Stranger Things : Les choses étrangement coûteuses de la série Netflix

Date : 26 / 04 / 2022 à 12h15

Grâce à un casting de célébrités et à des tournages somptueux qui peuvent occuper tout un centre commercial, Stranger Things a toujours eu l’air d’une série - inspirée des travaux passés de Steven Spielberg - à très gros budget. Mais la salle d’arcade de Hawkins devra collecter plus qu’un simple camion de pièces pour couvrir le coût élevé de la quatrième saison tant attendue.

Selon The Wall Street Journal, Netflix a mis son portefeuille à l’envers pour donner vie à Stranger Things 4, en dépensant en moyenne 30 millions de dollars pour chacun des neuf nouveaux épisodes de la série à succès. Cette somme dépasse de loin les 13 millions de dollars par épisode de la saison 4 de The Crown, le programme le plus cher de la gamme de séries originales du streamer.

À titre de comparaison, c’est aussi environ le double des 15 millions de dollars par épisode que HBO a déboursé pour le final de la saison 8 de Game of Thrones en 2019. Comme GoT, cependant, Stranger Things se distingue comme une série événement pour sa plateforme d’origine, il y a donc une certaine logique à piller les coussins du canapé pour utiliser le moindre centime. Le final de la saison 3 de Stranger Things a attiré 64 millions de téléspectateurs au cours de ses quatre premières semaines sur Netflix, selon les chiffres rapportés par Deadline.

Les membres de l’équipe ont déjà annoncé que la nouvelle saison serait plus grande et plus effrayante. Finn Wolfhard (Mike) a récemment comparé la quatrième saison à l’évolution progressive de la franchise Harry Potter vers un univers fantastique plus sombre et épique. L’année dernière, le producteur délégué Shawn Levy n’a laissé aucun doute sur les objectifs de la quatrième saison : "Nous avons choisi la saison 4 comme étant de loin - et je veux dire de loin, de loin, de loin - la plus ambitieuse des saisons".

L’impression de gros budget (sans parler du ton horrifique plus effrayant) se retrouve dans la nouvelle bande-annonce de Stranger Things 4 dévoilée par Netflix au début du mois. Avec en toile de fond un remix tendu de la chanson "Separate Ways (Worlds Apart)" de Journey, datant des années 1980, c’est un pastiche lugubre d’un jeu de détective dimensionnel aux enjeux élevés, avec beaucoup d’explosions, d’effets de créatures et un crash d’avion angoissant, sans parler du ton général d’horreur pour adolescents qui est tout à fait à sa place aux côtés des films d’aventure de Spielberg qui ont inspiré les créateurs de la série, les frères Duffer.

La nouvelle de la grosse dépense de Netflix pour Stranger Things arrive dans un moment de turbulence pour le streamer, puisque l’action de la société a chuté cette semaine après avoir appris que le nombre de nouveaux abonnements prévus était insuffisant. On peut toutefois affirmer sans risque de se tromper qu’une série phare comme Stranger Things - dont la cinquième saison est déjà annoncée - n’est pas l’endroit où il faut commencer à faire des économies. Le volume 1 de la saison 4 sera disponible à partir du 27 mai, suivi du volume 2 le 1er juillet.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Stranger Things : La saison 5 officiellement en production
Stranger Things : Tous les outils disponibles seront utilisés (...)
Stranger Things : Une saison 5 aussi importante qu’un grand (...)
Stranger Things : Linda Hamilton rejoint la saison 5 - (...)
Stranger Things : Production aussi repoussée pour le hit (...)
Dune 3 : S’il pouvait faire un film sans dialogue, Denis (...)
Game of Thrones : De profonds désaccords téléphoniques avec (...)
NCIS : Un spin-off avec Tony et Ziva est en préparation
Horizon - An American Saga : La première bande annonce du projet (...)
Alienoid - Les Protecteurs du futur [Blu-Ray] : La critique
Les aventures imaginaires de Dick Turpin : La critique de la (...)
La Salle des profs : La critique
Mercredi : Une saison 2 comparable au Bal de l’horreur et à (...)
Grotesquerie : Pour une fois que ce n’est pas une American (...)
Only Murders In The Building : Et voilà Eva Longoria pour la (...)