Star Trek - Strange New Worlds : Le début de la série vu par le producteur Henry Alonso Myers

Date : 12 / 05 / 2022 à 14h00
Sources :

Trek Movie


TrekMovie a eu la chance de s’entretenir en exclusivité avec le co-showrunner de Star Trek - Strange New Worlds, Henry Alonso Myers, à propos de la première de la série jeudi et de la suite, en abordant des sujets allant de la parade nuptiale des Vulcains aux nouvelles astuces de téléportation, et plus encore.

Comme c’est pour TrekMovie.com, les questions vont devenir un peu ringardes.

Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. J’ai pensé que je suis probablement un nerd de Star Trek de niveau moyen, et il y a des gens qui en savent beaucoup plus que moi. J’ai donc une vision humble de mon propre statut d’intello. Et puis je me retrouve à corriger les gens du genre : "Oh, non, ce n’est pas un vaisseau romulien. Non, ce n’est pas un ceci, ce n’est pas un cela." J’ai en quelque sorte réalisé, "Oh, peut-être que je suis un nerd profond et que je n’ai pas réalisé." [rires]

Nous aimons que nos scénaristes et showrunners soient des nerds profonds, comme Mike McMahan [Lower Decks], Terry Matalas [Picard], et Aaron Waltke [Prodigy].

Je connais Terry et Mike. Je leur parle tout le temps. Je suis un grand fan de Lower Decks et nous, Mike et moi, échangeons des blagues. Nous tous, les showrunners de Star Trek, nous nous connaissons. J’ai beaucoup parlé à Terry, mais je ne l’ai pas fait récemment parce qu’il a été enterré dans la saison 3 de Picard. Il y a beaucoup de travail.

Commençons par la bien nommée première série de Strange New Worlds. Alors que l’on parle beaucoup d’un retour au Star Trek classique, on a l’impression que c’est une série très moderne, notamment dans la façon dont vous traitez les personnages. Est-ce là votre principale différence avec le Trek classique ?

À cent pour cent. Je dirais carrément que ce que nous empruntons à Next Generation et Deep Space Nine et aux séries de cette époque, c’est la façon dont ils se concentrent sur différents personnages dans chaque épisode. Tout le monde est dans chaque épisode, à peu près, mais certains se concentrent davantage sur d’autres personnes. Par exemple, "Data’s Day" est l’un de nos épisodes préférés dont nous parlons dans la salle des auteurs. J’ai adoré le fait que vous ayez ce grand ensemble ; comme nous, vous voulez les utiliser. Cela vous permet de voir différentes facettes de l’Enterprise et de raconter différentes histoires et expériences.

Il était très important pour moi de faire un épisode sur Uhura très rapidement après le pilote. Le pilote est très centré sur Pike, et l’expérience d’Uhura est exactement l’inverse. C’est une cadette en ce moment. Son expérience sur l’Enterprise est celle d’être nouvelle. Elle est en quelque sorte comme le public. C’est donc un de nos grands objectifs, je dirais.

On a l’impression que vous en révélez plus sur ces personnages dans les cinq premiers épisodes que ce que nous avons appris sur la plupart des personnages dans une saison de Trek de cette époque. Donc vous essayez d’aller plus loin que Next Gen et DS9 avec ce genre d’exploration et d’histoire ?

Peut-être. Ce que nous essayons de faire, c’est comme lorsque vous avez vu Star Trek - The Motion Picture au cinéma, comme je l’ai fait. Si vous avez vu la série originale et ensuite le film, vous vous êtes dit : "Oh, ils le font en plus grand !". C’est un peu ce qu’est notre mission ici. Nous faisons une série contemporaine avec des effets contemporains. Nos conceptions sont toutes construites sur le cadre des trucs des années 60. Mais si Gene Roddenberry le faisait maintenant ? Il aurait beaucoup plus d’argent. Il voudrait probablement que les costumes aient l’air... vous savez, ils utilisaient des matériaux intéressants et cool à l’époque. C’est comme beaucoup de choses modernes du milieu du siècle. Certains ont l’air intemporels. D’autres ont l’air bon marché. Mais il y a des éléments vraiment cool dans le design. Nous voulions emprunter ça et suggérer que c’est un peu ce qui est venu avant.

Nous voulions le rendre plus grand. Nous voulions que les effets soient plus grands. Nous voulions que notre perception du monde soit plus grande. Nous utilisons cette technologie de mur AR pour créer certains des mondes dans lesquels nous allons. C’est très différent de ce qui se passe sur un plateau d’enregistrement. Il n’y a rien à redire sur le plateau, les années 60 ou l’époque. Si vous regardez Star Trek à son époque, c’était tellement cher pour une série télévisée. Mais pour notre série, c’est juste un animal différent de faire une série pour un service de streaming. Nous essayons de la faire paraître plus grande et différente. Et cela implique également de l’aborder avec un sens contemporain du caractère. Les téléspectateurs d’aujourd’hui ont une sophistication qui, à mon avis, est différente de celle des téléspectateurs des années 60. Nous voulons que la série ait l’air d’être faite aujourd’hui, mais qu’elle soit inspirée par les séries du passé que nous aimons.

En ce qui concerne les choses contemporaines, le pilote était axé sur un sujet très contemporain. La série a-t-elle un point de vue et envoie-t-elle le message que vous allez aborder de front des questions très contemporaines ?

Star Trek a toujours été une série qui aborde les questions sociales sans s’en cacher. Elle les aborde de plein fouet. Je ne pense pas que quiconque fasse de la science-fiction parce qu’il ne veut pas parler de ce qui se passe dans le présent. Inévitablement, quand on raconte une histoire sur le futur, on fait des choix qui suggèrent quelque chose sur le présent. C’est l’une des choses que nous aimons dans Trek. Nous voulons que cela fasse partie de la série.

Alors, quand est-ce que la deuxième guerre civile américaine commence ?

[rires]

Vous avez déplacé les Guerres Eugéniques au 21ème siècle, en reconnaissant qu’elles n’ont pas eu lieu dans les vraies années 90.

C’est la difficulté d’essayer d’être fidèle au canon. Comme l’épisode de DS9 "Past Tense". C’est étrangement prémonitoire. C’est incroyable tout ce qu’ils ont réussi à faire. Mais oui, les Guerres Eugéniques étaient censées se dérouler dans les années 1990 et l’expérience de la plupart des gens est que ce n’est pas ce qui s’est passé. Il ne faut pas s’en prendre à la réalité parce qu’elle ne correspond pas à Star Trek, mais nous faisons avancer les choses. Le message du pilote de la série est qu’il s’agit d’une société où Pike leur donne un choix important à la fin. Vous pouvez choisir de vous rassembler en tant que société et de vous unifier ou vous pouvez choisir le conflit. Et le conflit mènera inévitablement à la mort.

Tout ce que nous faisons, c’est essayer de relier un peu comment cette idée parle autant à notre société actuelle qu’à toute autre société. Et peut-être que, pour ceux qui s’intéressent de près à la chronologie de ce que Star Trek a dit dans le passé, les choses que nous vivons maintenant mèneront aux choses que nous disons qu’il se passe. C’est tout ce que nous pouvons faire, car nous ne pouvons pas contrôler ce qui se passe dans la vie réelle. [Rires] Et au fur et à mesure que nous avançons, nous allons continuer à rencontrer ces dates.

Eh bien, les Vulcains vont se montrer dans 40 ans, donc celle-là est fixée. Donc ça ne sera pas long avant que la guerre civile ne commence.

[Rires] Vous savez, j’espère que Star Trek a tort à ce sujet. Je l’espère vraiment. Je dirais que d’une manière étrange, c’est un peu le but de cette série. Nous essayons de faire une série pleine d’espoir. Je ne dis pas que de mauvaises choses n’arrivent pas. Mais je pense que l’une des notions centrales de la série originale était qu’en plus d’avoir des défis, l’espace est porteur d’espoir pour nous. L’exploration est porteuse d’espoir. C’est quelque chose que nous voulions transposer dans notre série.

Une autre surprise est T’Pring et beaucoup d’elle et de Spock que nous voyons réellement. Qu’est-ce que cela signifie pour l’exploration de Spock et l’exploration de ce que nous savons de la tradition vulcaine, y compris le Pon farr ?

J’ai regardé "Amok Time" de très nombreuses fois. J’ai analysé les plans individuels de certaines séquences. Et je me suis demandé, "Vous savez, si je plisse les yeux..." Je comprends comment je suis censé lire cette expression. Mais cette expression ne me dit pas nécessairement quelque chose. Et je pourrais la lire d’une autre façon. Nous avons donc essayé autant que possible de faire en sorte que nos trucs de T’Pring correspondent à ce qui est à venir. Mais nous voulons aussi raconter une histoire sur Spock maintenant. Mettre T’Pring dans le pilote, franchement, nous a donné une chance de la comprendre en tant que personnage. J’adore écrire pour T’Pring. Elle est super amusante, et réfléchie, et intéressante. Nous explorons T’Pring un peu plus dans la série, et une partie de cela consiste à explorer Spock. Et une partie de cela consiste à approfondir ce que nous comprenons d’elle. Et une partie de cela consiste à essayer d’approfondir la relation avec Chapel.

Et si je ne me trompe pas, D.C. Fontana s’est moqué de l’idée que les Vulcains ne s’accouplaient que pendant le Pon farr. Je pense aussi que l’une des choses qui est vraiment amusante dans le fait de travailler avec Spock maintenant, c’est que le Spock dans les années 60 était un alien. Il était le personnage qui était différent, et était "l’autre" dans la série. Aujourd’hui, Spock est quelqu’un que nous connaissons et comprenons profondément. Bizarrement, pour quelqu’un qui n’est pas ouvertement émotif, c’est un personnage auquel nous pouvons nous identifier émotionnellement. Et je pense que ce serait une erreur de ne pas le faire.

Voulez-vous que cette série soit adaptée aux familles et qu’elle puisse être regardée avec des enfants dans la pièce ?

Oui. Nous essayons de faire une série pour tout le monde. Je dois dire qu’il y a quelques épisodes qui ont des thèmes sombres et des sujets pour adultes. J’ai deux fils, et je voulais faire une série Trek qu’ils pourraient regarder, même s’ils regardent toutes sortes de choses folles maintenant parce que c’est ce qui passe à la télévision. Mais je ne voulais pas que ce soit une barrière à l’entrée.

Picard fait un bon travail en étant une série pour adultes. L’une des choses que j’aime le plus, c’est que lorsque je travaillais sur la première saison, j’ai fait une grande relecture de Deep Space Nine avec mes enfants, ce qui était un plaisir. Et ça a très bien marché. Et l’une des choses que j’ai vraiment appréciées, c’est la façon dont elle aborde les grands thèmes adultes, mais vous pouvez la regarder avec n’importe qui. C’est une série de 20 ou 21 heures, dans le langage de la télévision de la vieille école. Il y a quelques épisodes où je dirais que c’est une série de 21 heures. Peut-être qu’il y en a un qui est comme un show de 22 heures, mais nous essayons de faire un show que tout le monde peut regarder.

Vous vous êtes amusé avec la technologie de Trek, en particulier avec le téléporteur. Après plus de 800 épisodes de Trek, est-ce un défi de trouver de nouvelles façons d’utiliser ces éléments familiers, et surtout de faire face au fait que personne n’a fait ceci ou cela auparavant ?

Nous en parlons. Mais il n’y a aucune raison de croire qu’une machine configurable à l’infini comme le téléporteur ne puisse pas être utilisée d’une manière créative à laquelle nous n’avons pas pensé auparavant. Nous ne voulons pas nier la façon dont il a été utilisé dans le passé. Nous voulons juste essayer d’être un peu inventifs à ce sujet. Il y a des moments où nous allons le faire. Cela fait partie de la création d’une nouvelle série, mais ce n’est pas un commentaire sur les séries du passé. C’est plutôt nous qui disons : "Et si on essayait ça ? Est-ce que ça a un sens ?"

Il y a un moment dans l’un des premiers épisodes où Spock révèle un mode défibrillateur sur le tricordeur. Il est logique qu’il en ait un, mais nous n’en avons peut-être jamais vu un utilisé de la sorte à l’écran auparavant. C’est difficile quand on s’occupe d’une propriété héritée. Les scénaristes essaient d’inventer une histoire et de créer une tension et des problèmes qui les aident à s’intégrer. Mais vous ne voulez pas enfermer les générations futures. Nous prenons donc les choses au sérieux, mais pas toujours au sens propre.

Vous devez toujours être en train de développer des histoires que vous aimez, mais vous vous heurtez ensuite à quelque chose comme "Oh, c’est exactement comme un épisode de TNG", ou Voyager ou autre. Vous arrêtez-vous là ou cherchez-vous comment...

Non. En fait, nous commençons par réfléchir aux genres que nous voulons essayer. Parce que nous essayons vraiment, dans chaque épisode, d’élargir l’éventail de ce que nous pouvons faire dans Trek. Donc on se dit souvent : "Et ce genre, et ce genre... Quel genre de série essayons-nous de faire ?" Et puis nous allons voir que Trek l’a fait avec ceci et Trek l’a fait avec cela. Et nous pensons à ceux-là et nous regardons ces épisodes et les utilisons comme une sorte de modèles et de tremplins et d’inspiration. Puis on se demande comment repousser les limites de ces épisodes. Comment pouvons-nous essayer quelque chose de plus grand ?

Trek a déjà fait des épisodes drôles. Trek a fait des épisodes effrayants. Trek a fait des épisodes palpitants. Nous essayons de faire ce qu’ils ont fait. Mais on essaie d’en faire Star Trek - The Motion Picture, vous voyez ce que je veux dire ? Nous essayons d’en faire une version plus grande et contemporaine qui repousse les limites de ces choses. Nous sommes inspirés par le Trek du passé, mais nous ne voulons pas le copier. Nous nous efforçons de ne pas le faire. Nous aimons le Trek du passé. Il y a un million d’épisodes de la Directive Première. Ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas en faire un autre. Et c’est là que le fait de s’intéresser aux personnages est ce qui le rend spécifique. Parce qu’il s’agit de notre peuple, maintenant. C’est ce qui le rend spécifique. C’est ce qui est merveilleux quand on fait une série de genre. Il y a seulement tellement d’idées différentes de séries de genre. Les recycler, c’est bien, mais les adapter à vos personnages et à votre époque, c’est ce qui les rend spécifiques et différents. Et c’est comme ça que nous l’abordons.

Star Trek - Strange New Worlds a été lancée sur Paramount+ la semaine dernière.


Star Trek Strange New Worlds est Copyright © CBS Television Studios, Secret Hideout et Roddenberry Entertainment Tous droits réservés. Star Trek Strange New Worlds et toutes ses déclinaisons, ses personnages et photos de production sont la propriété de CBS Television Studios, Secret Hideout et Roddenberry Entertainment



 Charte des commentaires 


Star Trek - Strange New Worlds : Des affiches rétro pour célébrer (...)
Star Trek - Strange New Worlds : La série sera Gorn ou ne sera (...)
Star Trek - Strange New Worlds : À quel Capitaine Kirk (...)
Star Trek Strange New Worlds : Star Trek s’ouvre à nouveau (...)
Star Trek - Strange New Worlds : Le mur de Réalité Augmentée au (...)
Netflix - Bandes annonces : 3 juillet 2022
The Boys : Critique 3.07 La Chandelle Qui Eclaire La Chambre A (...)
Thor - Love and Thunder : Lena Headey devait en être, mais (...)
God’s Favorite Idiot : Critique de la saison 1
James Bond : Un personnage en cours de réinvention
Hunger Games - The Ballad Of Songbirds and Snakes : La (...)
Harbinger : Paul Downs Colaizzo pour remplacer Wes Ball
La carte dont vous êtes le héros : La Nuit du Loup de (...)
VOD DVD - Bandes Annonces : 2 juillet 2022
Star Wars - Obi-Wan Kenobi : Lucasfilm voulait d’abord en (...)