415 connectés

Le nom de la rose : Review des premiers épisodes

Date : 07 / 03 / 2019 à 11h30
Sources :

Unification


En 1986, le roman éponyme Le nom de la rose, d’Umberto Eco avait été adapté magistralement par Jean-Jacques Annaud. 23 années plus tard, ce dernier voit de nouveau le jour, sous la forme d’une série télévisée de huit épisodes de 52 minutes qui est diffusée sur OCS chaque semaine à partir du 5 mars 2019.

Le nom de la rose est une très bonne série télévisée d’Andrea Porporati et Nigel Williams. Elle permet de se retrouver projeté au cœur du XIVe siècle, en pleine lutte de pouvoir entre l’empereur de Bavière voulant que le pouvoir politique soit séparé de celui religieux et le pape, chef de l’Église catholique, qui à l’époque siégeait encore à Avignon en France.

C’est alors qu’une rencontre décisive pour les deux parties se profile. Mais le lieu servant de rencontre entre les représentants des deux factions va devenir l’objet d’une enquête de l’un des envoyés, Guillaume de Baskerville. Ce dernier, jésuite, donc prônant la pauvreté de l’église, une mouvance dont veut se débarrasser le pape, va essayer d’élucider les morts tragiques frappant une abbaye spécialisée dans la copie de livres.

Les deux premiers épisodes sont d’une très belle facture. Moins violents et sombres que le film, ils montrent néanmoins fort bien les conditions de vie de l’époque, parfois effroyables pour les populations obligées de fuir les guerres. On suit l’enquêteur principal, au cerveau bien aiguisé dans ses découvertes. Comme dans le roman, c’est à travers le du jeune novice qui l’accompagne que l’on découvre l’affaire. C’est sa voix off qui conte les faits à certains moments, revenant sur des éléments de l’enquête.

Le casting est collégialement excellent. John Turturro est formidable en ancien inquisiteur reconvertit en enquêteur. Et Damian Hardung est superbe en jeune homme voulant se dévouer à Dieu. Quant à Rupert Everett, il est vraiment excellent en âme damnée du pape qui est chargé de s’occuper de Baskerville.

Les magnifiques décors sont absolument somptueux. Les très beaux costumes participent aussi pleinement à l’impression de se retrouver plongé en plein cœur du Moyen Âge.

La réalisation de Giacomo Battiato est impeccable. Ce dernier filme très bien son histoire et suit de près ses protagonistes dans leur enquête. Il s’appuie aussi beaucoup sur la magnifique abbaye, véritable personnage silencieux qui contemple les humains s’agitant en ses entrailles.

Chaque épisode se termine sur un cliffhanger qui donne une grande envie de découvrir la suite. Que l’on connaisse déjà le livre, ou le film précédent, et donc l’intrigue, ou que l’on n’ait aucune idée de ce qu’il va se passer, les deux premiers épisodes sont vraiment attractifs et laissent augurer une qualité égale pour chacun des 6 autres épisodes à venir de cette mini-série.

Noir est prenant.

Vous pouvez découvrir, dans la partie vidéo, la petite présentation que Rupert Everett, Richard Sammel, et le réalisateur Giacomo Battiato ont fait de la série. Ces derniers reviennent sur le casting, l’histoire du roman, la genèse de la série, et sur un tournage qui, visiblement, n’a pas été de tout repos. Et le tout dans un Français impeccable, les trois hommes parlant parfaitement notre langue.

- SITE OFFICIEL

EPISODE

- Episode : 1.01 et 1.02
- Date de première diffusion : 5 mars 2019 (OCS)
- Réalisateur : Giacomo Battiato
- Scénariste : Andrea Porporati et Nigel Williams

VIDÉOS

Présentation de la série par Rupert Everett, Richard Sammel, et le réalisateur Giacomo Battiato :


Bande Annonce :



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Love Life : Review des premiers épisodes
Trackers : Review Saison 1
Perry Mason : Review saison 1
I Know This Much Is True : Review 1.06 Episode Six
I Know This Much Is True : Review 1.05 Episode Five
Dawson City, le temps suspendu : La critique
Don’t Look Deeper : La bande annonce de la série (...)
L’ange du chaos : L’intégrale chez Pocket
Cinéma - Bandes Annonces : 4 août 2020
Transformers - La trilogie de la guerre pour Cybertron : Review (...)
Splinter Cell : Une série animée écrite par Derek Kostad
The Morning Show : La saison 2 réécrite pour refléter (...)
Projet Tom Cruise : Christopher McQuarrie monte dans la navette (...)
La belle et la bête : Alan Menken dévoile le titre de la série (...)
Scarface : Un remake très actuel