The Boys : Critique 3.06 Hérogasme

Date : 25 / 06 / 2022 à 14h00
Sources :

Unification


THE BOYS

- Date de diffusion : 24/06/2022
- Plateforme de diffusion : Prime Video
- Épisode : 3.06 Hérogasme
- Réalisateur : Nelson Cragg
- Scénariste : Jessica Chou
- Interprètes : Karl Urban, Jack Quaid, Tomer Kapon, Laz Alonso, Karen Fukuhara, Anthony Starr, Erin Moriarty, Dominique McElligott, Jessie Usher, Chace Crawford, Jensen Ackles, Claudia Doumit, Giancarlo Esposito

LA CRITIQUE

Voilà ! On y est, voici Hérogasme, l’épisode de la saison 3 de The Boys qui devait faire date dans l’univers de la télévision grand public. La série, classée R aux USA (interdite aux moins de 17 ans non-accompagnés), voulait nous faire croire qu’elle peut être interdite aux moins de 18 ans, tel les films pornographiques. Eric Kripke lui-même disait il n’y a pas si longtemps que l’épisode serait l’une des heures les plus sexuellement "graphiques de la télévision grand public". Où en sommes-nous exactement ? De quoi il s’agit vraiment ? Le showrunner répondait-il ici aux normes de plus en plus puritaines venues du pays de l’Oncle Sam ou s’agissait-il d’un véritable moment de sexe torride et classé X ? On est tous un peu curieux et allons voir ce que Kripke et ses scénaristes nous ont mis en réserve de si "controversé". La réponse tout de suite...

L’épisode commence bien. Un message d’avertissement donne déjà le ton. Telle une production interdite aux moins de 18 ans, on nous prévient qu’on va voir des choses pas très nettes mais il faudra le prendre avec un minimum de sérieux possible et avec un maximum de rigolade. Mais disons la vérité : on ressort de cet épisode avec le sentiment qu’on nous a vendu du rêve (non pas que je rêve de voir du porno, mais vous comprenez où je veux en venir)... Il a fallu attendre plus de 30 minutes pour avoir un aperçu de ce que devait donner ce fameux évènement sexuel nommé Hérogasme. Une partie intime par ici, une autre par là, et tout ça n’aura finalement duré que 15 petites minutes, entrecoupées de quelque scènes d’action brusques et larmoyantes.

Les scènes incriminées ne sont pas allées plus loin que ce qu’on a déjà vu à foison au cinéma (je pense à Eyes Wide Shut, par exemple) ou dans quelques séries triées sur le volet (la saison 2 de True Detective). Évidemment, ces 15 petites minutes sont néanmoins dans la droite lignée de la série de quasi super-héros : sans trop se prendre au sérieux, le moment a été clairement axé sur la "décomplexisation" de ce que nous voyions à l’écran. Un La Crème écoeuré sert ici de "dédramatiseur" de la situation. Son intrépide voyage au coeur de l’orgie façon Super est tout simplement hilarant. Une scène m’a vraiment fait éclater de rire, c’est quand il ouvre une double-porte et que...

Les 45 autres minutes de l’épisode sont fidèles à ce que nous sommes habitués à voir dans The Boys : du graphisme, de l’irrévérence et du second degré. L’histoire de l’épisode ne fait qu’intégrer l’Hérogasme dans l’arc narratif de la saison 3 : Soldier Boy et Les Garçons sont en quête de vengeance et veulent faire mettre au Protecteur un genou à terre, si ce n’est les deux. Hérogasme n’aura tout simplement été qu’un évènement particulier - organisé par des Supers de seconde zone - placé sur leur chemin. Le Petit Soldat fait donc équipe avec Billy et Hughie, et les deux Garçons - bourrés de Composé V temporaire - ne sont pas de trop pour donner un petit coup de main à leur nouvel allié Super pour affronter Le Protecteur.

Tout ce battage médiatique autour de cet épisode si "controversé" outre-atlantique ne me choque pas outre mesure, d’autant que la série a déjà fait plus crade (je pense au premier épisode de la saison 3, quand Termite entre dans...). On est donc bien dans une logique US où le moindre téton et autres parties intimes ne sauraient être montrées à l’écran sans soulever un vent de protestation - hypocrite - sous couvert d’une société qui lutte contre la dépravation. La série est également bourrée de clichés. Elle fait d’ailleurs un petit clin d’oeil à notre esprit - soit disant bien français et - un peu plus ouvert sur la question. Frenchie (ou Le Français en VF), absent de l’évènement Hérogasme, est cité à plusieurs reprises comme étant celui qui aurait tant aimé être là. Ce dernier était d’ailleurs dans une bien périlleuse situation et il a dû se débrouiller avec une Kimiko affaiblie pour s’en sortir.

Et oui, Billy, Hughie et Boy vont affronter Le Protecteur dans une scène de combat interessante, mais pas impressionnante. Il y manque un petit quelque chose : on n’a pas cette impression de puissance, on n’a pas cette impression qu’ils sont capables de tout détruire sur leur passage. On n’a pas vraiment le sentiment que les 2 Supers les plus puissants de la planète sont en train de battre. On apprécie néanmoins de voir Billy - toujours sous l’effet du Composé V temporaire - être en mesure de mettre une petite branlée à son pire ennemi.

Un épisode The Boys, bien sûr, avec tous les ingrédients qui font de la série toujours l’une des meilleures du moment, mais qui n’échappe pas à cette tendance de l’industrie cinématographique et télévisuelle hollywoodienne de nous vendre du rêve... Mais Prime Video aurait-il vraiment pu faire plus en matière de orgie sexuelle ? J’en suis pas sûr...

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés



 Charte des commentaires 


Paper Girls : Critique de la saison 1
The Boys : Critique 3.08 L’Instant Vieux Blancs (...)
The Terminal List : La critique du début de saison
The Boys : Critique 3.07 La Chandelle Qui Eclaire La Chambre A (...)
The Boys : Critique 3.06 Hérogasme
The Veil : Elisabeth Moss fait équipe avec Steven Knight pour (...)
CSI - Vegas : Un nouveau duo de médecins légistes pour la saison (...)
Les Terres de Matnak : Un jeu de Rôle Mystic-Fantasy
Cinéma - Bandes Annonces : 9 août 2022
Locke & Key : Critique de la saison 3
Westworld : Critique 4.07 Metanoia
She-Hulk - Avocate : Comment on fait pour devenir une Hulk, Miss (...)
Le Seigneur des Anneaux - Les Anneaux de Pouvoir : Peter Jackson (...)
The Exorcist : La trilogie de Blumhouse fait appel à Ann (...)
Jane : La vie de Philip K. Dick par Charlize Theron et Alfonso (...)