The Orville - New Horizons : Des histoires épiques et d’énormes caméos

Date : 03 / 06 / 2022 à 13h45
Sources :

Trek Movie


Trek Movie a rencontré les scénaristes et producteurs délégués Brannon Braga et David Goodman et ces derniers nous parlent de la saison 3 de The Orville sous-titrée pour l’occasion New Horizons. Les 2 vétérans de TNG, ainsi que le réalisateur Jon Cassar, évoquent une échelle épique de la série et annoncent d’énormes caméos. Ils font également le point sur le statu de la série.

Spoiler Alert ! Certains épisodes de la série ont été dévoilés aux médias avant l’interview, ce qui explique la présence de certains spoilers mineurs ci-dessous.

David, dans votre dernière interview pour Trek Movie, vous avez dit que vous aviez atteint un certain nombre d’objectifs pour la série au cours de la deuxième saison. Alors, quels étaient les grands objectifs de la saison 3 ?

Goodman : C’étaient les objectifs de Seth [MacFarlane, le créateur de la série], et je pense que l’un d’entre eux était de passer au streaming. C’est lui qui a décidé de passer à Hulu et il voulait continuer à intensifier la narration épique. Et c’est ce que nous avons fait dans la saison 3. Les épisodes ont une portée plus épique. Nous construisons notre univers, mais nous restons concentrés sur nos personnages. Nous avions donc ces objectifs, mais nous continuons à raconter les histoires que les fans de The Orville attendent, tout en profitant du fait que nous sommes sur un streamer et qu’un épisode peut maintenant durer une heure, voire une heure et demie, pour laisser respirer ces histoires que nous brisons et les laisser aller vers leurs conclusions naturelles. Et donc c’était probablement le plus grand objectif. C’était un objectif créatif, et nous l’avons absolument atteint.

Les épisodes peuvent donc durer jusqu’à une heure et demie et vous n’avez plus besoin de les faire en deux parties ?

Braga : C’est exact. Je crois que l’un d’entre eux dure jusqu’à une heure et vingt-cinq minutes. En fait, je n’y avais pas pensé, mais c’est une excellente observation qu’il n’y a plus de deux parties maintenant. Ce sont tous des épisodes de quatre-vingt à quatre-vingt-dix minutes.

Cassar : Si vous additionnez toutes les durées, c’est l’équivalent de 16 épisodes.

Quelles autres opportunités le passage à Hulu vous offre-t-il ?

Cassar : De mon côté, le temps seul est énorme. Ce n’est pas seulement le fait de pouvoir faire un épisode d’une heure et vingt minutes, cela signifie aussi que visuellement, vous êtes dans un espace différent de la façon dont vous tournez une série. Parce que pour un film, c’est la même chose. Un long métrage peut durer une heure et demie, deux heures ou trois heures, selon l’histoire. Mais ce qui est génial avec les longs métrages, qui sont si différents de la télévision, c’est qu’ils ont ce temps visuel entre les scènes. Ils ont donc le temps de faire ce que nous appelons du "cuir de chaussure", c’est-à-dire de raconter visuellement l’histoire.

Et dans notre cas, nous l’utilisons lorsque nous allons sur une nouvelle planète. Avant, il n’y avait qu’un ou deux plans qui arrivaient. Maintenant, il y en a cinq ou six et vous pouvez vraiment voir à quoi ressemble cette planète. C’est la construction du monde. Cela signifie que même lorsque nous arrivons sur place, vous en voyez beaucoup plus qu’avant, car nous avons le temps de le faire maintenant. Et même si vous essayez de le faire dans certaines séries télévisées, les mots sont prioritaires. Ainsi, lorsque vous essayez d’atteindre la barre des 42 minutes, vous allez couper ce magnifique plan d’ensemble, mais pas les dialogues. Il y a donc une grande différence visuelle avec ce que vous allez voir, en raison de la liberté du temps.

Lorsque la série a débuté, elle s’est appuyée sur l’humour, étant même présentée comme une comédie de science-fiction. Cela a changé un peu dans la deuxième saison et il semble qu’elle évolue davantage dans la troisième saison pour être presque semblable à un épisode moyen de Next Gen. Alors, n’est-ce plus une comédie dramatique ?

Goodman : Je ne suis pas tout à fait d’accord, car nos personnages sont plus drôles que ceux de TNG. En comparaison avec les saisons précédentes de The Orville, je suis d’accord. Nous ne nous appuyons plus autant sur la comédie qu’avant. Mais cette série a toujours beaucoup plus de comédie que l’épisode standard de TNG. C’est parce que nos personnages sont plus imparfaits. D’une certaine manière, ils sont plus terre-à-terre. Ils sont naturellement moins héroïques que les personnages de TNG. Et donc les conflits dans lesquels ils s’engagent finissent par être parfois plus humoristiques. Je suis donc d’accord pour dire que nous ne nous penchons pas sur la comédie, mais ce n’est toujours pas une série de science-fiction standard. Nous avons toujours beaucoup de comédie de caractère, mais elle sort plus naturellement qu’avant.

Le premier épisode est un peu sombre, est-ce que cela varie beaucoup d’un épisode à l’autre, certains étant beaucoup plus légers ?

Goodman : Tout épisode où Gordon est au centre de l’histoire sera probablement plus drôle, mais en fait il y a certainement des moments avec tous nos personnages où nous sommes drôles. Mais ce ne sont peut-être pas les épisodes comiques complets que nous avions l’habitude d’avoir.

Braga : Il y a beaucoup de moments où l’on rit aux éclats dans cette saison. Et il y a des épisodes qui ont plus d’humour que d’autres. Le premier épisode de la saison aborde des sujets assez durs. Et nous sommes heureux d’avoir pu prendre notre temps pour le faire correctement. Mais dans cette série, la comédie n’a jamais nui au drame, car nous voulons que les enjeux soient réels. Il nous a fallu un certain temps pour trouver le ton et nous avons parcouru un long chemin depuis la première saison. Aujourd’hui, la série est davantage axée sur le drame, et cela a toujours été l’intention de Seth.

Avez-vous modifié votre équilibre en ce qui concerne la structure épisodique et la sérialisation pour la nouvelle saison ? Parce que le premier épisode a rattrapé certaines choses de la saison 2, par exemple. Mais l’accent est-il toujours mis sur la planète de la semaine ?

Goodman : Même si vous arrivez à The Orville - New Horizons et que vous n’avez jamais vu The Orville, vous pouvez regarder le premier épisode car il est important pour nous d’être clairs. Il ne s’agit pas d’une série complète dans ce sens. Vous pouvez regarder le premier épisode sans avoir jamais vu The Orville, comprendre ce qui se passe et ne pas vous sentir exclu. Ce ne sera donc jamais une série entièrement sérialisée. Dans une série entièrement sérialisée, vous ne pouvez pas regarder le premier épisode de la saison 3 sans avoir regardé tous les épisodes des saisons 1 et 2. Nous continuons donc à faire la planète de la semaine, mais nous mettons également en place des choses qui sont destinées aux fans qui ont regardé la série jusqu’au bout. C’est un équilibre.

Braga : Dans le cas du premier épisode, plus on avance dans la réalisation d’une série, si quelque chose d’important se produit, comme l’attaque de la Terre par les Kaylons, on ne veut pas l’ignorer. C’est arrivé et nous avons pris la décision de voir quelles étaient les répercussions de la présence d’Isaac sur le vaisseau. On ne peut pas ignorer ça. Il y a des choses dramatiques à exploiter ici.

Goodman : Mais nous avons inclus des flashbacks, donc si vous n’avez pas vu [l’épisode de la saison 2] "Identity", vous avez des personnages qui vous racontent ce qui s’est passé. Et en tant que spectateur, vous en faites l’expérience.

Maintenant que vous êtes sur Hulu, y a-t-il des choses que vous avez faites cette saison que vous avez toujours voulu faire, des choses qui ne pouvaient être faites qu’avec la liberté dont vous disposez maintenant ?

Braga : C’était excitant de faire éclater ces histoires - et nous ne pensions pas vraiment à l’impact sur Jon à ce moment-là [rires] - avec abandon. La liberté en termes de portée, mais c’est aussi une saison très émouvante. La série a toujours réussi à être assez émouvante par moments. Et nous nous soucions vraiment de ces personnages. Et nous pensons que le public en fera autant. C’est épique dans sa portée émotionnelle comme dans sa portée cinématographique.

Est-il juste de dire que le conflit entre les personnages est plus intense cette saison ?

Goodman : Je veux dire que les ramifications de l’attaque des Kaylon sur la Terre était quelque chose que nous voulions aborder. Cela a conduit, au moins dans les premiers épisodes, à des conflits de personnages très sérieux. Et nous voulions le traiter honnêtement. Je ne suis pas sûr que nous ayons jamais eu un événement traumatique comme celui-là dans la série, que nous voulions vraiment aborder. Je pense donc que cela a ajouté beaucoup de conflits dans ce premier épisode, qui n’étaient pas forcément présents dans la série auparavant.

Braga : Il est exacerbé. Comme nous le disions, tout est intensifié, à tous les niveaux. L’ajout du personnage de Charly [Anne Winters] est révélateur. Elle est là parce qu’elle a subi une perte traumatisante et qu’elle est en colère contre un Kaylon à bord. Cela va vous donner un conflit immédiat. C’est en partie la raison pour laquelle ce personnage a été créé par Seth.

Cassar : Vous avez tout de suite établi que les gens sur le vaisseau étaient polarisés. Tout le monde n’était pas d’accord. C’est ce qui a rendu la situation intéressante. Et encore une fois, probablement réaliste dans ce genre de scénario. Surtout avec un Kaylon toujours à bord.

Un autre élément central de la série a été le commentaire social. Avez-vous des indices sur les questions que vous pourriez traiter avec New Horizons ?

Goodman : Les Moclans finissent toujours par être la source de ce genre de commentaires. Ils sont représentatifs d’un tas de choses dont nous avons parlé au fil des ans, et ils le sont toujours. Il s’agit davantage d’utiliser les outils de notre boîte à outils et nos personnages, et quels sont les problèmes qui affectent nos personnages ? Et puis, nous pouvons nous lancer dans des histoires métaphoriques ou allégoriques qui pourraient aborder des questions d’actualité, mais je ne sais pas si nous allons spoiler tout cela.

En parlant de spoilers, y a-t-il une chance que nous ayons encore des caméos d’acteurs de Star Trek ?

Goodman : Laissez-moi réfléchir, je n’arrive pas à me souvenir. Nous avons beaucoup d’excellents caméos cette année. L’un d’entre eux, en particulier, n’est pas un caméo de Star Trek, mais les caméos sont une grande, grande partie de la série. Il y a des surprises amusantes dans ces épisodes.

Cassar : Nous avons un caméo important d’une grande franchise de science-fiction.

Vous parlez de Bruce Boxleitner de Babylon 5 ?

Cassar : Vous le savez parce que vous l’avez vu sur la photo publiée, donc ce n’est pas vraiment une surprise. [rires] Mais ce n’est pas le grand caméo dont nous parlons.

Goodman : C’est encore plus gros.

Cassar : Beaucoup plus grand.

Je sais que c’est un sujet difficile mais comment avez-vous géré la mort de Norm Macdonald ? A-t-il pu terminer son travail de voix pour la saison ?

Goodman : Norm l’a fait, il avait terminé son enregistrement. Évidemment, nous avons le cœur brisé par sa mort. C’était un honneur de pouvoir travailler avec lui. C’est l’un de mes héros comiques, un homme brillamment drôle, et c’était un plaisir de travailler avec lui dans la série. Il a tellement ajouté au personnage de Yaphit. S’il y a une saison 4, je ne sais pas comment on va s’y prendre, je vais être honnête.

Il y a eu quelques spéculations sur la saison 4. Quels sont, selon vous, les facteurs nécessaires pour qu’une autre saison soit possible ?

Goodman : Ok, alors laissez-moi juste sortir cette petite anecdote de mon cul. J’ai travaillé sur une série qui a été annulée deux fois. Ils disaient qu’elle ne reviendrait jamais. Mais le public l’a trouvée en DVD et trois ans plus tard, elle est revenue. Cette série était Family Guy. Toutes les séries peuvent revenir. Tout dépend du public. À l’époque, 20 Century Fox pensait que personne ne regardait la chaîne, ils l’ont annulée et les fans ont dit : "On en veut plus !". Et donc la compagnie a dit, "On va vous en donner plus." C’est une question de business. Donc si les fans et le public se montrent sur Hulu, il peut absolument y avoir une saison 4.

Juste pour être clair, la série n’est pas actuellement annulée.

Goodman : La série n’est absolument pas annulée.

Cassar : Absolument pas.

Goodman : Absolument pas. C’est définitif.

The Orville - New Horizons débute le jeudi 2 juin 2022 sur Hulu aux États-Unis mais sur Disney+ Star en France.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Orville : Et si Disney+ changeait la donne ?
The Orville - New Horizons : La fin d’une histoire tragique (...)
SDCC 2022 - The Orville : De Nouveaux Horizons nommés Disney+ (...)
The Orville - New Horizons : Un épisode qui est sorti à point (...)
The Orville - New Horizons : Un épisode annulé devient livre (...)
Black Adam : Pourquoi s’être éloigné du plan initial avec (...)
For All Mankind : Une frustration voulue par les showrunners (...)
Superman & Lois : Départ de Jordan Elsass de la série DC de (...)
Stranger Things : Pas de nouveaux personnages pour la saison (...)
The Continental : La série John Wick réserve une chambre chez (...)
Invitation to a Bonfire : Tatiana Maslany de retour sur (...)
Dota : Dragon’s Blood : Critique du volume 3
Leila et ses frères : La critique
Kung Fu Panda : Un 4e film programmé pour 2024 !
Hunger Games - The Ballad Of Songbirds And Snakes : Viola Davis (...)