Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Le pouvoir du secret capable de façonner n’importe quel Anneau (SPOILERS)

Date : 21 / 10 / 2022 à 14h00
Sources :

Deadline


Spoiler Alert ! Attention chers lecteurs. Si vous n’êtes toujours pas à jour sur la série LOTR de Prime Video, passez votre chemin, cet article est hyper spoilerisant, vous aurez été prévenus...

L’acteur qui a joué à cacher sa véritable identité dans Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir parle enfin et nous révèle entre autres choses la manière dont ce lourd secret a contribué à façonner son interprétation.

Dans l’un des plus gros rebondissements du final de la saison 1 de The Rings Of Power, Halbrand (Charlie Vickers), le charismatique Roi des Terres du Sud aux fortes vibrations d’Aragorn, s’est révélé être le super méchant Sauron. Sa véritable identité a été découverte par Galadriel (Morfydd Clark) qui a eu des soupçons car Halbrand aidait avec un peu trop d’anthousiasme le seigneur Celebrimbor (Charles Edwards) et son équipe à forger les trois anneaux elfiques.

C’est avec nos amis de Deadline que Vickers a discuté ces derniers jours, alors que le final de la saison 1 des Anneaux de Pouvoir a été diffusé. L’acteur évoque également - dans une longue interview - la scène émouvante du coming-out de Sauron avec Galadriel (Morfydd Clark), ses motivations et le raisonnement qui sous-tend sa décision de sauver Galadriel en mer puis d’essayer de tuer Adar (Joseph Mawle). De plus, il partage quelques indices distillés ici et là tout au long de la saison et que peut-être les fans n’ont pas vus.

Comment avez-vous découvert que votre personnage était Sauron ?

Cela a pris un certain temps, en fait. Nous avons tourné les deux premiers épisodes, puis nous avons fait une pause de six mois, cinq mois, à cause de la Covid en Nouvelle-Zélande, et alors qu’il restait peut-être deux mois de pause avant de commencer le troisième épisode, les showrunners ont dit : "Nous voulons que vous veniez, nous voulons avoir une réunion avec vous". Et ils m’ont emmené dans le décor que Galadriel découvre dans le premier épisode, avec les orcs à travers les murs et le Sigil de Sauron. Ils m’ont emmené là-dedans et m’ont dit : "C’est ton monde. Tu joues le rôle de Sauron".

Quelle a été votre réaction quand vous l’avez appris ? Vous vous êtes dit : " Je m’en doutais un peu " ou "Ouah !" ?

Je le savais en quelque sorte. J’en avais vraiment l’impression, car les deux derniers discours que j’ai prononcés lors de mes auditions, on me les a fait faire à la fin. L’un était Richard III de Henry VI, 3ème partie. Et le second était le Paradis Perdu de Milton, et c’était littéralement Satan. Deux personnages très maléfiques, donc j’avais une idée. Puis il y a eu quelques autres indices. Mais j’ai filmé mon truc sur le radeau dans le deuxième épisode, je l’ai filmé sans vraiment savoir qui j’étais.

Sachant que vous étiez Sauron après votre retour, comment cela a-t-il influencé votre jeu et comment avez-vous gardé secrète la véritable identité de votre personnage ?

C’était un processus. Une fois que j’ai su que j’étais Sauron, j’ai eu le temps de faire un gros travail subconscient. J’ai puisé dans tout ce que je pouvais. J’ai relu Le Silmarillion et les parties qui le concernent vraiment. J’ai lu Lettres de Tolkien. J’ai lu l’un des fascicules de l’histoire de la Terre du Milieu intitulé L’Anneau de Morgoth, qui contient beaucoup de choses sur Sauron. Je me suis donc rempli l’esprit d’autant de sons que possible, et je suis allé là où ils ont filmé le Mont Destin dans le parc national de Tongariro, j’y ai fait une randonnée de quatre jours.

J’ai fait tout ça et puis j’ai laissé ça s’installer dans mon subconscient. Et pour être honnête, cela n’a pas vraiment influencé mes décisions sur le plateau. Le jour J, j’ai continué à jouer à fond Halbrand, comme je l’ai fait sur le radeau. Je suppose que j’avais juste à espérer que le travail que j’avais fait aurait intégré et influencé mon personnage d’une certaine manière.

Parce que la façon dont j’aime voir les choses, c’est que, pour tromper Galadriel, Pharazôn, Miriel et tous ces gens qu’il rencontre et qui sont des légendes, je pense qu’il devrait être totalement investi dans ce personnage, qu’il est ce personnage humain de Halbrand, ressentant, expérimentant les choses vivantes comme un humain. Cela m’a été utile car cela a simplifié ce que je dois faire, car il est difficile de jouer deux choses à la fois, mais j’aurais espéré que le courant sous-jacent soit toujours là.

Parlez-nous de cette scène émouvante avec Morfydd dans le final, où l’identité de Halbrand est révélée et où il tente de manipuler Galadriel pour qu’elle le rejoigne au Mordor ?

C’est une scène où l’on voit enfin ses véritables intentions. Il y a beaucoup de choses dans cette scène. Il lui parle de guérir la Terre du Milieu, et cela nous ramène à une grande partie de ce que Tolkien a dit à ce sujet, à savoir qu’au début du Second Âge, il a été rabaissé et s’est attardé en Terre du Milieu, et que son pouvoir est réapparu très lentement.

Nous le voyons donc enveloppé, lançant essentiellement sa vision. Je pense qu’il croit de tout cœur qu’il fait le bien. Il veut réhabiliter et débarrasser la Terre du Milieu de toutes les frictions inutiles parce qu’il est obsédé par l’ordre. Et il croit sincèrement que si Galadriel se joint à lui, cela l’aidera à atteindre ses objectifs.

Ils ont un lien cosmique, mais je ne pense pas qu’il s’agisse nécessairement dans son esprit d’un roi et d’une reine, comme une situation de mari et femme. Il s’agit plutôt d’une situation où il se dit qu’il peut se servir d’elle pour obtenir ce qu’il veut et faire aboutir ses projets plus rapidement, parce qu’au bout du compte, il aurait fini par régner seul, qu’elle l’ait rejoint ou non. Et quand elle dit "non" sur le radeau, ça le met en colère. Mais ce n’est pas la fin du monde.

Comment était-ce de retourner tourner la scène du radeau dans le final en sachant qui est vraiment Halbrand ?

La scène du radeau était très éprouvante à filmer et nous pensions en avoir fini avec elle. Et puis, vers la fin de la série, je crois que c’est le producteur [délégué et co-showrunner] Patrick McKay qui m’a dit : "vous allez retourner sur le radeau sans contexte". C’est une scène très bien écrite, mais c’était un défi de retourner sur ce radeau après, ce qui avait été une période de 18 mois.

Il y a des similitudes évidentes, comme le fait que Halbrand et Sauron sont tous deux d’habiles forgerons. Quels sont les indices plus subtils sur la véritable identité de Halbrand que vous avez laissé échapper en cours de saison et qui nous ont peut-être échappé ?

C’est intéressant avec Halbrand, car on ne le voit qu’à travers la lentille des autres personnages. On le voit rarement seul. En fait, je crois qu’on ne le voit seul qu’une seule fois, lorsqu’il est assis avec sa pochette. Et même là, on le voit en conflit. Et c’est intéressant parce que c’est intéressant d’essayer de juger en tant que spectateur.

J’espérais que cela se produirait lors de la création du personnage et que les gens se demanderaient s’il est vraiment repentant, s’il essaie vraiment d’être un homme bon et de commencer une nouvelle vie. Ou est-ce qu’il manipule pour s’en sortir ? Quand on regarde cette scène et qu’on se dit qu’il est en conflit, qu’il est tout seul, qu’il ne le montre à personne, on peut se dire qu’il est peut-être sincèrement repentant.

Mais je me souviens d’avoir fait cette scène et d’avoir pensé qu’en Terre du Milieu, il y a toujours quelqu’un qui regarde, les dieux regardent et il craint les dieux.

Donc pour moi, en la jouant, il s’agissait d’accentuer les différences subtiles dans ce repentir et de ne pas être trop évident dans la manipulation ou les conflits ouverts. Comme, je veux vraiment être un homme bon. J’ai essayé de marcher sur la ligne. De plus, les showrunners et les scénaristes ont fait des petites allusions très intéressantes, comme des répliques à Galadriel : "Je suis désolé pour votre frère". Ou je crois que sa deuxième phrase sur le radeau est "Les apparences peuvent être trompeuses". Dès que j’ai dit cette phrase, des amis m’ont envoyé un texto disant "Tu es Sauron". Et je n’ai pas pu leur dire.

Sauron est toujours en train de calculer. Alors pourquoi a-t-il vraiment sauvé Galadriel ?

Elle lui a survécu à ce moment-là. Il a été mis à terre, et il est au plus bas, ce qui est très similaire à la façon dont Tolkien le décrit au début du deuxième âge. Il s’attarde, et très lentement il revient au pouvoir, et lorsqu’il est sur le radeau, vous le voyez à ce point bas.

J’ai hâte de voir et de répondre aux questions sur la raison pour laquelle il était sur le radeau. Mais à ce moment précis, il ressent cette connexion cosmique avec cette personne. Il a passé tellement d’années seul, à rencontrer des gens qui ne sont pas comme lui, que lorsqu’il rencontre quelqu’un avec un pouvoir extrême, incroyable, vous avez un frisson, vous avez un rush et vous vous dites, je veux être avec cette personne.

Donc elle est la survie. Mais elle peut aussi ouvrir des portes. Elle peut le faire entrer dans les bonnes pièces. Elle connaît des gens. Et il voit une opportunité d’exploiter ça.

Étant Sauron, pourquoi Halbrand était-il si réticent à retourner dans les Terres du Sud et pourquoi a-t-il essayé de tuer l’un de ses lieutenants, Adar, avant que Galadriel ne l’arrête ?

Sa réticence peut être vue de deux façons. Et aussi, encore une fois, cela dépend si son repentir est authentique ou non. S’il est sincèrement repentant et qu’il dit : "Je ne veux pas y retourner, je sais que c’est mauvais pour moi, que le pouvoir va me corrompre à nouveau et que je vais descendre dans un terrier de lapin". Et il dit, je veux juste être bon, je suis désolé, et je veux repartir à zéro. C’est pourquoi il hésite à y aller, sinon il pourrait s’agir d’une ruse pour tromper encore plus Galadriel et exclure la possibilité qu’il soit autre chose que ce roi, ce roi réticent dans son esprit, lui peindre une image.

Quand il part et qu’il rencontre Adar, ils ont une histoire riche dont nous verrons plus dans le futur. Je ne veux donc pas la gâcher. Ils ont une relation vraiment complexe, et il y a beaucoup de haine et de sentiments contradictoires entre eux. Et c’est un exemple de Sauron, à l’intérieur de Halbrand, qui est un méchant et qui est impitoyable, du genre : si je n’aime pas quelqu’un ou si j’ai un problème, je vais l’achever, et Galadriel sauve Adar dans cette situation.

Tout au long de la saison 1, la relation entre Halbrand et Galadriel a évolué, ils se sont sauvés la vie l’un l’autre, mais ils sont maintenant des ennemis mortels. Comment allons-nous voir cette relation évoluer dans la saison 2 ?

Ce sera vraiment passionnant. Nous n’avons que les premiers scripts de la deuxième saison, donc je ne sais pas exactement où cela va aller, mais j’espère bien qu’ils se retrouveront. Ils ont établi cette grande relation qui, je l’espère, pourra durer pendant cinq saisons. Et quand ils se rencontrent, ils ont cette histoire vraiment riche. J’espère que nous aurons une confrontation dans la prochaine saison. Je ne sais pas, mais j’imagine que lorsqu’ils se verront, ce sera glacial, ce sera une relation glaciale.

Vous avez parlé de Halbrand en tant que Sauron parlant de la guérison de la Terre du Milieu. Qu’est-ce que cela signifie pour la saison 2 ?

C’est un exemple de sa croyance en ses motivations justes, Tolkien écrit beaucoup sur Sauron, qu’il avait de bonnes intentions, du moins au début. Et c’est vraiment bien parce que cela prépare la série à observer sa descente dans les ténèbres. Et évidemment, il a déjà fait beaucoup de choses horribles.

Mais nous en sommes à l’étape du repentir, et le fait que son repentir soit authentique ou non est une bonne chose à laisser sans réponse. En parlant de guérison, je pense qu’il veut dire réorganisation et réhabilitation du monde et qu’il est prêt à faire tout ce qu’il faut, car dans son esprit, c’est la raison pour laquelle Galadriel dit "guérir ou régner".

Et pour lui, s’il est aux commandes, il peut guérir le monde, il peut ordonner les choses. Et il voit ça comme si ce n’était pas seulement génial pour moi, mais aussi pour tous les autres, je vais mettre fin au chaos dans les Terres du Sud, dans l’Est. Tout le monde sera en parfaite harmonie tant que vous me laisserez dire à chacun ce qu’il doit faire.

Dans cette scène près du ruisseau, Halbrand tue presque Galadriel. Il est le mal absolu. Vous lui aviez donné un visage humain avec Halbrand, un personnage dont beaucoup de fans sont tombés amoureux. Est-il toujours là, quelque part ? Y a-t-il quelque chose de bon et de rédhibitoire en lui lorsqu’il se transforme en Sauron ?

C’est subjectif, cela dépend du spectateur. Du point de vue de Halbrand, du point de vue de Sauron, il y a certainement beaucoup de bon en lui. Il pense qu’il fait le bien. Lorsqu’il fait ces pas vers le Mordor, son plan est très clair : je vais faire ça non pas pour être mauvais.

C’est pour le bien de tous les habitants de la Terre du Milieu. Si vous le regardez de l’extérieur, vous pouvez juger qu’il essaie de tuer Galadriel. C’est le mal. Et Tolkien dit que Sauron doit être considéré comme terrible, et il n’y a aucun doute sur le fait qu’en fin de compte et au fond de lui, Sauron est très mauvais. Et il est l’incarnation du mal. Mais dans son esprit, il ne le croit pas.

Parlez-nous de la représentation de cette transition vers le mal.

C’était vraiment amusant. Je crois que je me souviens de ce jour où Morfydd et moi avons filmé la scène au bord de la rivière. C’était la première fois que je vivais vraiment ce passage vers la disparition de la cape de Halbrand et la phrase qu’il dit : "Je suis éveillé depuis que le premier silence a été rompu". C’était un moment très fort pour moi, parce que j’ai compris combien de temps ce personnage avait vécu et tout ce qu’il avait vu, et le fait de laisser cela s’installer m’a semblé complètement différent de Halbrand. Et c’était comme si tous les prétextes, tous les boucliers de missiles guidés qu’il avait mis en place avaient disparu.

Et en dessous, il y a quelqu’un avec de bonnes intentions. Mais pour le spectateur, probablement des intentions assez sombres de gouverner et de dominer. Et pour moi en tant qu’acteur, je veux dire, c’était juste un frisson absolu de le jouer. Et je suis en train de me creuser les méninges à force de pouvoir en parler pour la première fois.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : L’avenir (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Nouvelle (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Annonce de (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Le pouvoir du (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Un final de (...)
Star Wars - The Bad Batch : Critique 2.06 Tribu
Ant-Man et la Guêpe - Quantumania : Ce que Kang a de différent (...)
Bad Boys 4 : Ça se précise pour le prochain volet
The Nevers : La série HBO se trouve une nouvelle maison, et après (...)
La Chronique des Bridgerton : Les salles de bals Netflix perdent (...)
Présumé Innocent : Bill Camp & Elizabeth Marvel pour la série (...)
Superman For All Seasons : La critique tout en poésie
VOD DVD - Bandes Annonces : 4 février 2023
Star Trek - Strange New Worlds : Jonathan Frakes et son travail (...)
Swamp Thing : James Mangold pour réaliser le film DCU (...)