319 connectés

Le Bon Apôtre : La review du film Netflix

Date : 16 / 10 / 2018 à 12h15
Sources :

Unification


Le bon apôtre est une incursion intéressante de Gareth Evans (The Raid) dans le film d’horreur et fantastique, qu’il scénarise et monte lui-même, présentant une île bien étrange.

Un homme s’infiltre sur un îlot sur lequel une secte s’est installée afin de délivrer sa sœur. En effet, les habitants vénèrent une étrange déesse et son apôtre a fait enlever une jeune fille riche pour demander une rançon. Le personnage principal va alors enquêter pour retrouver sa parente et découvrir la vérité se cachant derrière le culte.

L’œuvre se passe au siècle dernier et confronte croyance en un Dieu monothéiste et vénération païenne, dans une Angleterre ou les pauvres ont peu d’espoir d’une vie meilleure.

L’histoire présente une belle utopie dévoyée progressivement par ceux qui la diffusent. Les personnages sont intéressants. Et s’ils sont parfois un peu poussés, on reste attaché à certains d’entre eux, comme au héros en quête de rédemption.

Le récit s’appuie sur des décors de Tom Pearce très travaillés, et sur des costumes de Jane Spicer donnant l’impression de se retrouver prisonnier sur une île surgie d’une époque passée. La belle photographie de Matt Flannery et les effets spéciaux employés renforcent l’ambiance parfois anxiogène s’échappant du long métrage.

Le secret des lieux, bien amené, et intéressant à découvrir apporte une contribution baroque à un culte vraiment curieux, dans lequel les hommes se révèlent être les créateurs de l’entropie qui engloutit progressivement chacun.

Le réalisateur propose de nombreux passages passionnants, dont quelques-uns particulièrement crispants. Bien qu’il n’oublie pas d’ajouter une pointe de poésie crépusculaire dans son œuvre.

Les comédiens sont bien trouvés. Le regard perçant de Dan Stevens en frère déterminé est impressionnant. Michael Sheen est aussi captivant en apôtre voulant le mieux pour sa communauté et près à tout pour cela. Quand à Mark Lewis Jones, il apporte une dimension franchement inquiétante à son rôle.

Côté féminin, les femmes ne sont pas des cruches sans ressources et tant la doctoresse incarnée par Lucy Boynton, que la jeune fille amoureuse, jouée par Kristine Frøseth, ou la prisonnière, personnifiée par Elen Rhys, sont crédibles dans leurs personnages.

Le bon apôtre est un film qui a quelques longueurs, mais propose une véritable atmosphère et une histoire fantastico-horrifique plaisante à découvrir. Bien mis en scène, avec un récit dont on veut connaître la fin et des acteurs jouant bien, on passe un bon moment sur cette île maudite.

Surprenant et gothique.

SYNOPSIS

Un homme se rend sur une île lointaine à la recherche de sa soeur, kidnappée par une dangereuse secte.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 10
- Titre original : Apostle
- Date de sortie : 12/10/2018
- Réalisateur : Gareth Evans
- Scénariste : Gareth Evans
- Interprètes : Dan Stevens, Michael Sheen, Lucy Boynton, Kristine Frøseth, Annes Elwy, Mark Lewis Jones, Elen Rhys
- Photographie : Matt Flannery
- Montage : Gareth Evans
- Musique : Aria Prayogi, Fajar Yuskemal Tamin
- Costumes : Jane Spicer
- Décors : Tom Pearce
- Producteur : Gareth Evans, Ed Talfan, Aram Tertzakian pour XYZ Films, Severn Screen
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Le Bon Apôtre



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Doctor Who : Review 11.06 Demons of the Punjab
Manifest : Review 1.07 S.N.A.F.U.
Star Trek - Short Treks : Review 1.02 Calypso
Doctor Who : Review 11.05 The Tsuranga Conundrum
Manifest : Review 1.06 Off Radar
Star Wars The Mandalorian : Gina Carano ajoutée à la (...)
Wonder Woman 1984 : Chris Pine pas surpris du retour de Steve (...)
Doctor Who : Review 11.06 Demons of the Punjab
The Protector : La première série turque de Netflix
Child’s Play : Une affiche et une date pour le (...)
Aga : La critique
Trailers voDvd & co : 16 novembre 2018
14 - 18 : La critique du tome 10
Manhattan : La critique de la réédition du jeu multi-primé
Bandes Annonces & Co : 16 novembre 2018