Une femme du monde : La critique

Date : 04 / 12 / 2021 à 12h00
Sources :

Unification


Vu son titre, on aurait pu s’attendre à ce qu’Une femme du monde soit centré sur une femme au parcours plus conventionnel. Pourtant, le film est centré sur Marie qui se prostitue sur Strasbourg depuis belle lurette, tout étant la mère d’Adrien, un grand dadais de 17 ans pas vraiment motivé pour faire des études ou suivre une formation professionnalisante. Alors que la relation entre Marie et Adrien est de plus en plus conflictuelle à cause du manque de motivation chronique de ce dernier, ils finissent par lui trouver une formation qui intéresse le jeune homme, sauf que celle-ci coûte les yeux de la tête. Une femme du monde va s’attacher à nous montrer tout ce que va faire Marie pour essayer de trouver les neuf mille euros nécessaires.

L’ambition du film est de soulever tous les problèmes liés à la prostitution, surtout quand elle est exercée à plein temps et de manière tout à fait assumée. En effet, Marie, que l’on voit dans une scène du film participer à une manifestation contre la pénalisation des clients, se définit comme n’étant " ni une victime, ni coupable ". Le film de Cécile Ducrocq ne la juge pas, mais pousse le spectateur à être le témoin des nombreuses contradictions et difficultés auxquelles la mère de famille est confrontée au-delà de cette caractérisation qu’elle revendique en toute transparence.

Ainsi, entre la pénalisation des clients, la crise économique et les " Africaines " qui ont cassé les prix en recevant les clients dans leurs camionnettes, ses habitués se font de moins en moins nombreux. Du coup, le pouvoir d’achat de Marie n’est plus aussi élevé qu’il y a quelques années ce qui va notamment la pousser à travailler dans une maison close allemande. Bien que la prostitution y soit légale, de nombreux frais empêchent de toucher le jackpot et vont d’ailleurs obliger Marie à travailler toujours davantage.

On retiendra l’humiliation qui surplombe en permanence la vie de Marie : que ce soit à travers le regard de son fils au courant de ses activités, les tentatives de négociation des tarifs déjà très bas des clients potentiels ou surtout les actes sexuels brutaux avec ces hommes pas vraiment là pour avoir de la tendresse.

Il faut noter que les scènes de sexe qui sont montrées sont tellement tristes et dégradantes vis-à-vis de notre protagoniste principal que cela devrait amener certains hommes à réfléchir longuement avant d’avoir recours à la prostitution.

La vie de Marie ressemble beaucoup à l’idée qu’on pourrait avoir de l’enfer sur Terre, tant le cercle vicieux de la précarité l’amène à perdre de plus en plus d’elle-même. Ni modèle, ni martyre et peut-être au final moins malheureuse que d’autres, c’est finalement son humanité pétrie de contradictions qui la rend aussi fascinante. Il faut dire qu’elle est formidablement campée par la talentueuse Laura Calamy, impeccable dans un rôle loin d’être évident. Il en est d’ailleurs de même pour l’ensemble du casting impressionnant de naturel.

À travers le parcours semé d’embûches de Marie, Une femme française parvient à illustrer parfaitement un sujet au combien sulfureux en laissant de la place à l’émotion et sans se montrer trop didactique. On regrettera juste que le dénouement, pourtant d’une grande justesse, soit amenée de manière un peu trop précipité et semble juste vouloir offrir un répit à son héroïne qui a beaucoup trop souffert.

SYNOPSIS

A Strasbourg, Marie se prostitue depuis 20 ans. Elle a son bout de trottoir, ses habitués, sa liberté. Et un fils, Adrien, 17 ans. Pour assurer son avenir, Marie veut lui payer des études. Il lui faut de l’argent, vite.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 35
- Titre original : Une femme du monde
- Date de sortie : 08/12/2021
- Réalisateur : Cécile Ducrocq
- Scénariste : Cécile Ducrocq
- Interprètes : Laura Calamy, Nissim Renard, Béatrice Facquer, Romain Brau, diana Korudzhiyska, Amian Larcher, Valentina Papic, Sam Louwyck
- Photographie : Noé Bach
- Montage : Sophie Reine
- Musique : Julien Roué
- Costumes : Ariane Daurat
- Décors : Catherine Cosme
- Producteur : Domino Films, Année Zéro, France 2 Cinéma
- Distributeur : Tandem

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Une femme du monde



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Irradiés : La critique
Les promesses : La critique
My Hero Academia - World Heroes’ Mission : La critique
Adieu Paris : La critique
Un Monde : La critique
All of us are Dead : Critique de la saison 1
Snowpiercer : Critique 3.01 La tortue et le lièvre
Percy Jackson : Merci aux Dieux de l’Olympe, Disney+ donne (...)
Batgirl : Ivory Aquino pour révolutionner la représentation chez (...)
Blanche Neige : Une putain d’histoire à l’envers (...)
Disney+ - Bandes annonces : 26 janvier 2022
Irradiés : La critique
Chicken Run - Dawn of the Nugget : Netflix dévoile la (...)
The Crossover : Disney+ commande la série LeBron James
Spark : Anthony Mackie s’attaque aux droits civiques pour (...)