Westworld : Critique 4.08 Que Será, Será

Date : 15 / 08 / 2022 à 14h30
Sources :

Unification


WESTWORLD

- Date de diffusion : 15/08/2022
- Plateforme de diffusion : OCS
- Épisode :4.08 Que Será, Será
- Réalisateur : Richard J. Lewis
- Scénariste : Alison Schapker & Jonathan Nolan
- Interprètes : Evan Rachel Wood, Thandiwe Newton, Jeffrey Wright, Ariana DeBose, Tessa Thompson, Aaron Paul, Jame Marsden, Ed Harris

LA CRITIQUE

Westworld livre son épilogue avec comme mantra le Que sera, sera d’Alfred Hitchcock signifiant : Ce qui doit être, sera.

Derrière son apparente légèreté, l’intitulé de l’épisode exprime assez justement le ton mélancolique qui traverse l’essentiel de l’épilogue. A bien y penser, ce ton colore, rétroactivement, l’entièreté de la saison d’une aura tristement fataliste face à ce qui est inéluctable.

Avec Westworld, les clés de lectures manquent pour déchiffrer ce qui est donné à voir depuis le début. Car le soulèvement des machines ne mène qu’à un chemin inévitable et inexorable.

Une des grandes leçons de Westworld, qui est au cœur de la saison, réside dans les affirmations de Bernard : Nul ne peut se soustraire ni véritablement empêcher les évènements à venir. Ce qui doit être, sera.

En suivant la logique des échecs, face à l’inéluctable, le plus important reste donc d’assurer le « coup d’après ». En ce sens, l’épilogue et, par extension la saison 4, s’efforce de revenir au cœur de Westworld : le libre arbitre face à la fatalité d’un futur inéluctable (la mort, l’obsolescence, la séparation, etc.).

Après ce long run de 8h, l’épilogue confirme que la saison 4 est bel et bien un soft reboot permettant de réviser les faiblesses narratives constatées durant les saisons 2 et 3, ayant impacté l’écriture des personnages.

Notamment, moins introspective et plus rythmée, la saison 3 n’a pas laissé un temps de respiration aux personnages – ce qui a impliqué un déficit d’attachement pour des nouveaux protagonistes ayant moins d’épaisseurs que le casting originel. La saison 4 s’efforce de corriger cela, ce qui permet ainsi à des personnages comme Caleb de tirer enfin leur épingle du jeu. Véritable « pion passé » (Saison 3) de l’échiquier Westworld, Caleb s’est donc mué en reine, faiseuse de roi.

Néanmoins, encore une fois, ce sont les personnages originels et emblématiques qui tirent le plus profit de la montée en qualité de l’écriture – William en prime.

Ed Harris transcende le charisme de Yul Brunner pour habiter un homme en noir absolument magnétique et hypnotisant. Dans l’industrie télévisuelle, William est un personnage rare et précieux. En l’absence d’Anthony Hopkins, Ed Harris personnifie toute les nuances et la richesse d’écriture du show.

Une mention est nécessaire pour évoquer Jeffrey Wright et Thwandie Newton dont la composition reste de très haute volée bien qu’ils soient plus en retrait – pour contrebalancer leur rôle moteur dans les deux saisons précédentes.

Une fois l’ensemble des clés de lecture dévoilé, Evan Rachel Wood est à saluer particulièrement, tant sa composition est une gageure pour incarner un personnage à la fois évanescent, distancié, fantomatique, voire « hors-sujet » et le rendre intéressant. Sa présence est confusionnante et perturbante dès le départ tant elle dénote de l’essentiel de l’intrigue. Clairement, Evan Rachel Wood incarne dans Westworld ce que le Major Kusanagi est pour Ghost in the shell.

Rien que pour l’écriture de ses personnages principaux – Westworld est une grande œuvre. La musique est également une des grandes satisfactions de la saison. Bien qu’elle devienne un brin routinier – avec presque systématiquement le schéma d’un instrumental d’une chanson pop culte par épisode – la musique constitue un atout majeur lorsqu’il s’agit de colorer avec justesse l’émotion d’une scène.

Evidemment, tout n’est pas parfait durant la saison. Celle-ci peut souffrir de facilités scénaristiques qui peuvent nuire à l’engagement du spectateur et nuire à la crédibilité de l’intrigue. Une de ces faiblesses d’écriture réside dans la facilité déconcertante des missions d’infiltration et exfiltration des endroits prioritaires du parc « Futurworld » normalement sous surveillance d’une deus ex machina.

De plus, Westworld garde les stigmates d’une saison 3 alambiquée. Ainsi, cette saison 4 consacre du temps pour effectuer un soft reboot des éléments de la saison dernière – ce qui est un temps de moins pour enrichir et avancer l’histoire.

En définitive, la saison 4 de Westworld est incomparablement supérieure à la précédente, en dépit de ses défauts.

Avec cet épilogue, Jonathan Nolan et Lisa joy emmènent leur show vers une direction à la fois très logique et risquée. Car cet épilogue constitue un pont entre Mondwest et Futurworld – et amorce le dernier cycle afin de boucler la boucle et de permettre aux personnages d’échapper à la folie de Ford et de William.

Au vu des dernières minutes, gageons une fin de série douce-amère.

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique 5.04 (...)
House of the Dragon : Critique 1.06 La princesse et la (...)
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique 5.03 (...)
House of the Dragon : Critique 1.05 Nous éclairons la (...)
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique des (...)
Dragon Ball Super - Super Hero : La critique
Star Trek - La Nouvelle Génération : 35 ans et toutes ses dents (...)
The Boys : C’était Vidéo Gag sur les plateaux de tournage (...)
Entretien avec un vampire : Assoiffé de sang, AMC renouvelle déjà (...)
Le sauvetage de l’impossible : Critique de la mini-série
Horizon : Le projet passion de Kevin Costner recrute Jeff (...)
Dune - Aventures dans l’Imperium : La critique Sable et (...)
Netflix - Bandes annonces : 2 octobre 2022
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Critique 1.06 (...)
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique 5.04 (...)