Jurassic World - Le Monde d’après : Le combat contre les dinosaures selon DeWanda Wise

Date : 14 / 06 / 2022 à 13h00
Sources :

SYFY WIRE


DeWanda Wise, la nouvelle recrue de la franchise Jurassic World, raconte comment elle s’est liée avec ses co-stars Chris Pratt et Sam Neill dans Le Monde d’après, le film sorti ces derniers jours dans nos salles...

Dans son rôle d’une ancienne pilote de l’armée de l’air qui loue son avion aux plus offrants dénommée Kayla Watts, l’actrice parvient à nous faire oublier les dinosaures. Wise admet qu’elle n’a regardé que récemment les films Jurassic parce que sa mère ne pensait pas qu’elle pouvait les supporter quand elle était petite. Dans le nouveau film, Wise prouve qu’elle peut tout supporter, des avions qui s’écrasent aux dinosaures sur la glace, et même Jeff Goldblum dans son rôle du Dr Ian Malcolm. En travaillant aux côtés de l’ancienne équipe de Jurassic Park et de la nouvelle équipe de Jurassic World, Wise a choisi le bon blockbuster pour obtenir ce qui équivaut à un cours magistral d’interprétation de franchise d’action.

SYFY WIRE a rencontré l’actrice pour connaître ses impressions sur la façon dont elle a gagné ses galons de combattante de dinosaure au sein du casting de Jurassic World - Le Monde d’après.

Vous avez mentionné récemment que Chris Pratt et vous avez été les premiers acteurs appelés à reprendre le travail après les fermetures du COVID, et que Pratt est devenu votre mentor personnel en matière de films d’action. Son parcours professionnel vous a-t-il inspiré pour créer des liens ?

Oui ! N’oublions pas qu’il est une star du cinéma d’action depuis quelques années maintenant, mais il a fait un pivot très réel et substantiel, qui me reflète absolument. Et il n’y avait aucune preuve que je devais être une action star dans ce film. Mais nous avons beaucoup de points communs à bien des égards, dans notre éducation et dans nos trajectoires de carrière. Pendant nos deux premières semaines, la première séquence que nous avons tournée était sur la glace. À bien des égards, c’était un moment très important pour ma scène. C’était le tournant de Kayla, émotionnellement, où elle admet un moment de regret, sans donner trop de spoilers. Et c’était le premier jour !

Qu’avez-vous observé chez Pratt lorsqu’il est en mode action ?

La compétence technique de Pratt en matière de cascades et sa compréhension de la manière de les réussir. Surtout lorsqu’il s’agit de quelque chose de technique, mais aussi lorsqu’il s’agit de s’assurer que la caméra capte ce que vous voulez qu’elle capte. Je veux dire, il est inégalé. Je ne plaisante pas. Il pourrait vraiment donner un cours sur le sujet. Il n’a peut-être pas d’ambitions de réalisateur dans son avenir, mais il devrait. C’est juste mon avis personnel sur Chris Pratt. C’était un vrai cadeau, et honnêtement, un véritable acte de générosité, car n’importe quel autre acteur aurait pu se contenter de dire : "Bonne chance, petite. Bienvenue sur la glace !" Je ne le prends pas pour acquis.

Quelle a été la suite de votre programme de tournage et a-t-elle été tout aussi mémorable ?

Tout de suite après, nous avons commencé à travailler sur le moment du cockpit. Et c’est là que j’aime à croire que j’ai gagné le plein respect de Chris, car une grande partie de cette séquence a été fortement improvisée. Colin [Trevorrow] et moi collaborions vraiment sur Kayla et nous assurions que nous avions ses bases. Mais il y a eu un moment, c’était le premier jeudi où je travaillais, et Colin m’a dit : "Très bien maintenant, dis ce que tu veux". C’était juste un tournage rapide. Je me souviens l’avoir terminé, et après avoir fait peut-être cinq prises de trucs inventés à la suite, j’ai regardé et Pratt m’a dit : "Tu es drôle".

Parlons du travail avec les acteurs originaux, en particulier Jeff Goldblum. C’est le roi de l’impro [...]. Avez-vous vécu un moment de quintessence avec Goldblum dans votre personnage ?

C’est Jeff qui mange des cacahuètes dans le troisième acte du film. C’est le moment du film où tout le monde devrait fuir pour sauver sa peau, non ? L’endroit est en feu. Tout s’effondre. On élabore un plan. Et je regarde Ian Malcolm qui me dit : "J’ai besoin d’un petit encas". Oh, mon Dieu. Ça m’a presque fait sortir à chaque fois. Je me disais : "Il fait vraiment ce choix". Mais aussi, pratiquement, ouais, quand avons-nous vu ces personnages manger ? Il a trouvé des cacahuètes. Il a besoin d’un petit encas en ce moment.

Comme c’était la première production à revenir après le confinement, vous avez tous vécu dans le même hôtel comme une bulle de production. Avez-vous eu des moments où, vivant parmi ces gens, vous vous êtes arrêtés pour réfléchir à la folle réalité de la réalisation de ce film ?

Eh bien, il y avait beaucoup de "parents" impliqués. Chris et moi étions les premiers, et Colin revenait [à l’hôtel] en se vantant du bon travail que je faisais. Et je me disais, "J’ai intérêt à être bonne dans ce film parce que c’est tellement embarrassant". Tout le monde disait : "Colin dit que tu déchires". Et moi, je me disais : "Pas de pression. PAS de pression". Ça me rendait si nerveuse. Je ne pense pas l’avoir dit à Colin encore. Mais comme, je suis un introverti. J’aime juste faire mon travail et rentrer à la maison, donc être forcée d’être là, c’est tout à l’honneur de Colin.

Et puis certains acteurs regardaient plus les rushes. Certains ont mieux compris le processus que d’autres. Mais c’était vraiment une occasion pour nous tous d’être vraiment enthousiasmés par le travail auquel nous ne participions même pas. Dichen [Lachman] et moi n’avons pas vraiment de scènes ensemble, mais je sais ce qui se passe avec elle. Je sais comment s’est passée sa journée. Je sais comment se passait la journée de Scott Haze. Je sais qu’il a réussi une séquence d’action parce que j’ai pu en voir des séquences et je sais qui il est en tant que personne maintenant parce que nous vivions tous ensemble. C’est ce niveau de cohésion et de moral pendant le tournage. Savoir que nous faisions tous partie de quelque chose de vraiment spécial, et que tout le monde était enthousiaste à ce sujet, était vraiment, vraiment remarquable.

Jurassic World - Le Monde d’après est en salles depuis le jour de grâce du 8 juin.


Jurassic World est Copyright © Universal Pictures et Amblin Entertainment
Tous droits réservés. Jurassic World, ses personnages et photos de production sont la propriété de Universal Pictures et Amblin Entertainment.



 Charte des commentaires 


Jurassic World - Le Monde d’après : Le combat contre les (...)
Jurassic World - Le Monde d’après : Vingt ans d’écart (...)
Jurassic World - Le monde d’Après : Les affiches (...)
Jurassic World - Le monde d’après : La seconde bande (...)
Jurassic World - Le monde d’après : La nouvelle (...)
Black Adam : Pourquoi s’être éloigné du plan initial avec (...)
For All Mankind : Une frustration voulue par les showrunners (...)
Superman & Lois : Départ de Jordan Elsass de la série DC de (...)
Stranger Things : Pas de nouveaux personnages pour la saison (...)
The Continental : La série John Wick réserve une chambre chez (...)
Invitation to a Bonfire : Tatiana Maslany de retour sur (...)
Dota : Dragon’s Blood : Critique du volume 3
Leila et ses frères : La critique
Kung Fu Panda : Un 4e film programmé pour 2024 !
Hunger Games - The Ballad Of Songbirds And Snakes : Viola Davis (...)