Aya et la sorcière : La review du film

Date : 17 / 11 / 2021 à 13h00
Sources :

Unification


Aya et la sorcière est une bonne adaptation de l’œuvre éponyme de Diana Wynne Jones publiée aux éditions Ynnis.

Le scénario de Keiko Niwa et d’Emi Gunji reprend entièrement l’histoire écrite par l’autrice anglaise. Il y ajoute une introduction décapante, une belle présentation du personnage principal et une fin permettant d’en découvrir plus sur la personnalité de certains personnages et sur celle de la mère de la jeune héroïne.

Après Le château ambulant, de la même autrice réalisé par Hayao Myazaki, c’est son fils Goro Miyazaki qui est le réalisateur de ce nouveau long métrage du studio Ghibli. Toutefois, le récit a beaucoup moins de force, et la poésie est nettement moins présente. Néanmoins, il s’agit d’une œuvre qui s’adresse à des jeunes enfants, ce qui leur permettra de se faire plaisir, toutes en faisant passer un bon moment de divertissement à leurs parents.

L’animation tranche aussi avec ce que l’on avait découvert précédemment avec le studio Ghibli. On se retrouve devant un design en 3D avec des personnages qui ressemblent à ceux que l’on a l’habitude de voir maintenant dans l’animation. Il manque donc une partie de la patte de ce qui a fait du studio Ghibli la référence dans le domaine de l’animation mondiale. D’ailleurs, un petit passage en 2D est vraiment sympathique à découvrir et montre que l’œuvre aurait aussi été très agréable en utilisant une technique plus traditionnelle.

Les personnages ont une apparence plus ou moins sympathique. Aya a une grande énergie qui permet de s’attacher à elle. Et il y a bien sûr Thomas, le chat noir, familier de la sorcière qui a emmené la jeune fille chez elle. Celui-ci n’est évidemment pas sans rappeler le chat de Kiki la petite sorcière, en version tout aussi adorable et bavarde. Le doublage est d’ailleurs très bon et apporte une grande personnalité aux différents individus.

La magie est évidemment présente dans l’œuvre, bien qu’elle s’éloigne de ce que l’on a l’habitude de voir. Il faut donner une mention spéciale au maître des lieux où habite Aya et à ses petits démons.

L’humour est aussi important, alors que le personnage principal a un caractère bien affirmé et que ses découvertes dans le milieu magique ne se passent pas toujours comme elle l’envisageait.

Il faut d’ailleurs saluer le très beau travail qui est fait sur les décors et les environnements proposés, notamment les différentes pièces de la maison surprenante dans laquelle vient s’installer Aya.

La musique de Satoshi Takebe est très agréable. Elle mélange différentes sonorités et le passage final, qui évoque un groupe de musique surprenant, est particulièrement agréable à écouter. Il s’agit d’un ajout par rapport au roman de papier qui fonctionne parfaitement l’écran.

Aya et la sorcière est une œuvre mineure du studio Ghibli que les amateurs auront plaisir à voir. Avec une histoire présentant une jeune fille déterminée, une animation agréable et des personnages truculents, il est facile de se laisser embarquer dans cette tranche de vie d’une apprentie sorcière, même si l’œuvre ne dure que 1h20, donnant vraiment envie de savoir ce qu’il va se passer par la suite.

Sympathique et amusant.

SYNOPSIS

ya a grandi dans un orphelinat douillet depuis qu’elle est bébé et ne sait pas que sa mère avait des pouvoirs magiques. Aimée et choyée, la fillette de 10 ans n’a jamais voulu quitter son cocon et son cher ami Custard. Espiègle, rusée, elle mène son petit monde par le bout du nez ! Lorsqu’un couple étrange vient l’adopter, Aya se rebelle et suit sa nouvelle famille à reculons… Mais que peuvent bien cacher ce mystérieux Mandrake et cette inquiétante Bella Yaga ? Au rythme des enchantements, une aventure extraordinaire attend l’adorable effrontée… car ses prétendus parents ne sont autres que des sorciers !

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 22
- Titre original : Earwig and the Witch
- Date de sortie : 18/11/2021
- Réalisateur : Goro Miyazaki
- Scénariste : Keiko Niwa, Emi Gunji d’après l’œuvre de Diana Wynne Jones
- Interprètes VF : Sylvia Bergé, Thierry Hancisse, Micha Lescot
- Interprètes VO : Shinobu Terajima, Etsushi Toyokawa, Gaku Hamada
- Musique : Satoshi Takebe
- Producteur : Toshio Suzuki pour Studio Ghibli, NHK, NEP Films, GKIDS
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Aya et la sorcière



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


God’s Favorite Idiot : Critique de la saison 1
Blasted - Les aliens ou nous ! : La critique du film (...)
Queen : Critique de la série
Seul face à l’abeille : Critique de la saison 1
Money Heist - Korea : Critique de la saison 1
The Boys : Critique 3.07 La Chandelle Qui Eclaire La Chambre A (...)
Thor - Love and Thunder : Lena Headey devait en être, mais (...)
God’s Favorite Idiot : Critique de la saison 1
James Bond : Un personnage en cours de réinvention
Hunger Games - The Ballad Of Songbirds and Snakes : La (...)
Harbinger : Paul Downs Colaizzo pour remplacer Wes Ball
La carte dont vous êtes le héros : La Nuit du Loup de (...)
VOD DVD - Bandes Annonces : 2 juillet 2022
Star Wars - Obi-Wan Kenobi : Lucasfilm voulait d’abord en (...)
Miss Marvel : Critique 1.04 Retour aux sources