106 connectés

Iron Fist : Review de la saison 2

Date : 13 / 09 / 2018 à 13h45
Sources :

Unification


Mis en ligne le 7 septembre 2018, Iron Fist relève le défi de faire oublier les défauts formels et les maladresses d’écriture critiqués lors de son premier run.

Pour ce faire, la production, portée par un nouveau showrunner (Raven Sleepy Hollow Metzner), améliore notablement le défaut criant qui minait la crédibilité de son personnage principal : l’intensité des scènes de combats. En effet, l’an dernier, mal préparé aux combats chorégraphiés, l’acteur Finn Jones, malgré toute sa bonne volonté, avait du mal à donner vie au plus grand combattant de Kung Fu de la cité tibétaine de K’un-Lun. Avec des mouvements de katas approximatifs et une posture au combat peu orthodoxe, l’immortel Iron fist ne tenait même pas la comparaison face au diable d’Hell’s Kitchen. Plus à l’aise dans la peau d’un jeune milliardaire new yorkais, Finn Jones devait améliorer sa maîtrise de l’art du Kung Fu pour enfin habiter son personnage.

Et, dès les premières minutes du show, force est de constater que Finn Jones a révisé ses gammes. Même s’il n’a pas l’aisance quasi-naturelle au combat de sa partenaire Jessica Henwick (Collen Wing), il s’éloigne définitivement de l’élégance martiale de Johnny Lawrence (William Zabka), de l’excellente Websérie Cobra Kai – Sequel de Karate Kid. Attendu sur le terrain des combats, Iron fist livre donc sur ce point des scènes réellement plaisantes, plus intenses et meilleures que ce qui a été offert durant la première saison.

Malheureusement, cet effort louable est éclipsé par une intrigue moins engageante car superficielle avec des enjeux principaux digne d’une querelle de cour de récréation et un principe moral d’une naïveté confondante.

L’intrigue de la première saison, en dépit de ses maladresses, était intéressante car elle prolongeait une trame – et un background – tissée dès la première saison de Daredevil. La seconde saison n’est pas dans la même configuration puisque la conclusion des Defenders a vidé de sa substance la raison même de l’existence de l’Iron Fist. Cette conclusion laisse un grand vide à combler aussi bien pour Danny Rand que pour les scénaristes du show. Et l’ampleur du vide se retranscrit dans la saison à travers un antagonisme aux motivations infantiles et un personnage principal dont l’immense candeur le pousse à désespérément chercher le bien dans le cœur des méchants, même lorsqu’ils sont sociopathes. Toutefois, combien cette candeur est irritante, elle est la signature identitaire de Danny Rand ; la touche qui le singularise indéniablement des autres Defenders.

En effet, elevé toute sa vie dans une cité idéale, entouré de grands sages et de combattants Kung Fu, Danny Rand a grandi dans une bulle de pensée positive et d’optimisme. Sa candeur dénote clairement dans un paysage super-héroïque où les héros lumineux sont devenus rares. C’est donc aussi bien un défaut qu’une qualité.

Et question qualité, la série Iron Fist en a à revendre, à commencer par son casting féminin qui illumine littéralement le show. A ce stade, comment ne pas saluer la révélation de la saison, Alice Eve qui incarne une Typhoid Mary envoutante. Cette dernière développe, au même titre que le torturé Ward Meachum, une sous-intrigue beaucoup plus intéressante que la trame principale elle-même.

Par ailleurs, plus adulte et réflechie que Danny Rand, Coleen Wing prend du charisme et de l’épaisseur à mesure que la saison avance. Et à l’image du duo Rand et Cage, l’entente naturelle entree Coleen Wing et une Misty Knight, mieux exploitée que dans la seconde saison de Luke Cage, est un argument de poids en faveur d’une fusion des shows Luke Cage et Iron Fist.

En définitive, gagnant en clarté et en efficacité formelle – 10 épisodes – le second run d’Iron Fist montre un meilleur visage que la saison passée, sans toutefois satisfaire toutes les attentes. Ainsi, après deux saisons en demi-teinte, il devient difficile de s’enthousiasmer pour un troisième run en solo de Danny Rand, même si la saison 2 bouleverse totalement les équilibres. En ce sens, au regard de l’essoufflement qualitatif et artistique de Luke Cage et Iron Fist, leur réunification en un show serait salutaire et raviverait l’attention des fans.

EPISODES

- Episodes : 2.01 – 2.02 – 2.03 – 2.04 – 2.05 – 2.06 – 2.07 – 2.08– 2.09 – 2.10
- Titres  : The Fury of Iron Fist - The City’s Not for Burning - This Deadly Secret - Target : Iron Fist - Heart of the Dragon - The Dragon Dies at Dawn - Morning of the Mindstorm - Citadel on the Edge of Vengeance - War Without End - A duel of Iron
- Date de première diffusion : 07/09/2018 (Netflix)
- Réalisateurs : Davis Dobkin (ép 1) – Rachel Talalay (ép 2) - Toa Fraser (ép 3) - MJ Bassett (ép 4) - Mairzee Almas(ép 5) - Philip John (ép 6) - Stephen Surjik (ép 7) - Julian Holmes (ép 8) - Sanford Bookstaver (ép 9) - Jonas Pate (ép 10)
- Scénaristes : M. Raven Metzner (ép 1) - Jon Worley (ép 2) – Tatiana Suarez-Pico (ép 3) – Jenny Lynn (ép 4) - Declan de Barra (ép 5) - Matthew White (ép 6) - Rebecca Dameron (ép 7) - Melissa Glenn (ép 8) - Daniel Shattuck (ép 10)

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Origin : Review des premiers épisodes de la saison 1
Doctor Who : Review 11.06 Demons of the Punjab
Manifest : Review 1.07 S.N.A.F.U.
Star Trek - Short Treks : Review 1.02 Calypso
Doctor Who : Review 11.05 The Tsuranga Conundrum
Aquaman : La bande annonce finale
Flash : Ezra Miller continue à confirmer le film
Westworld : L’ouest s’en relèvera
Les voyageurs du temps : Une date pour la saison 3
Supergirl : On sait qui jouera Lex Luthor
Bios & Project Blue Book : Retour à la science-fiction pour (...)
Les filles du soleil : La critique
Mortal Engines : Le 2 premiers tomes en grand format
Bärenpark : La critique du jeu de parc à ours
Bandes Annonces & Co : 20 novembre 2018