Avatar : L’influence du film sur l’industrie cinématographique hollywoodienne

Date : 23 / 09 / 2022 à 13h00
Sources :

Collider


Troisième article destiné à la ressortie de Avatar aujourd’hui aux States (depuis mercredi 21 chez nous). Après que Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver, Michelle Rodriguez et Stephen Lang nous aient parlé de leur expérience de travail avec James Cameron sur le film de 2009 / 2010, après que les acteurs nous ont raconté ce qu’ils ont ressenti lors du visionnage du film il y a 12 ans de cela, laissons-les nous dire pourquoi il est important que les spectateurs aillent à nouveau voir le film ressorti en salles en 4K high-dynamic range.

C’est en fait lors d’une conférence de presse consacrée à cet évènement que le réalisateur et ses co-stars ont également parlé de l’influence du film sur les superproductions modernes, ce dont ils sont le plus fiers en ce qui concerne ce projet révolutionnaire et bien plus encore.

Jim, pourquoi avez-vous voulu ramener Avatar sur grand écran, et comment le public pourra-t-il le voir maintenant ?

CAMERON : La sortie du film remonte à 12 ans, donc si vous avez moins de 22 ou 23 ans, il est très peu probable que vous ayez vu le film au cinéma, ce qui, d’une certaine manière, signifie que vous ne l’avez pas vu. Nous avons écrit le film pour le grand écran, pour l’écran géant, en 3D. Et maintenant, nous l’avons remasterisé en 4K, en haute gamme dynamique, avec des sections à 48 images par seconde dans le film. Il est plus beau que jamais, même lors de sa sortie initiale. Une toute nouvelle génération de cinéphiles est en train de naître. Même s’ils aiment le film en streaming ou en Blu-ray, ou quelle que soit la manière dont ils l’ont vu, ils ne l’ont pas encore vu de la manière dont nous voulions qu’il soit vu. Nous avons regardé le film lorsque nous avons terminé le processus de remasterisation, et il nous a époustouflés. C’est difficile à dire avec un certain degré d’humilité, mais nous étions vraiment impressionnés par le rendu du film, par l’expérience physique du film. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de le partager avec des gens qui ne l’ont jamais vu au cinéma.

Jim, pourquoi pensez-vous que le film a été si populaire auprès du public à l’époque de sa sortie, et pourquoi pensez-vous que les mêmes choses résonnent aujourd’hui pour le public ?

CAMERON : Tout film est aussi bon que les personnes qui le composent, et [ce casting] a apporté son cœur et son âme à ce film, parfois de manière très différente. Les défis de Zoe étaient différents de ceux de Michelle, de ceux de Stephen, et ainsi de suite, mais les gens réagissent aux personnes. Dans ce cas particulier de Avatar, ils réagissent à des personnes qui font parfois trois mètres de haut, comme les personnages de Sam et de Zoe. Techniquement, Zoe fait 2 mètres dans le rôle de Neytiri.

SALDANA : Le top model ultime.

CAMERON : Exactement. Vous êtes dans un monde et ces personnages d’un autre monde. Certains d’entre vous ont joué ces personnages de l’au-delà avec de grands yeux [...]. Ça nous a fait sortir de nos problèmes quotidiens. Il nous a sortis de nos discours politiques quotidiens, du chaos et du désordre de la vie réelle. Il nous a emmenés dans un endroit où il y a des conflits, mais où il se passe aussi toutes sortes de choses importantes. Et tout cela à travers le prisme de la fantaisie et de la science-fiction. Quelle que soit la culture dans laquelle on se trouve, que ce soit en Chine, au Japon, en Europe ou en Amérique du Nord, cela n’a pas d’importance. Les gens voyaient une certaine universalité de leurs vies et de ces personnages à travers le prisme de la science-fiction. Et puis, c’était l’exécution physique. En raison de la finition du film, dès les premières minutes, les gens ont abandonné l’idée de comprendre comment c’était fait. Nous avons mélangé tellement de techniques que nous avons mis des années à développer, et ils se sont abandonnés à un sentiment d’immersion dans un monde et dans un fantasme.

On est prêt à se lancer dans une aventure fantastique si l’on peut s’identifier aux personnages principaux, et le personnage de Sam nous a entraînés dans ce voyage. Le personnage de Sigourney a défini le cadre et a fait en sorte que tout cela semble rationnel. Et le personnage de Stephen a fait en sorte que tout cela semble rationnel, d’une manière très différente et d’un point de vue très différent. Les gens ont trouvé des universaux de l’expérience humaine auxquels ils pouvaient s’identifier. De plus, quand nous sommes enfants, nous aimons la nature de manière innée. Nous aimons les animaux. Nous aimons être dans la nature. Au fur et à mesure que nos vies progressent, nous nous éloignons de plus en plus de la nature. La société dans son ensemble, partout dans le monde, souffre d’une sorte de déficit de la nature, à un certain degré. Le film nous ramène à cet émerveillement enfantin face, à sa grandeur, sa complexité et sa beauté.

Sigourney, dans quelle mesure saviez-vous à quoi votre personnage allait ressembler le premier jour, et quel impact cela a-t-il eu sur la façon dont vous avez joué le personnage ?

WEAVER : Je n’en étais qu’au début lorsque j’ai tourné le premier avatar de Grace [Augustin], je n’étais donc pas encore tout à fait entrée dans son être terrestre. Avec Jim, vous vous jetez à l’eau parce que vous savez que les meilleures personnes du monde sont en charge de chaque département, et vous pouvez être sûr que le processus ne vous laissera jamais tomber. Même si je n’avais pas les réponses à tout, mon défi, ce premier jour, était d’inventer mon avatar, qui est tellement plus grand et plus libre, qui ne fume pas et qui est une personne en contact avec le monde naturel d’une manière que le Dr Grace Augustine ne pourrait jamais être parce qu’elle est humaine. C’est une terrienne. Ce n’est pas sa planète. Il n’y a donc pas de limite à l’amusement que l’on peut avoir, en termes de défis qui se présentent à nous dans un film de Cameron. Vous ne vous dites jamais : "Mon travail est terminé." Ça n’arrive jamais. Vous vous dites : "Oh, mon Dieu, cette vague est terminée. Maintenant, je comprends que cette vague vient vers moi." Il y a toutes ces nouvelles choses auxquelles il faut penser.

Michelle, quelle est la scène que vous préférez regarder et que vous êtes impatiente de voir remasterisée parce que vous savez qu’elle sera superbe ?

RODRIGUEZ : Je dirais la cérémonie tribale à l’Arbre de vie, lorsqu’ils essaient de ramener le personnage de Sigourney à la vie. Il y a quelque chose de vraiment puissant dans ce moment, et il résonne en moi de manière si profonde. Il est si beau, naturel, ancien et spirituel. J’avais l’impression d’être sur Terre et d’assister à une cérémonie sous l’effet d’une sorte d’hallucinogène. C’est ma scène préférée.

Zoe, en quoi le film et son expérience vous ont-ils changé, en tant qu’actrice ?

SALDANA : Vous pouvez voir toutes les opportunités que le fait de faire partie de Avatar m’a données. J’ai pu me construire une carrière et un style de vie et subvenir aux besoins de ma famille [...]. En tant qu’artiste qui aime raconter des histoires, de manière inconditionnelle, cela m’a vraiment inculqué la discipline de creuser plus profondément et de créer une histoire pour un personnage. Pour comprendre où se trouve votre personnage, vous devez savoir d’où il vient, et c’est quelque chose que je pratique. Je n’ai pas de formation d’actrice, mais j’ai le sentiment que faire partie de Avatar a été mon Juilliard [école d’arts dramatique]. C’était mon cours à l’Université de New York, où j’ai vraiment pu jouer avec des gens qui souhaitaient sincèrement que je réussisse. C’était un environnement qui ressemblait beaucoup à une cour de récréation, et donc, j’étais très libre. J’ai pu essayer tellement de choses. Je me souviens de Jim disant, tant de fois, "Il n’y a pas d’erreur." Il faut juste essayer, et si on n’aime pas, au moins on a essayé. Je l’entendais aussi dire à d’autres personnes : "Si je vous attaque parce que quelque chose ne marche pas, et que vous m’attaquez avec une histoire à la con, vous feriez mieux de me dire : « Je ne sais pas ce qui s’est passé, monsieur »." Je me souviens de ça. Je me souviens avoir dit : "N’ayez jamais tout à dire. Quand on ne sait pas, on ne sait tout simplement pas, et il faut continuer à chercher." C’est définitivement quelque chose que je mets en pratique dans ma carrière. Et maintenant, en tant que mère, je peux transmettre certains de ces enseignements à mes enfants. Je ne sais pas s’ils l’assimilent, mais je vais continuer à essayer.

Stephen, les fans ont adopté votre personnage, Quaritch, depuis la sortie du film. Cela vous a-t-il surpris ?

LANG : Dans une certaine mesure, cela m’a surpris. Quand j’y réfléchis et que je pense aux raisons qui l’expliquent, cela devient peut-être un peu moins surprenant. En jouant Quaritch, nous connaissons sa fonction dans le scénario. Nous savons que c’est le méchant. En tant qu’acteur, cela ne vous aide pas particulièrement. Ce qui m’aide vraiment, c’est de trouver les qualités qui l’ont amené à cette position de leader qu’il occupe lorsque nous le rencontrons, c’est-à-dire que c’est un commandant très compétent. Il inspire la loyauté. Il montre l’exemple. Son courage est probablement incontesté. L’homme a beaucoup de qualités positives. Il a juste un petit problème pour s’adapter à cette planète. De plus, nous, en tant que peuple, et je parle spécifiquement des Américains, sommes un peuple très agressif et orienté vers une mission. Plusieurs fois, des gens sont venus me voir et m’ont dit : "Vous savez, je suis vraiment derrière Quaritch. Je suis vraiment dans son équipe." Et je me dis toujours, "Vraiment ? Je ne veux pas te connaître." Ce sont les qualités positives auxquelles les gens réagissent chez les leaders, quelle que soit leur position morale. Nous en voyons beaucoup de preuves dans notre récent climat politique aux États-Unis.

Sam, pourquoi pensez-vous que le public est encore si émotionnellement attaché à Avatar ?

WORTHINGTON : C’est l’histoire d’un jeune homme qui est allé sur une autre planète, et il cherchait quelque chose. Il cherchait à s’intégrer, et il l’a trouvé dans une autre culture dont il ne connaissait pas grand-chose. Personnellement, je pense que ce sentiment d’appartenance est présent chez chacun d’entre nous. Nous sommes tous à la recherche de notre propre petit clan, de notre propre clique, de notre propre groupe de personnes qui peuvent nous réconforter, nous donner confiance et dont nous pouvons apprendre. Il y a quelque chose là-dedans, c’est très intéressant. Je ne pense pas que ce soit un thème qui a été martelé. Je pense simplement que c’est un sentiment subconscient que nous avons peut-être tous reçu, globalement, en regardant le film. C’est ce sentiment de vouloir appartenir à quelque chose.

Jim, dans les années qui ont suivi la sortie de Avatar, devenu le plus grand film de tous les temps, quelle est, selon vous, l’influence la plus importante de ce film sur les superproductions modernes ?

CAMERON : C’est intéressant. Avatar n’était certainement pas le premier film à utiliser des effets générés par ordinateur. Il s’agit d’une vague de tendances, depuis avant Avatar, en passant par Avatar, et au-delà. Je dirais que la 3D a été adoptée, en général, pendant un certain temps. Avatar a remporté le prix de la meilleure photographie avec une caméra numérique 3D. Aucune caméra numérique n’avait jamais remporté l’Oscar de la meilleure photographie auparavant, et deux des trois années suivantes, les mêmes caméras ont été utilisées par les directeurs de la photographie qui ont remporté les Oscars. Vous avez donc trois années sur quatre où la cinématographie numérique a été adoptée par l’Académie et trois des quatre lauréats de ces Oscars étaient en 3D. Maintenant, la 3D semble, pour la plupart des gens, être terminée, mais ce n’est pas vraiment le cas. Elle a simplement été acceptée. Elle fait désormais partie des choix qui s’offrent à vous lorsque vous allez au cinéma pour voir un grand film à succès. Vous pouvez choisir de le voir en 2D ou en 3D, en général, de nos jours. Je compare cela à la couleur. Lorsque la couleur est apparue, c’était une grande affaire. Les gens allaient voir des films parce qu’ils étaient en couleur. À l’époque de Avatar, les gens allaient voir des films parce qu’ils étaient en 3D. Aujourd’hui, personne ne va aller voir un film parce qu’il est en 3D. Ce sont tous les autres facteurs qui nous permettent de choisir un film. Cela a eu un impact sur la façon dont les films étaient présentés, c’est maintenant accepté et fait partie de l’esprit du temps et de la façon de faire. Pour ce qui est de l’impact culturel à long terme, je suppose que nous le découvrirons si les gens viennent voir Avatar 2.

Qu’est-ce qui rend chacun d’entre vous fier d’avoir participé à ce film ?

LANG : Je suis fier de faire partie d’une équipe de personnes aussi talentueuses, créatives et généreuses. Au fil des années où nous avons été ensemble, séparés et réunis, nous avons réussi à maintenir un sentiment de collégialité et de progrès entre nous. Cet esprit d’équipe est quelque chose dont je suis très heureux et gratifié de faire partie, et je suis tout simplement fier de faire partie de l’équipe.

RODRIGUEZ : Je ne pense pas que quelqu’un ait jamais pris le temps, l’effort et le soin de mettre autant d’amour derrière quelque chose, ou de mettre autant d’esprit et d’attention sur quelque chose qui n’est pas autant valorisé par la société, dans le monde, ou par la narration, en général. J’ai l’impression que la décision de Jim de raconter cette histoire est une décision de montrer de l’amour et du respect pour la vie, et c’est rare. Je suis très fier d’y avoir participé, car j’ai l’impression qu’on ne le fait pas assez. Le fait qu’il ait eu un tel impact en dit long. Vous vous demandez d’où vient le box-office [...]. Vous dites quelque chose de beau, et vous montrez de l’amour et du respect pour quelque chose de beau, qui n’est pas souvent montré avec de l’amour et du respect. Il y a une sécheresse dehors, et il a ajouté de l’eau. Je suis fière d’en faire partie.

WORTHINGTON : Jim est le meilleur, mec. Je suis fier qu’il soit mon ami.

WEAVER : Jim est un scientifique. C’est peut-être le premier amour de son cœur. Je suis fière d’avoir pu jouer le rôle du Dr Augustine, qui est une scientifique et une femme scientifique. Jim a donné au monde, au public et certainement à mon personnage tout cet univers de flore et de faune nouvelles, en le prenant tellement au sérieux. Les Na’vi ont leur propre langue. Même les choses qui semblent impossibles, comme les montagnes flottantes, ont un fondement scientifique. J’étais très fier de faire partie de cette science, afin de ne pas abrutir quelque chose pour le grand public. En fait, vous les élevez. Vous leur donnez de nouvelles façons de penser aux choses. Si je peux aussi inspirer plus de filles à devenir des femmes scientifiques [...], alors j’aurai racheté quelque chose.

SALDANA : Je suis surtout fière d’avoir eu l’occasion d’appartenir à un groupe de personnes avec lesquelles j’ai le sentiment d’avoir tant de choses en commun. C’est ce genre de signification que vous recherchez parce que vous croyez profondément en certaines choses et que vous voulez être mise au défi. Vous savez que vous avez tout ce qu’il faut pour vous battre, apprendre et grandir parce que vous êtes curieux. Et puis, vous rencontrez l’ultime personne curieuse en Jim, et il s’étend, il partage, et il est curieux. Ce n’est pas un élitiste. Vous pouvez être un artiste. On m’a donné une opportunité, et je pense honnêtement que je l’ai saisie. Et ensuite, pour être capable de revenir à cette opportunité, c’est comme si c’était un cadeau qui continue à donner. Tant de mes pairs, dans cette ville où j’ai eu la chance de vivre et de construire ma vie, n’ont pas cette opportunité. Je suis vraiment reconnaissant d’avoir pu, au cours de ma précieuse vie, non seulement gagner ma vie avec quelque chose que j’aime vraiment, mais aussi de l’avoir fait de la manière la plus impensable et la plus souhaitable. J’ai pu vraiment grandir grâce à cela, non seulement en tant qu’artiste, mais aussi en tant que personne. Maintenant que je suis mère, j’enseigne à mes enfants, qui n’ont pas vécu cette grande partie de ma vie. Je dois leur transmettre cela, pour qu’ils puissent grandir dans une réalité complètement différente de celle dans laquelle j’ai grandi. Avatar est une histoire très spéciale. C’est la preuve que, lorsque l’on croit vraiment en quelque chose et que l’on accepte le fait d’être une exception, cela porte ses fruits, 10 fois sur 10. Quand on y croit, on y met tout ce qu’on a.

CAMERON : En regardant en arrière, 12 ans plus tard, je suis le plus fier, d’une manière générale, de l’équipe. Il y a la beauté qui a été créée par les artistes, les concepteurs, et tous les gens qui ont construit le monde dans tous ses détails, avec toutes les créatures qu’il contient, chaque brin d’herbe, et la beauté qu’ils ont été capables de créer. Même lorsque cette beauté était effrayante, comme les loups vipères et les Thanator, je pense toujours qu’elle est belle et qu’elle fait partie de la majesté de la nature. Il y a aussi la beauté humaine qui a été créée par les acteurs, qui avaient cette incroyable capacité à jouer, à créer, à devenir des personnes, et à le faire sous différentes formes. Zoe n’avait rien d’autre pour jouer que des éléments de décor gris, et parfois juste une boîte peinte en gris ou un morceau de tuyau auquel s’accrocher, et elle a créé un monde dans son imagination, avec l’amour, la beauté et la férocité qui émanaient d’elle. Je regarde le travail de chacun et je suis tellement reconnaissant d’avoir eu l’occasion de travailler avec ces personnes extraordinaires. C’est pourquoi je me suis empressé d’écrire un autre et un autre et un autre Avatar. Je voulais simplement continuer avec cette famille, qui a été une si grande expérience.


Avatar est Copyright © Twentieth Century Fox et Lightstorm Entertainment Tous droits réservés. Avatar, ses personnages et photos de production sont la propriété de Twentieth Century Fox et Lightstorm Entertainment.



 Charte des commentaires 


Avatar - La Voie de l’eau : James Cameron inquiet que le (...)
Avatar : L’influence du film sur l’industrie (...)
Avatar : La réaction des acteurs quand ils ont vu le film pour la (...)
Avatar : Les meilleurs souvenirs sur les plateaux de tournage du (...)
Avatar : Comment étendre une franchise à travers 4 suites, Mr Jon (...)
See : Critique 3.07 God Thunder
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Et il est où (...)
Titans : Trois nouveaux super-vilains pour la série DC de HBO (...)
El Muerto : Jonás Cuarón pour réaliser le film Marvel de (...)
Entretien avec un vampire : Comment on fait pour trouver ses (...)
Une femme iranienne : La critique
Frasier : Le revival officiellement sur les ondes
La Nonne : Taissa Farmiga de retour dans le Conjuring (...)
The Never Game : Mary McDonnell pour le pilote CBS
Cinéma - Bandes Annonces : 7 octobre 2022