As Tears Go By - Ainsi vont les larmes : La critique

Date : 29 / 06 / 2022 à 09h30
Sources :

Unification


AS TEARS GO BY - AINSI VONT LES LARMES

- Date de reprise : 29/06/2022
- Titre original : Wong gok ka moon
- Durée du film : 1 h 40
- Réalisateur : Wong Kar-Wai
- Scénaristes : Wong Kar-Wai, Jeff Lau
- Interprètes : Maggie Cheung Man-Yuk , Andy Lau, Jacky Cheung, Kau Lam, Alex Man, Ronald Wong, William Chang, To-hoi Kong

LA CRITIQUE

Sorti en 1988, c’est grâce à une très belle restauration que l’on peut voir le premier long métrage de Wong Kar-Wai, As Tears Go By - Ainsi vont les larmes, à nouveau en salle.

Avec ce premier essai derrière la caméra, on découvre tout ce qui fera les caractéristiques d’un très grand réalisateur, reconnu à l’international, mais qui mettra de nombreuses années avant de proposer une nouvelle œuvre à Hong Kong dont les recettes dépasseront celle de sa première.

Le scénario de Wong Kar-Wai et de Jeff Lau, qui n’est pas sans rappeler Mean streets, de Martin Scorsese, présente un petit gangster devant sans cesse protéger son ami, qui est aussi son homme de main ayant du mal à respecter les règles de la mafia locale, alors qu’il tombe amoureux de sa cousine, ce qui lui offre une porte de sortie vers une vie plus normale.

Le film de Wong Kar-Wai repose sur un formidable trio de comédiens au début de leur carrière et qui deviendront par la suite extrêmement connus dans leur pays, et souvent aussi à l’étranger. On retrouvera d’ailleurs le duo d’amoureux dans l’œuvre majeure du réalisateur, In the Mood for Love.

Andy Lau est impressionnant en jeune mafioso vivant de recouvrements de dettes et autres activités illicites. Il apporte une dimension imposante à son personnage tiraillé entre les membres de sa famille de cœur. Maggie Cheung Man-Yuk est magnifique en jeune femme menant une vie simple. Les deux comédiens sont vraiment crédibles en amoureux. Jacky Cheung est superbe en jeune gangster dérapant sans arrêt. Il forme un excellent duo avec Andy Lau qui essaye de le protéger contre lui-même.

La mise en scène est vraiment remarquable. L’audace des cadrages, la colorimétrie des images, les travellings utilisés et les choix aussi bien techniques qu’artistiques sont non seulement toujours aussi impressionnants à voir aujourd’hui, mais extrêmement avant-gardistes à l’époque où ils ont été mis en place.

Les scènes d’action sont spectaculaires, même si elles s’éloignent de celles que proposait un certain John Woo à l’époque. La photographie d’Andrew Lau, qui passera lui-même derrière la caméra après, est vraiment bonne. Elle permet de s’immerger avec aisance en plein milieu de cette mégalopole ayant à l’époque un statut particulier, car étant une colonie britannique jusqu’à sa rétrocession 1997.

Le film a non seulement un charme lié au récit qu’il conte, mais aussi grâce à cette plongée dans l’histoire récente qu’il permet de se remémorer. Il faut, de plus, signaler que la scène centrale de la retrouvaille entre les deux amoureux est vraiment impressionnante et reste longtemps en mémoire.

As Tears Go By - Ainsi vont les larmes est un très bon film préfigurant les obsessions et les qualités cinématographiques d’un grand cinéaste qui sait avec brio narrer des histoires d’amour impossibles. Avec une histoire simple et efficace, une mise en scène fourmillant d’inventivité et un trio de comédiens captivants, si vous n’avez jamais eu l’occasion de découvrir cette première œuvre, n’hésitez pas à aller la voir en salle pour apprécier au mieux sa superbe restauration.

Impressionnant et fondateur.

SYNOPSIS

Petit gangster de Hong-Kong, Wah se partage entre son boulot habituel, le recouvrement de dettes, et la nécessité de protéger son acolyte, Fly, à la conduite problématique : celui-ci ne cesse d’emprunter de l’argent qu’il ne peut jamais rembourser. Mais cette vie, déjà̀ passablement déréglée, est bouleversée quand Wah doit héberger sa jolie cousine, Ngor, qui vit loin de la ville, sur l’île de Lantau. Wah entame alors un épuisant va-et-vient entre son amour naissant pour Ngor, mirage d’une vie paisible, et sa fidélité́ à son « frère » de gang, Fly, tabassé à répétition par les hommes de main d’un autre gangster, Tony. Wah devra choisir sa destinée.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Photographie : Andrew Lau
- Montage : Pi Tak Cheong
- Musique : Ting Yat Chung, Teddy Robin Kwan
- Décors : William Chang
- Producteur : Patrick Tam pour In-Gear Film Production
- Distributeur : The Jokers / Les Bookmakers, The Jokers / Les Bookmakers

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

GALERIE PHOTOS

As Tears Go By - Ainsi vont les larmes



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Nope : La critique
One Piece Red : La critique
Dodo : La critique
Bullet Train : La critique
L’année du requin : La critique
CSI - Vegas : Un nouveau duo de médecins légistes pour la saison (...)
Les Terres de Matnak : Un jeu de Rôle Mystic-Fantasy
Cinéma - Bandes Annonces : 9 août 2022
Locke & Key : Critique de la saison 3
Westworld : Critique 4.07 Metanoia
She-Hulk - Avocate : Comment on fait pour devenir une Hulk, Miss (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Peter Jackson (...)
The Exorcist : La trilogie de Blumhouse fait appel à Ann (...)
Jane : La vie de Philip K. Dick par Charlize Theron et Alfonso (...)
Sex Education : Un nouveau départ et un retour confirmés pour la (...)