Westworld : Critique 4.05 Zhuangzi

Date : 25 / 07 / 2022 à 13h30
Sources :

Unification


WESTWORLD

- Date de diffusion : 25/07/2022
- Plateforme de diffusion : OCS
- Épisode :4.05 Zhuangzi
- Réalisateur : Craig William Macneill
- Scénariste : Wes Humphrey & Lisa Joy
- Interprètes : Evan Rachel Wood, Thandiwe Newton, Jeffrey Wright, Ariana DeBose, Tessa Thompson, Aaron Paul, Jame Marsden, Ed Harris

LA CRITIQUE

Pour sa cinquième semaine, Westworld livre à ce jour, le meilleur épisode de la saison.

S’intitulant Zhuangzi, cet épisode 5 se pare d’une dimension symbolique, philosophique et mythologique folle – tout en restant facile et agréable à suivre.
Zhuangzi désigne à la fois l’œuvre littéraire et philosophique chinoise du 4ème siècle avant J.C et son auteur. Compilation fondamentale pour le taoïsme (33 livres), le titre est très évocateur dans l’univers de Westworld.

Dans le prolongement de l’épisode précédent intitulé Génération perdue, le titre Zhuangzi vient rappeler que Westworld narre une époque charnière de guerre entre deux antagonistes. En effet, tandis que l’appellation de « génération perdue » évoque la période de l’entre-deux-guerres mondiales contemporaines, Zhuangzi évoque à l’ère des « royaumes combattants » retraçant l’unification par les armes du continent chinois – entraînant l’annihilation de 6 royaumes par la dynastie Qin.

Classiquement, dans les récits postapocalyptiques, la tournure de la guerre n’est pas à l’avantage des humains. Là encore, Westworld se contente de s’approprier l’héritage scénaristique de ses ainées (Fondations, Terminator, Matrix), à savoir l’humanité résistante face à la menace robotique oppressante.

La qualité intrinsèque de Westworld ne réside pas vraiment dans le traitement de la guerre des machines, avec son background belliqueux et totalitaire. Cette qualité réside dans le soin apporté au discours porté par les protagonistes qui se singularise par sa richesse symbolique et philosophique.

Pour cet épisode, la dimension philosophique se déduit du titre. En effet, une des paraboles les plus connues du Zhuangzi est le rêve du papillon. Située dans le chapitre 2 au titre très parlant du « discours sur l’identité des choses », cette parabole permet de retrouver toute la dialectique entre le songe et l’état d’éveil ou la conscience de soi (cogito cartésien) et le ressenti des sens. Quelque part, Westworld prolonge la réflexion menée par Masamune shirow et Mamoru Oshii dans Ghost in the Shell. Au niveau de l’identité, comme le disait Nietzsche, la capacité de penser implique-t-elle absolument l’existence d’une « conscience » - un cogito ?

Au niveau symbolique, l’épisode 5 retrouve un de ses totems de prédilections : le papillon. Ce dernier incarne la beauté, la métamorphose, la renaissance et l’éveil (chrysalide). Le papillon représente aussi la fragilité d’une vie éphémère et unique qu’il convient de préserver. Enfin, le papillon, de l’espagnol Mariposa comme le saloon du Parc Westworld, sous-tend l’idée d’une prise de risque mortelle – Mariposa est le nom de la passe du Torero tenant son étoffe vermeille dans son dos pour captiver le taureau.

Par ailleurs, Zhuangzi étant considéré comme une œuvre de défiance face à l’ordre établi de l’époque, il illustre très clairement le propos anarchique et paranoïaque de l’épisode.

Enfin, cette cinquième heure offre pleinement satisfaction car elle exploite à nouveau les thématiques métaphysiques sur la fabrique des Dieux que la saison 3 avaient un peu appauvri – alors même qu’elles constituaient l’originalité du show.

En définitive, ce cinquième épisode tend à confirmer la grande qualité de la saison. De par sa structure, il est clairement la 1ère partie d’une sous-intrigue du parc Futurworld qui va se dénouer la semaine prochaine en vue d’amorcer une grande finale de plus de 2 heures.

SYNOPSIS

A Westworld, un parc d’attractions dernier cri, les visiteurs paient des fortunes pour revivre le frisson de la conquête de l’Ouest. Dolores, Teddy et bien d’autres sont des androïdes à apparence humaine créés pour donner l’illusion et offrir du dépaysement aux clients. Pour ces derniers, Westworld est l’occasion de laisser libre-cours à leurs fantasmes. Cet univers bien huilé est mis en péril lorsqu’à la suite d’une mise à jour, quelques robots commencent à adopter des comportements imprévisibles, voire erratiques. En coulisses, l’équipe, qui tire les ficelles de ce monde alternatif, s’inquiète de ces incidents de plus en plus nombreux. Les enjeux du programme Westworld étant énormes, la Direction ne peut se permettre une mauvaise publicité qui ferait fuir ses clients. Que se passe-t-il réellement avec les androïdes ré-encodés ?

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique 5.04 (...)
House of the Dragon : Critique 1.06 La princesse et la (...)
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique 5.03 (...)
House of the Dragon : Critique 1.05 Nous éclairons la (...)
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique des (...)
Dragon Ball Super - Super Hero : La critique
Star Trek - La Nouvelle Génération : 35 ans et toutes ses dents (...)
The Boys : C’était Vidéo Gag sur les plateaux de tournage (...)
Entretien avec un vampire : Assoiffé de sang, AMC renouvelle déjà (...)
Le sauvetage de l’impossible : Critique de la mini-série
Horizon : Le projet passion de Kevin Costner recrute Jeff (...)
Dune - Aventures dans l’Imperium : La critique Sable et (...)
Netflix - Bandes annonces : 2 octobre 2022
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Critique 1.06 (...)
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Critique 5.04 (...)