PIFFF 2021 : Jour 2

Date : 03 / 12 / 2021 à 09h30
Sources :

Unification


Ça y est ! Après son lancement hier soir, le PIFFF trouve déjà son allure de croisière avec deux films en compétition projetés à 14h30 et 19h30, un film français de rétrospective à 16h30 et une œuvre hors compétition à 21h45.

Le public continue d’être bien présent à ces séances et de se faire plaisir devant les longs métrages projetés. Seule la dernière œuvre de la journée avait des moments « drôles », acclamés par les spectateurs, bien qu’elle soit la plus gore est mortelle de toutes celles qui étaient proposées.

On retrouve avec plaisir cette ambiance de festival chaleureuse dans laquelle, alors que l’on fait la queue entre deux séances, on peut parler avec des parfaits inconnus et échanger avec passion autour des films que l’on a vu ou de ceux qu’ils nous rappellent.

C’est donc très rapidement que cette première véritable journée s’est achevée. Aussi, n’hésitez pas à passer voir une ou plusieurs séances, seul ou en groupe, si vous n’êtes pas loin du Max Linder Panorama et si vous aimez le genre.

- SITE OFFICIEL
- SITE FACEBOOK


14h30 : Mad God

Un assassin plonge au cœur des différentes strates d’un monde infernal, peuplé de créatures mutantes. Arrivé dans une cité reculée, il défait les obstacles, rate sa mission, se fait capturer. Le calvaire qui l’attend se nourrit à un suc cauchemardesque hypnotique.

Avis : Mad God est le film tant attendu de Phil Tippett qu’il a mis plus de 20 ans à réaliser. Il s’agit d’un projet vraiment fou, autoproduit, entièrement réalisé en go-motion et qui montre les tribulations d’un assassin dans un monde extrêmement surprenant. Le visuel est absolument époustouflant. Les décors sont superbes et très diversifiés. L’animation est tout à fait éblouissante et la magie fonctionne pleinement, surtout sur un grand écran. Il est seulement dommage qu’il n’y ait pas vraiment de scénario. En effet, en dehors de ce personnage que l’on suit un peu partout, et des divers événements qui nous sont montrés, il ne faut pas chercher la moindre intrigue à ce que l’on voit. Toutefois, l’œuvre est réellement impressionnante et montre la puissance de l’imagination et la grande beauté d’une animation image par image donnant vie à un univers rempli de monstres et d’horreurs.


16h30 : La Cité des enfants perdus

Reclus sur une plateforme noyée dans le brouillard, Krank se nourrit des rêves des enfants pour ne pas vieillir. One, un monsieur Muscle, recherche son frère kidnappé par les Cyclopes pour le compte de l’ermite, en compagnie de Miette, une fillette débrouillarde.

Avis : La cité des enfants perdus avait marqué un grand coup dans le cinéma de genre français lors de sa sortie en 1995. Des années plus tard, il reste toujours d’une grande actualité et offre des plans vraiment surprenants et envoûtants. Il faut dire que ses réalisateurs Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet ont cette capacité de créer un univers entier et de déployer une atmosphère prégnante qui emportent le spectateur au sein de ce compte très noir et cruel.


19h30 : The Power

Val doit effectuer sa première garde de nuit, en l’an de grâce 1974, dans un hôpital à la délicate frontière de l’insalubrité. Les mineurs en grève ont justement prévu de couper le courant dans tout le pays, et une présence maléfique semble rôder dans l’établissement.

Avis : The Power est un bon film d’ambiance de Corinna Faith qui se déroule en 1974 dans un hôpital. Il s’inspire d’un fait divers et s’implante dans une période où l’Angleterre était frappée toutes les nuits par des coupures de courant. On y découvre une jeune infirmière qui vient de prendre son poste et qui va être confrontée à un fantôme vengeur. Le long métrage a quelques longueurs, mais bénéficie d’une magnifique photographie et d’une atmosphère parfaitement rendue. L’interprétation de Rose Williams est formidable et la véritable thématique abordée est bien traitée. Certains peuvent le trouver un peu long, notamment dans son exposition, mais si vous rentrez dedans, vous passerez un bon moment. Le film sortira en salle le 16 février 2022 et sera distribué par Alba films. Il est aussi rediffusé ce vendredi 3 décembre à midi.


21h45 : V/H/S/94

Un commando SWAT déboule dans un entrepôt pour démanteler un laboratoire de narcotiques. À la place, les officiers tombent sur les cadavres énucléés des membres d’une secte. Autour d’eux, des écrans allumés et un nombre conséquent de VHS…

Avis : Après deux volets qui ont pu être visibles en festival, ce troisième, V/H/S/94 a été directement tourné pour la plate-forme Shudder aux États-Unis. C’était donc une chance de pouvoir le découvrir sur grand écran. Le principe de la série des VHS est le même. Il s’agit d’une anthologie de courts métrages horrifiques qui sont reliés par un fil rouge. Cela laisse une certaine liberté aux différents réalisateurs retenus, Simon Barrett , Steven Kostanski, Chloe Okuno, Ryan Prows, Jennifer Reeder et Timo Tjahjanto, qui doivent toujours utiliser des caméras en found foutage. Ce qui donne des images parfois très granuleuses et abîmées, comme celles que l’on avait la possibilité d’avoir sur des véritables cassettes VHS. Les histoires sont très différentes, toujours horrifiques et réussissent à faire monter régulièrement l’angoisse. Chacun pourra donc apprécier un ou plusieurs segments selon sa sensibilité. Mon coup de cœur revient à celui réalisé par Timo Tjahjanto qui montre un savant fou et ses expériences affreuses sur des humains qu’il utilise comme cobayes.



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Festival national du film d’animation 2022 : Le (...)
Festival national du film d’animation 2022 : Le (...)
Festival national du film d’animation 2022 : Un programme (...)
PIFFF 2021 : Jour 7
PIFFF 2021 : Jour 6
Star Trek - Discovery : Une saison 5 inattendue pour Sonequa (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Les Orques en (...)
Seul face à l’abeille : Critique de la saison 1
Two Summers : Critique de la mini-série
SDCC 2022 : Marvel Studios de retour à la Comic Con, des annonces (...)
L’équipier : La critique
Trying : La bande annonce de la saison 3
Bodkin : Will Forte fait équipe avec Les Obama pour Netflix
Spy Kids : Robert Rodriguez à trouvé sa nouvelle famille (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 27 juin 2022