républicains...
Mais in fine, sans formellement exclure de possibles répercussions négatives off screen pour Ellen Wilson, FAM 03x10 Stranger In A Strange Land cachera la poussière sous le tapis, d’abord en relativisant bien vite toutes ces polémiques politico-médiatiques au travers d’un acte de terrorisme domestique (provoqué par les "bons amis" de Jimmy) détruisant à la bombe artisanale une partie significative du Johnson Center de la NASA et endeuillant son personnel, puis en escamotant les conséquences effectives au moyen d’une nouvelle ellipse de huit ans (via un bond en avant jusqu’en 2003).
Le spectateur n’en saura donc pas davantage sur le devenir de l’administration Wilson qui, impeachment ou pas, appartiendra déjà au passé lorsque débutera la saison suivante. Soit l’évacuation express d’un fil vert sociologique pourtant essentiel, pour effleurer seulement les quelques bénéfices personnels du coming out (Ellen pourra enfin fréquenter Pam au grand jour comme si c’était le plus important), mais sans s’attarder sur ses impacts collectifs potentiellement tragiques, par exemple sa non-réélection en 1996 pour un second mandat ou un impeachment dès 1995 qui, s’il aboutissait, poignarderait aussitôt le programme spatial que l’héroïne prétendait vouloir sauver...
Alors oui, il est certain qu’Ellen Waverly et Larry Wilson ont bénéficié d’un exercice de développement minutieux sur la durée (trois saisons complètes), et le tokenism diversitaire est incontestablement une bien noble cause. Mais ni la qualité de construction et d’enracinement dans l’internalisme ni l’apostolat idéaliste ne sont des alibis qui exonèrent les entorses au réalisme et les subordinations à des agendas externalistes par trop manifestes. Au risque sinon de voir la solidité du worldbuilding confisquée par l’onanisme des showrunners pour accoucher au mieux de simplismes, au pire d’un enfumage idéologique.
Sans toutefois aller jusque-là, les présages de FAM 03x09 Coming Home se confirment malgré tout : le légitime progressisme de la série s’abîme ici dans le confort du wokisme, donnant à la posture autosatisfaite (ou au symbole) une préséance sur la pesanteur du réel.

(...) [Analyse détaillée à venir] (...)

Tandis que FAM 03x09 Coming Home s’était illustré par une densité sémantique record en dépit d’une brièveté de run fleurant bon les nineties, FAM 03x10 Stranger In A Strange Land prend ses aises (la durée d’un double épisode) pour surenchérir par un empilement événementiel :
- deux "kamikazes" nord-coréens (dont le lieutenant-colonel Lee Jung-Gil) réécrivant rien de moins que le premier atterrissage historique sur Mars ;
- décollage précipité de Kelly pour cause d’éclampsie à destination du Phoenix grâce à un bricolage orbital improbable (jonction à vue au moyen du propulseur d’une PMU alias propulsive mobility unit destiné aux EVA), du même tonneau que celui de Mark Watney dans The Martian de Ridley Scott (2015) ;
- décision collective des astro/cosmonautes de se sacrifier pour le bébé de Kelly en demeurant sur Mars durant un an et demi (au pris des pires rationnements) en attendant la relève du Sojourner 2 (forçant ainsi la poursuite du programme martien) ;
- après avoir élancé le PMU de Kelly en orbite, destruction du MSAM Popeye lors de la rentrée atmosphérique presque non contrôlée (sauf dans les dernières secondes), mais survie malgré tout de l’increvable Ed Baldwin ;
- confession par Danny Stevens de sa pleine responsabilité dans l’accident en cascade de la foreuse, ce qui lui vaut une colère homérique d’Ed, puis l’exil de Happy Valley pour étrenner la première prison martienne (dans le module nord-coréen à 89 km) ;
- acceptation par Karen Baldwin du poste de PDG d’Helios Aerospace et marginalisation de Dev Ayesa qui perd soudain toute ses capacités de subjugation de ses employés en l’absence de moyens financiers (que les seuls rêves d’espace ne sauraient remplacer) ;
- Jimmy Stevens, idiot utile instrumenté par une bande de terroristes se faisant sauter avec une partie du Johnson Center, emportant dans la mort entre autres Karen Baldwin ;
- dernier tour de piste pour la vétérane Molly Cobb à la NASA, elle conseille Ed sur son amarsissage intuitif presque sans carburant, puis suite à l’attentat, elle assure le sauvetage à tâtons (à croire qu’être aveugle est un atout) d’un grand nombre de rescapés (le Johnson Center sera rebaptisé en sa mémoire) ;
- évacuation de Nikulov et de sa famille par les services du général Nelson Bradford pour une vie bourgeoise et rangée aux USA sous une nouvelle identité ;
- passage de Margo Madison à l’est (d’Eden) assurée par le KGB (juste avant son arrestation par le FBI) et lui valant de passer pour morte (au grand dam d’Aleida) "grâce" à la destruction de ses bureaux par les bombes ; dans le traditionnel épilogue (à valeur de "sneak peak" de la saison suivante), on la retrouvera en 2003 en URSS)...

Mais ce n’est pas à la quantité arithmétique (et informationnelle) de péripéties (parfois sanglantes) que se mesure le sens et la portée d’une diégèse. Et si FAM 03x10 Stranger In A Strange Land déborde en volume et remplit l’espace, il laisse le spectateur sur sa faim...

Oh, il ne fait aucun doute que ce "season finale" demeure un exercice brillant. Chaque personnage est mis à l’honneur, et certains tirent remarquablement leur épingle du jeu : la revanche nobiliaire de la vieille génération pionnière — Edward Baldwin et Molly Cobb — respectivement sur Mars et sur Terre, héroïques et imparfaits à la fois, mais toujours authentiques et même homériques ; la "légende vivante" Dev Ayesa qui, quoique artificiellement poussée dans la troisième saison, n’a cessé de gagner en complexité et en originalité ; Aleida Rosales enfin affranchie du personnage-fonction qui l’étriquait au point de gagner une certaine stature ; et toute une palette de personnages soviétiques disputant contre toute attente (et parfois même avantageusement) la vedette au cast américain...
La sémiotique est également mise à l’honneur, e.g. par une anti-symétrisation du sacrifice de Gordon et Tracy Stevens dans FAM 02x10 The Grey via leur deux orphelins Danny et Jimmy dix ans après, incarnant une génération perdue et gâchée tel le salaire officieux de l’héroïsme parental.
Et, plus important que tout, d’une façon ou autre, malgré les échecs, malgré les tragédies, malgré les morts inutiles, malgré les fautes individuelles... l’implantation martienne se confirme sur la durée quand bien même a minima, et la course à l’espace se poursuit, mais désormais moins sous forme de compétition que de collaboration internationale. Un grand pas a donc été franchi, malgré la perception générale de Bérézina.

Malheureusement dans le même temps, plusieurs arcs souffrent de ne pas être pleinement résolus, laissant ce travail à l’imagination des spectateurs, non par à la façon d’une fin ouverte comme aime à les cultiver la Hard SF, mais en bottant en touche par une fuite en avant narrative : avec entre autres le silence (ou l’omerta) sur l’avenir politique d’Ellen suite à son coming out ; l’invisibilisation de l’impact et des corollaires de "l’hécatombe" des personnages du main cast ; un zapping des réactions multiples (au-delà du seul Ed) et des décisions légales (au-delà du seul exil) à l’endroit de Danny suite à son aveu de culpabilité...
En outre, des opportunités discursives manquées pourraient laisser penser que l’épisode s’est dérobé à des problématiques essentielles, ou du moins s’est focalisé sur l’écume en détournant pudiquement le regard des vagues : e.g. la spectaculaire explosion devant le Johnson Center est surtout un prétexte scénaristique pour fabriquer artificiellement du drama (ou de la tragédie) moyennant un témoignage au rabais de l’impopularité de la NASA (auprès des victimes de l’industrie disruptive de l’3He) ; la décision synergique des trois équipages de rester à la surface de Mars aurait dû être le catalyseur de véritables débats sociétaux sur Terre en lieu et place des manœuvres politiciennes détournées d’Ellen pour sauver le programme spatial et de l’aliénation de Dev par le conseil d’administration d’Helios (avec la complicité active de Karen) ; l’absence d’arrestation de Margo a privé la saison d’un procès qui aurait pourtant pu mettre en évidence le véritable moteur historique derrière sa prétendue trahison, à savoir l’argument même de la série...
Enfin, le tableau est assombri par une série d’incohérences scientifiques et techniques, dont certaines tiennent de facture pour divers partis pris en amont durant les épisodes précédents de la troisième saison : la faible crédibilité de la mission de prestige nord-coréenne ; le choix de s’exposer à seulement 0,38g durant plusieurs années sans même considérer dans le script les dégâts physiques corollaires (et potentiellement irréversibles) ; l’absence inexplicable d’un second MSAM à bord du Phoenix (réduisant à néant l’avantage d’un "vaisseau-mère" orbital) ; l’irresponsabilité crasse (Kelly) de mener à terme une grossesse dans un environnement martien non seulement impropre (faible gravité et radiations) mais en outre lourdement précarisé suite au glissement de terrain (comme si la série cherchait à flatter les pro-life) ; l’invraisemblable résistance d’une femme enceinte et pire encore éclampsique (avec une HTA très élevée) à la violente accélération (multiples g) d’un décollage vertical (jusqu’à atteindre la vitesse de satellisation minimale soit 12 600 km/h pour Mars) puis au catapultage (façon boulet de canon) pour établir la jonction avec le Phoenix ; la survie d’Ed Baldwin à une chute libre du Popeye seulement interrompue par les propulseurs à quelques dizaines de mètres du sol (alors qu’il n’existe toujours pas de procédure dans le monde réel en 2022 pour freiner des objets de plus d’une tonne dans la fine atmosphère martienne)...

Somme toute, ce final aura sacrifié l’accomplissement narratif présentiel à la promesse d’une quatrième saison future qui viendra peut-être expliquer — seulement peut-être — ce qui ne l’a pas été dans la troisième... mais dans tous les cas un peu tard, après coup, via des flashbacks ou des clips récapitulatifs, lorsque la tension sera largement retombée. Ce serait un "fair trade" si le renouvellement de la série était à ce prix. Mais cela ne permet malheureusement pas à FAM 03x10 Stranger In A Strange Land de jouer dans la même cour que l’excellent FAM 02x10 The Grey ni d’offrir une semblable gratification au récit (et au public).

En dépit de quelques facilités dramaturgiques, soap et woke, la troisième saison fut dans l’ensemble remarquable dans sa rigueur et sa méticulosité de Hard-SF, tant par le fond que par la forme. Elle aura offert une authentique expérience de vie (voire de farming) sur la planète rouge, ainsi que dans les alcôves de ceux qui, sur Terre, ont rendu cet accomplissement possible.
Néanmoins, la péroraison — quoique toujours nitescente et efficace — est déstructurée voire déchiquetée sur trop de plans. De sorte que la geste martienne n’est pas seulement inachevée, elle est incomplète et excluante... comme le suggère malgré lui (ou ironiquement) le titre (de l’épisode) dans un "in media res" perpétuel poussé jusqu’au paroxysme.
Au lieu d’être la consécration de la troisième saison, FAM 03x10 Stranger In A Strange Land collecte et agrège toutes les faiblesses résiduelles des épisodes précédents, pour finalement mieux en détourner l’attention au profit d’une (séduisante) plateforme de lancement vers la quatrième saison. Autant un tel procédé-tremplin serait peut-être naturel dans des productions (souvent médiocres) intégralement serialisées et reposant sur des économies de crédit (voire des Pyramides de Ponzi), autant il reste préjudiciable à une série anthologique comme For All Mankind dont chaque saison "décennale" est un worldbuilding congruent et largement autonome.

En toute logique, la note de la saison aurait dû être un peu moins haute, mais il arrive que le cœur ait ses raisons que la raison comprenne...

NOTE ÉPISODE

NOTE SAISON

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


See : Critique 3.05 The House of Enlightenment
See : Critique 3.04 The Storm
See : Critique 3.03 This Land Is Your Land
See : Critique 3.02 Watch Out for Wolves
See : Critique 3.01 Heavy Hangs the Head
She-Hulk Avocate : Critique 1.06 Simplement Jen
Athena : La critique du film Netflix
Avatar - La Voie de l’eau : James Cameron inquiet que le (...)
James Bond 26 : Trouvons d’abord un méchant digne du (...)
For All Mankind : Tyner Rushing rejoint la saison 4
Fantastic Four : Le reboot Marvel Studios a trouvé ses (...)
Les Mystères de Barcelone : La critique
The Terminal List : Une saison 2 dans le viseur de Chris Pratt (...)
Reacher : Serinda Swan et Rory Cochrane pour la saison (...)
Beverly Hills Cop - Axel Foley : Le retour de la vieille garde (...)