331 connectés

La Casa de Papel : Review de la saison 4

Date : 06 / 04 / 2020 à 14h30
Sources :

Unification


La saison 4 de La Casa de Papel est une bonne continuation de la suite de la saison trois qui permet de savoir si les braqueurs vont réussir à sortir de la Banque d’Espagne.

La série en huit épisodes de 45 minutes est dans la lignée directe de la fin de la troisième partie de La Casa del Papel. On retrouve ainsi les mêmes personnages dans la situation dramatique dans laquelle les uns les autres se trouvaient et on peut découvrir huit mois après les premiers épisodes, la suite de leurs aventures haute en couleur au sein de la Banque d’Espagne.

Tout comme lors des précédentes saisons, on retrouve les mêmes qualités et les mêmes défauts à ses nouveaux épisodes. L’intrigue focalisée sur le casse est parsemée de différents flashbacks revenant plus ou moins en arrière et permettant de comprendre l’origine du plan qu’ils sont en train de mener et de voir le développement des relations qui lient les protagonistes ensemble.

Ces passages plus humains font régulièrement retomber l’atmosphère et cassent un peu le rythme des aventures trépidantes qu’ils vivent à l’intérieur du bâtiment qu’ils occupent. Surtout au sein de quelques épisodes en milieu de saison pour lequel l’équilibre est moins bien bâti, ce qui entraîne une baisse d’attention. De plus, quelques éléments déjà exploités dans les deux premières saisons (qui constituent une aventure à part entière) ont beaucoup moins d’impact, le spectateur étant déjà au fait de ce genre de manipulation.

On peut aussi toujours reprocher aux braqueurs de faire des choses aberrantes qui vont les mettre encore plus dans le rouge. À commencer par ne pas respecter la règle numéro un, celle indiquant qu’il ne doit pas y avoir de relations personnelles entre les différents braqueurs. Mais évidemment, sans cela, il n’y aurait jamais eu 38 épisodes... pour l’instant.

Toujours est-il, qu’après avoir passé autant de temps en compagnie des personnages principaux, on s’attache vraiment beaucoup à eux. Un mécanisme que sait bien exploiter les scénaristes, jouant sur l’empathie et l’émotion pour rendre le final de la saison encore plus impactant. Il sera d’ailleurs peut-être difficile de ne pas retenir quelques larmes alors que l’action s’accélère et que les balles pleuvent de plus en plus.

La réalisation a eu des moyens et cela se voit vraiment. Les décors sont très beaux et parfaitement exploités. Le mélange entre les espaces grands ouverts et ceux plus renfermés, l’opposition entre l’intérieur de la banque et celui de la tente servant aux policiers essayant de capturer les braqueurs, offrent des environnements variés. Sans compter que de nombreuses scènes sont aussi tournées en extérieur, parfois dans des pays étrangers, et apportent une note de fraîcheur à cette histoire d’enfermement.

Les costumes et les accessoires sont aussi très soignés, bien qu’évidemment il semble improbable qu’autant d’éléments aient pu être apportés aussi rapidement dans ces lieux. Toutefois, cela fait aussi partie du charme d’une série montrant le combat de quelques individus contre un système dont ils dénoncent l’hypocrisie, tout en en profitant pour rafler des millions.

Le casting est égal à lui-même et les acteurs continuent de s’approprier à merveille leur rôle respectif. Úrsula Corberó est toujours à la fois passionnante et irritante en femme tête brûlée. Sa voix off ponctue encore le récit et y apporte une véritable épaisseur. Álvaro Morte montre un peu plus de sentiments dans son rôle de professeur génial et quasi-insubmersible. Alba Flores est très touchante en faussaire en chef. Itziar Ituño est toujours intéressante en ancienne inspectrice du côté des braqueurs. Miguel Herrán et Jaime Lorente ont une belle dynamique en braqueurs aux idées parfois opposées. Darko Peric est sympathique en gros bras aux tendances nounours. Esther Acebo est un personnage à l’évolution très intéressante. Et Rodrigo de la Serna en inventeur du plan joue bien sur sa dualité interne.

Outre les nombreux rôles que l’on voit ou que l’on revoit dans des flashbacks lorsqu’ils sont décédés au cours des épisodes précédents, la nouvelle équipe en charge d’arrêter les malfrats est aussi haute en couleur avec une inspectrice parfaitement incarnée par Najwa Nimri qui est à la fois caricaturale et invraisemblable, mais ne détonne finalement pas au milieu de tous ces personnages sortant de l’ordinaire.

La saison 4 de La Casa de Papel est dans la continuité de ce qui a été proposé précédemment. Elle permet donc de retrouver des personnages plus ou moins attachants, des rebondissements épiques à la limite du plausible et des flashbacks permettant de s’immerger plus dans cette troupe de criminels devenue une famille avec ses hauts et ses bas. Avec un scénario qui permet à l’histoire d’être divertissante, des acteurs convaincants et une morale mouvante ne permettant plus trop de savoir qui est bon et qui est mauvais, on passe un bon moment devant cette nouvelle saison présentant des casseurs sortant de l’ordinaire.

La fin de la saison 4 reste ouverte et s’arrête sur un nouveau cliffhanger, mais y a-t-il encore assez de matériel pour 8 nouveaux épisodes ? Si la formule est bien étudiée, et peut de nouveau s’appliquer dans de nouveaux épisodes, des redondances entre les deux casses sont déjà notables. L’avenir dira si les scénaristes arrivent encore à surprendre le spectateur et à l’accrocher pour une cinquième saison.

En attendant, si on aime les personnages et ce genre de série, il ne faut pas bouder son plaisir et découvrir comment se poursuit ce casse incroyable qui, pour une fois, est l’œuvre d’Espagnols.

Spectaculaire et prenant.

ÉPISODE

- Episode : 1.01 à 1.08
- Titre : Game over, Le mariage de Berlin, Leçon d’anatomie, Paso-doble, Cinq minutes plus tôt, KO technique, Frapper le QG, Le plan Paris
- Date de première diffusion : 03 avril 2020 (Netflix)
- Créateur : Álex Pina
- Réalisateur : Jesús Colmenar, Koldo Serra, Alex Rodrigo
- Scénariste : Álex Pina, Javier Gómez Santander, Luis Moya, Emilio Diez Barroso, Alberto Úcar, Esther Martínez Lobato, Juan Salvador López, Almudena Ramirez Pantanella, David Barrocal, Ana Boyero
- Avec : Álvaro Morte, Úrsula Corberó, Itziar Ituño, Pedro Alonso, Alba Flores, Miguel Herrán, Jaime Lorente, Esther Acebo, Enrique Arce, Darko Peric, Hovik Keuchkerian, Luka Peros, Rodrigo de la Serna, Najwa Nimri, Juan Fernández

RÉSUMÉ

Le plan du Professeur est dévoilé et des vies sont menacées, tandis que l’équipe doit se protéger des ennemis à l’intérieur et à l’extérieur de la Banque d’Espagne.

BANDE ANNONCE



Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits



 Charte des commentaires 


Ju-On - Origins : Review de la saison 1
The Old Guard : La review du film Netflix
Warrior Nun : Review de la saison 1
Les Baby-sitters : Review de la saison 1
Snowpiercer : Review 1.08 Ce sont ses révolutions
The Umbrella Academy : La bande annonce de la saison (...)
Agents of S.H.I.E.L.D. : Review 7.07 The Totally Excellent (...)
Batwoman : Javicia Leslie sera la nouvelle héroïne et Ruby Rose (...)
The Boys : Du rôle de Giancarlo Esposito aux mésaventures de (...)
Ju-On - Origins : Review de la saison 1
In Memoriam : La dystopie à la mémoire qui flanche pour HBO (...)
Felicità : La critique
Nine Bodies in a Mexican Morgue : Le petit streamer développe une (...)
Disco Elysium : Une série TV en développement
La chute de Delta Green : La critique du JdR Cthulhu in (...)