The Walking Dead - Daryl Dixon : Le difficile voyage d’un américain dans le paysage méconnu français (SPOILERS)

Date : 28 / 09 / 2023 à 12h00
Sources :

Collider


Spoiler Alerte ! Si vous n’êtes pas à jour sur The Walking Dead - Daryl Dixon, passez votre chemin. Article hyper spoilerisant ! Vous aurez été prévenus.

Dans un long entretien avec nos amis de Collider, le réalisateur et producteur délégué britannique Dan Percival nous explique en quoi il a été audacieux d’envoyer Daryl Dixon en France, comment il a mélangé les sensibilités cinématographiques européennes avec un genre typiquement américain, comment Greg Nocotero, gourou en matière des effets spéciaux, a contribué à la cohérence de la franchise, comment il a fait évoluer les zombies, pourquoi cette série est si difficile à réaliser et ce que cela a été d’avoir un acteur principal aussi impliqué que Norman Reedus dans son personnage.

J’ai regardé toute la saison et c’est fou comme c’est différent, juste en déplaçant la franchise dans un nouveau lieu.

C’est la décision la plus importante et la plus audacieuse, c’est certain. C’est comme si on s’était dit : "Laissons Daryl Dixon sur la plage et voyons comment il va survivre." On aurait tout aussi bien pu le laisser tomber sur Mars. Je suis heureux que ce soit différent, mais il faut aussi que ce soit familier. Nous y avons beaucoup réfléchi. AMC et David Zabel, le showrunner, voulaient un réalisateur et un directeur de la photographie qui n’avaient pas tourné The Walking Dead et qui avaient une esthétique différente, mais qui respecteraient aussi la série américaine originale. J’ai travaillé à la fois en Europe et en Amérique, c’était donc un hybride agréable pour moi de pouvoir laisser libre cours à mes sensibilités cinématographiques plus européennes pour jouer avec un genre qui est si distinctement américain. C’était très amusant de faire cela et de trouver un nouveau langage visuel et narratif pour élargir la portée de la série.

À quel moment avez-vous signé pour participer à ce projet ? Était-ce à l’époque où il s’agissait d’une série dérivée de Daryl et Carol, ou bien une fois que la série a évolué vers cette version ?

Les scénarios que l’on m’a envoyés concernaient Norman Reedus, qui incarne Daryl Dixon, ce qui a été une surprise pour moi aussi, et un plaisir. On nous a donné beaucoup de liberté pour réinventer notre approche. À aucun moment, on ne m’a dit : "Regardez comment nous avons fait dans la série originale. C’est ce que vous devez faire." Greg Nicotero, qui est venu avec nous en France, m’a donné une cohérence qui a été très utile et merveilleuse. Il nous a encouragés à adopter la France, l’approche plus européenne, et à utiliser la langue française. En même temps, il était le guide de la cohérence, de l’histoire de la série et du comportement des zombies. Vous verrez qu’il y a aussi des zombies différents, ce qu’il était très enthousiaste à l’idée de pouvoir faire.

Lorsque j’ai parlé à Greg Nicotero, il m’a dit qu’il avait travaillé en étroite collaboration avec vous pour trouver des idées intéressantes pour la série. Était-ce vraiment clair et évident de savoir ce qui fonctionnerait et ce qui ne fonctionnerait pas ?

Greg était très confiant parce qu’il n’y a pas une chose dans l’univers qu’il ne connaisse pas, surtout en ce qui concerne les zombies et le maquillage prothétique, et aussi ce que tout le monde a fait avec les zombies. Il disait "Oh, c’est ce qu’ils ont fait avec les zombies dans cette série, ou dans ce film", en partie parce que c’est ce qu’il a fait lui aussi très souvent. Mais il nous encourageait vraiment et poussait l’ambition de ce que nous pouvions réaliser, de ce que nous pouvions faire, et de ce qui s’inscrirait toujours dans le canon et l’histoire de l’univers de The Walking Dead. Évidemment, c’était une bande dessinée avant d’être une série télévisée, donc il comprend toutes les motivations. Je me souviens avoir eu des conversations avec lui où je lui demandais : "Greg, les zombies ont-ils une conscience ?". Il m’a répondu : "Non, ils n’ont pas de conscience. Pourquoi cette idée ?" J’ai répondu : "Parce qu’ils pensent et prennent des décisions." Et il a dit : "Non, ils veulent juste te manger la figure." J’ai dit : "D’accord, j’ai compris. Ils peuvent sentir et voir." Et il a dit : "Oui, en quelque sorte. Mais ils ne voient pas très bien."

C’était vraiment merveilleux pour moi d’apprendre ces règles de base. Ensuite, Greg a organisé un atelier sur les zombies à Paris, avec des centaines et des centaines de personnes, pour les entraîner à devenir des zombies. C’était tout simplement fabuleux. J’ai vraiment apprécié cette collaboration. C’est ce qui nous a permis de rester ancrés dans la série originale. Il est très important que, même si c’est très différent, les téléspectateurs de base se sentent toujours familiers. En même temps, j’espère que nous l’ouvrons à un tout nouveau public qui pourra l’apprécier et en tirer quelque chose de différent. En fin de compte, il s’agit d’une histoire humaine très émouvante où, si vous n’aviez jamais rencontré Daryl Dixon auparavant, cela n’aurait pas eu d’importance. Si vous assistez à cette série, vous rencontrerez un étranger en terre inconnue, vous apprendrez comment il en est arrivé là et ce qui compte pour lui, et vous vivrez ce voyage avec lui.

Y a-t-il quelque chose que vous vouliez faire ou essayer avec la série qui ne fonctionnait pas dans l’histoire que vous racontiez cette saison, ou que vous n’avez tout simplement pas eu le temps de faire, mais que vous espérez voir apparaître dans une éventuelle deuxième saison et que nous pourrions encore voir quelque part ?

Les scénaristes ont toujours des idées. Lorsque je reçois un scénario, je me mets au travail. David est le scénariste principal et il me dira : "Tu veux faire quoi ? Je n’ai jamais fait cela auparavant. Ce sera intéressant. D’accord, on peut le faire. Combien de jours avons-nous ?" C’est un défi permanent pour moi. Je suis un réalisateur de films et de séries télévisées assez expérimenté, et j’ai été mis au défi sur cette série, comme je ne l’ai jamais été dans ma vie, juste pour l’amener à l’écran et le rendre réel. Je n’ai pas besoin de nouveautés. Bien sûr, il y en a, mais je ne me dis pas : "Bon sang, pourquoi n’avons-nous pas fait ça ?" Je me dis : "On peut faire ça ?" Il est très important de féliciter l’équipe de tournage et l’équipe de Paris, qui ont été tellement enthousiasmées par ce projet et tellement excitées. Notre département des décors est de classe mondiale, avec des gens incroyablement talentueux. Le plus grand défi de la série est de suivre le rythme des idées déjà présentes dans les scénarios et de leur donner vie. Cela a nécessité toute mon expérience et mes compétences, ainsi que celles de notre formidable équipe de directeurs de la photographie, de techniciens, d’éclairagistes, de décorateurs, de peintres, d’accessoiristes et de prothésistes. C’est tout simplement une série gigantesque, dans ce sens.

Par ailleurs, qu’est-ce que cela fait de travailler avec Norman Reedus sur ce projet ? Il a joué ce personnage plus longtemps que la plupart des acteurs n’ont joué n’importe quel personnage dans leur carrière, et c’est quelqu’un qui veut aussi être impliqué dans le développement et l’évolution du personnage. Qu’avez-vous appris sur le personnage en travaillant avec lui et en le regardant jouer ?

Ce que Norman voulait vraiment, c’était qu’on le mette au défi. C’est ce qu’il a dit lors de nos premières conversations. Il a joué un rôle déterminant dans mon embauche. Je lui ai dit : "Je vais te mettre au défi." Et il a répondu : "C’est super. Je veux qu’on me mette au défi." Contrairement à la série [phare], qui est composée d’un ensemble de comédiens, il n’y a que lui, et c’est lui qui la porte. Nous lui avons dit : "Tu vas travailler tous les jours, sur tout." C’est très difficile pour un acteur, mais il l’a vraiment accepté. Il arrive sur le plateau tous les jours avec le sourire, et il est tellement excité de faire ça. Les scénarios sont excellents. L’expérience du tournage est très différente de ce à quoi il est habitué. Il aime ce style organique. Il est très attentif face à la caméra, à l’histoire et aux émotions. Il a joué un rôle important dans le processus de création de la série. Il est producteur délégué. Il s’intéresse de près aux scénarios, à la réalisation et à la concrétisation de chaque scène. Sa contribution est énorme.

Ce fut un plaisir de travailler avec Norman. Il a été un atout essentiel, non seulement en tant qu’acteur, mais aussi en tant que producteur. Et pour lui, cela lui a donné une nouvelle vie dans cette série, non seulement pour le personnage, mais aussi pour lui. Quand vous passez 11 ans à faire une chose d’une certaine manière, vous vous demandez : "Pourquoi est-ce que je fais encore ça ?" Et puis, vous avez une chance de faire évoluer le personnage et de vraiment déployer vos ailes, et de montrer ce que vous pouvez faire et ce que vous pouvez être. Tout le monde qui fait la série est très passionné, tout le monde est fan et aime l’original, et tout le monde veut la voir réussir, alors j’espère que ce sera le cas.

The Walking Dead - Daryl Dixon est diffusée sur AMC aux USA et devrait l’être sur OCS en France plus tard cette année.


The Walking Dead est Copyright © Circle of Confusion et Valhalla Motion Pictures Tous droits réservés. The Walking Dead, ses personnages et photos de production sont la propriété de Circle of Confusion et Valhalla Motion Pictures.



 Charte des commentaires 


The Walking Dead - The Ones Who Live : La bande annonce (...)
The Walking Dead - The Ones Who Live : La bande annonce complète (...)
The Walking Dead - Daryl Dixon : Manish Dayal rejoint la saison (...)
The Walking Dead - The Ones Who Live : Un aperçu et une date de (...)
The Walking Dead - Daryl Dixon : Le teaser de la saison (...)
César 2024 : Les gagnants de la 49ème cérémonie
La Séance de Minuit : L’épisode le plus terrifiant de La (...)
Hulk : Un film solo coûterait trop cher selon Mark Ruffalo
Constellation : Une série intrigante qui a convaincu Noomi (...)
Beetlejuice Beetlejuice : Un grand plaisir à bosser à (...)
Afterburn : Dave Bautista & Samuel L. Jackson se retrouveront (...)
Black Tea : La critique
Happy Face : Dennis Quaid en tueur en série pour Paramount+
Long Bright River : Nicholas Pinnock face à Amanda Seyfried pour (...)
The Storm Clan : Une adaptation cinéma en cours d’élaboration