Great Pretender : Review de la saison 1

Date : 31 / 08 / 2020 à 10h00
Sources :

Unification


La saison 1 de Great Pretender est une excellente série de 14 épisodes de 24 minutes de Hiro Kaburaki présentant une bande d’escrocs sortant de l’ordinaire.

L’histoire est découpée en quatre parties. Les deux premières sont en cinq épisodes et la suivante en quatre. Quant à la dernière, elle sera diffusée à partir du 21 septembre au Japon et forme un arc de neuf épisodes.

Chacun d’entre eux se concentre sur l’un des personnages principaux du récit et le dernier devrait être plus focalisé sur le cerveau en chef de cette fine équipe.

Le scénario de Ryôta Kosawa présente un jeune Japonais qui devient un escroc. Ce dernier va intégrer par hasard une équipe d’arnaqueurs internationaux menée par un Français et qui ne s’en prend qu’à des gens bien peu recommandables. Les diverses parties permettent donc de s’immiscer aux États-Unis chez un parrain de la mafia, au Moyen-Orient dans la course aérienne d’un tricheur et en Angleterre chez un marchand d’art frauduleux.

Les personnages sont tous passionnants à découvrir. L’équipe est particulièrement sympathique et le déroulement des épisodes permet de comprendre un peu ce qui les pousse à commettre ces actes répréhensibles par la loi, tout en n’hésitant pas à partager leurs gains avec ceux qui en ont besoin, et qui sont parfois les victimes de leurs cibles.

Le scénario est remarquablement écrit. Il réserve sans arrêt des surprises et de rebondissements que l’on ne voit pas venir et dont les moindres détails sont vraiment redoutables. Il est donc à chaque fois jubilatoire de découvrir comment une arnaque va se dérouler et la manière dont, envers et contre tous, elle va aboutir alors que, parfois, les événements semblent faire penser le contraire.

L’animation est formidable. Celle-ci est d’une grande fluidité et aide à se plonger sans aucun problème dans cette vie de voleurs de haut niveau qui a toujours un coup d’avance sur les autres.

C’est vraiment le travail sur les couleurs qu’il faut saluer. En effet, l’anime est extrêmement coloré et ces dernières ne sont parfois pas représentatives de la réalité. On a donc souvent l’impression de se retrouver devant un dessin psychédélique, plein d’imagination et parfois de poésie, auquel on accroche très vite, d’autant qu’il se marie fort bien avec l’action frénétique et les coups de théâtre inattendus.

La musique accompagne très bien ces différents revirements du récit et les passages parfois intenses qui se déroulent devant nos yeux. D’autant que l’humour n’est pas absent de ce qui advient aux différents protagonistes. Le générique final est d’ailleurs une chanson de Freddie Mercury.

La première saison de Great Pretender est vraiment réussie et permet de présenter un groupe de personnages sortant de l’ordinaire qui en sont prise avec des individus patibulaires et dont la grande classe ne peut que faire chavirer le spectateur que de leur côté. Avec des histoires brillamment écrites et précises, une animation maîtrisée, des personnage truculents formant une étrange famille et un travail sur le visuel qui montre encore une fois les grandes qualités du studio Production I.G., la série est à découvrir sans aucune hésitation. Elle devrait d’autant plus ravir ceux qui ont apprécié Lupin III, alias Edgar de la cambriole, ou dans un autre genre ayant des similitudes, La Casa del Papel.

Impressionnant et divertissant.

ÉPISODE

- Episode : 1.01 à 1.14
- Titre : Affaire 1_1 : Los Angeles Connection, Affaire 1_2 : Los Angeles Connection, Affaire 1_3 : Los Angeles Connection, Affaire 1_4 : Los Angeles Connection, Affaire 1_5 : Los Angeles Connection, Affaire 2_1 : Dans le ciel de Singapour, Affaire 2_2 : Dans le ciel de Singapour, Affaire 2_3 : Dans le ciel de Singapour, Affaire 2_4 : Dans le ciel de Singapour, Affaire 2_5 : Dans le ciel de Singapour, Affaire 3_1 : Il neige sur Londres, Affaire 3_2 : Il neige sur Londres, Affaire 3_3 : Il neige sur Londres, Affaire 3_4 : Il neige sur Londres
- Date de première diffusion : 20 août 2020 (Netflix)
- Réalisateur : Hiro Kaburaki
- Scénariste : Ryôta Kosawa
- Avec : Chiaki Kobayashi, Junichi Suwabe, Natsumi Fujiwara

RÉSUMÉ

L’escroc Makoto se croit intouchable jusqu’à ce qu’il embrouille par erreur un gros bonnet de la mafia.

BANDE ANNONCE



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Vampire in the Garden : Critique de la série
Blood Sisters : Critique de la mini-série
Savage Beauty : Critique de la saison 1
Senior Year : La critique du film Netflix
The Sound of Magic : Critique de la série
Dawn Of The Seven : La bande annonce du film Vought dans la série (...)
Tic et Tac, les Rangers du Risque - le film : La critique du (...)
Halo : Critique 1.09 Transcendence
Rebel Moon : Ed Skrein remplace Ruppert Friend sur le film (...)
Ça tourne à Saint-Pierre et Miquelon : La critique
The Ballad of Songbirds and Snakes : Le préquel Hunger Games a (...)
Mrs. Davis : Jake McDorman pour la série Peacock de Damon (...)
Dolmen : Le jeu vidéo d’exploration de faille temporelle
Netflix - Bandes annonces : 22 mai 2022
The Umbrella Academy : La bande annonce de la saison (...)