Avatar : Comment étendre une franchise à travers 4 suites, Mr Jon Landau ?

Date : 14 / 09 / 2022 à 14h00
Sources :

Collider et Disney via CBM


Jon Landau, le producteur acolyte de James Cameron sur les films Avatar, a expliqué comment lui et le réalisateur ont procédé pour étendre l’univers des films centrés sur Pandora. C’est à Tiffany Raddish de Collider que le producteur a fait ces révélations alors le 2e film, La Voie de l’eau, débarque sur nos écrans en décembre prochain, et que Cameron a annoncé avoir (re)lancé la production sur le 4e film.

Après la présentation d’un tout nouveau concept-art en 3D sur le film Avatar - La Voie de l’eau [à voir à la toute fin de cet article] à la D23 du week-end dernier, le producteur Landau a discuté avec Raddish de la pression qu’ils se sont imposée pour développer ce monde, comment cette histoire a finalement évolué en quatre suites, la préparation des acteurs pour ce qui sera exigé d’eux, la promesse qu’ils ont faite aux acteurs concernant leurs performances, et combien il est excitant d’être si en avance sur la technologie qu’ils ont dû s’arrêter et nommer certaines des choses qu’ils font.

Le public attend de nouveaux films Avatar depuis longtemps, et vous vivez dans ce monde et en parlez depuis longtemps, et maintenant La Voie de l’eau sort enfin bientôt [le 14 décembre en France]. Qu’est-ce que cela vous fait ?

Nous faisons des films pour les partager et les faire voir aux gens. Ici, à la D23, c’était notre première occasion de partager du matériel, et c’était une expérience incroyable et enrichissante. Alors que tout le monde regardait l’écran, je me suis retrouvé à regarder le public, et la partie la plus gratifiante était de les voir réagir lorsqu’ils plongeaient sous l’eau. Nous faisons des films pour que les gens les voient, et à notre époque, pourquoi les gens vont-ils au cinéma ? C’est pour s’évader, et il n’y a pas de meilleur endroit pour s’évader que Pandora.

Du premier film à ces suites, était-ce un défi encore plus grand qu’avant ?

Ça a été un plus grand défi. Nous nous sommes imposés un défi, sur la portée et l’échelle des histoires de personnages que nous voulons raconter. C’est une pression sur nous, pour continuer à l’étendre. Nos films sont axés sur les thèmes que nous abordons et les histoires, et sur la recherche d’un voyage que les gens voudraient faire à travers quatre films. Nous pensons y être parvenus, et nous sommes impatients de le partager.

Saviez-vous, dès le début, que vous auriez besoin d’autant de films ? Avez-vous jamais pensé qu’il n’y aurait qu’un seul film, ou avez-vous toujours su qu’il vous faudrait plus de films pour raconter cette histoire ?

Si je dois être honnête avec vous, notre plan était de faire trois suites, et nous avons engagé trois équipes de scénaristes pour travailler avec James Cameron sur celles-ci. Finalement, il y avait plus d’histoires à raconter, et nous avons décidé de la diviser en quatre films. Nos acteurs l’ont accepté, car nous ne l’aurions pas fait sans eux. Ils savent maintenant où vont leurs personnages, dans ces quatre films.

Que faites-vous pour préparer les acteurs à ce qui les attend avec un tel projet ? Les acteurs qui reviennent du premier film ont une meilleure idée de tout cela, mais comment préparer les nouveaux acteurs ?

Les acteurs qui reviennent savent un peu de choses, mais nous allons dans de nouveaux endroits, donc nous avons dû les former à des compétences différentes, cette fois-ci. Ce que nous essayons de faire, c’est de partager avec eux une partie du concept art, afin qu’ils puissent comprendre le monde et les créatures. Nous les faisons travailler avec un linguiste, Paul Frommer, qui a écrit la langue Na’vi. Nous voulons que ce soit authentique. Les gens peuvent considérer le monde de Avatar comme de la science-fiction, mais pour nous, c’est de la science factuelle. Nous voulons que les acteurs s’approprient cette réalité et se sentent à l’aise dans ce monde, afin de créer les performances les plus honnêtes et les plus vraies.

De quoi êtes-vous le plus fier, s’agissant de ce que vous avez pu faire avec tout cela et de ce que vous allez faire ?

C’est la deuxième chose après mes deux enfants. En ce qui concerne les films, ce dont je suis le plus fier, c’est que nous nous sommes engagés auprès de nos acteurs à ce que, lorsqu’ils verraient leurs personnages de Na’vi et d’Avatar à l’écran, ils voient leurs performances dans ces personnages. C’était une promesse que nous avions faite avant le premier film, et nous l’avons refaite pour le deuxième film. Chaque fois qu’ils voient les images, leur réaction est de dire : "C’est moi sur l’écran." C’est la promesse qu’on leur a faite.

Qu’est-ce que cela fait, en tant que cinéastes, d’être dans une position où vous voulez faire quelque chose avant même qu’il soit vraiment possible de le faire, et vous devez essentiellement inventer et ouvrir la voie ?

Pour moi, cette idée d’essayer de faire quelque chose avant que cela n’ait été fait est ce qui me fait sortir du lit, chaque jour. C’est terrifiant, et c’est excitant. Je dis aux gens, "Vous voulez être en avance sur la vague. Vous voulez être l’impulsion qui pousse la technologie à vous permettre de raconter des histoires d’une manière que vous ne pouviez pas le faire auparavant". C’est ce que nous essayons de faire avec Avatar, et je suis très reconnaissant d’avoir trouvé un groupe de personnes dont nous pouvons nous entourer. Je me tiens sur les épaules de centaines d’autres personnes qui relèvent ce même défi, mais qui peuvent faire leur travail bien mieux que je ne pourrais jamais le faire.

Chaque fois qu’on a l’impression que tout a déjà été fait, il y a toujours de nouvelles façons de pousser les choses encore plus loin, ce qui est assez incroyable.

Il y a encore du chemin à parcourir. Il y a des jours, vraiment, où nous avons dû nous arrêter et nommer quelque chose que nous avons fait parce que ça n’avait jamais été fait avant, et si nous ne le nommions pas, nous ne pourrions pas y revenir. C’est comme, "Ok, nous aimons ça. On lui donne un nom et on passe à autre chose". Et puis, un mois plus tard, quand nous devons le refaire, nous avons un nom pour le faire, donc nous pouvons y revenir.

C’est vraiment cool. C’est comme la gymnastique cinématographique. Quand un gymnaste fait un nouveau mouvement, ils lui donnent son nom.

Exactement ! C’est un nouveau mouvement.

Et à l’occasion de la ressortie du film Avatar de 2009 au cinéma aux States, vous pouvez également en admirer ci-dessous 2 nouvelles affiches.



Avatar est Copyright © Twentieth Century Fox et Lightstorm Entertainment Tous droits réservés. Avatar, ses personnages et photos de production sont la propriété de Twentieth Century Fox et Lightstorm Entertainment.



 Charte des commentaires 


Avatar - La Voie de l’eau : Les affiches personnages
Avatar - La Voie de l’eau : Une nouvelle impressionnante (...)
Avatar - The High Ground : Une idée pour Avatar 2 abandonnée (...)
Avatar La Voie de l’Eau : La nouvelle bande annonce
Avatar 4 : Un premier act bouclé selon Jon Landau
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Annonce de (...)
Mercredi : La série Famille Addams de Netflix plus forte que (...)
The Boys : Rosemarie Dewitt en renfort pour la saison (...)
Les bonnes étoiles : La critique
PIFFF 2022 : Son histoire en BA
Knock at the Cabin : L’affiche du prochain M. Night (...)
Prime Video - Bandes annonces : 4 décembre 2022
Monster of the Week : La critique des 6 nouveaux cadres (...)
Netflix - Bandes annonces : 4 décembre 2022
Le Chat Potté 2 - la dernière quête : La critique